Une autre histoire de l’éducation : « Et si on empêchait les riches de s’instruire plus vite que les pauvres ? » ou comment j’ai raté mon ascension sociale

18.03 2013 /
20h à La Vénerie/Espace Delvaux

Inculture(s) 2. Une autre his­toire de l’éducation : « Et si on empê­chait les riches de s’instruire plus vite que les pauvres ? » ou com­ment j’ai raté mon ascen­sion sociale

Conférence gesticulée par Franck Lepage

En 1792, la Conven­tion audi­tionne le rap­port du mar­quis de Condor­cet sur l’instruction publique. Qui se sou­vient des autres pro­jets d’éducation, dont celui de Mira­beau ou celui de Lepe­le­tier de St Far­geau ? A la dif­fé­rence de ce der­nier qui inter­ro­geait vrai­ment les condi­tions d’une éga­li­té des appren­tis­sages et des savoirs, le plan de Condor­cet com­porte un fort risque d’élitisme et une dif­fé­ren­cia­tion des citoyens par le savoir, dif­fi­cul­té contour­née par le recours ambi­gu au concept de “méri­to­cra­tie”. Deux siècles et 182 ministres plus tard, on pose tou­jours la ques­tion : “Com­ment conci­lier éga­li­té des savoirs et méri­to­cra­tie ?” On ne le peut pas ! La méri­to­cra­tie et l’égalité sont incon­ci­liables ! Ce sont deux prin­cipes oppo­sés et il faut néces­sai­re­ment choi­sir, le comble de la per­ver­si­té étant de choi­sir la méri­to­cra­tie en fai­sant sem­blant de dési­rer l’égalité.

« Je me suis mis au para­pente parce que j’avais raté mon ascen­sion sociale. Et que je vou­lais mon­trer à mon père que j’étais capable de m’élever. J’avais un père qui — je sais pas, vous avez peut-être eu des parents qui sont comme ça, cer­tains d’entre vous —, j’avais un père qui vou­lait abso­lu­ment que je m’élève en socié­té, que je monte. Alors comme j’ai com­plè­te­ment raté mon ascen­sion sociale, je me suis mis au para­pente. Pour que mon père me voit une fois dans sa vie m’élever. » Franck Lepage

Franck Lepage est l’un des fon­da­teurs de la coopé­ra­tive Le Pavé qui a don­né un nou­veau souffle à l’éducation popu­laire en France. En évo­quant la mémoire de Chris­tiane Faure, il aborde de façon cri­tique le rôle de la culture dans la socié­té avec un spec­tacle inti­tu­lé Inculture(s) 1 — L’é­du­ca­tion popu­laire, mon­sieur, ils n’en ont pas vou­lu…, qu’il a joué plus d’une cen­taine de fois lors de confé­rences ges­ti­cu­lées, ni tout à fait un spec­tacle ni tout à fait une confé­rence.

Lun­di 18 mars à 20h

La Véne­rie / Espace Del­vaux (Rue Gra­tès, 3 à Water­mael-Boits­fort)

10 € / 8 € / 8 € / 1,25 €

Infos : 02/663.85.50. Réser­va­tions indis­pen­sables : 02/672.14.39 — www.lavenerie.be

Une soi­rée orga­ni­sée par La Véne­rie, Centre cultu­rel de Water­mael-Boits­fort, et PAC – Pré­sence et Action Cultu­relles.

Le mar­di 19 mars à 13h30, ren­contre avec Franck Lepage sur le thème Edu­ca­tion popu­laire vs. Edu­ca­tion per­ma­nente : rien de neuf sous le soleil ? , ani­mée par Yanic Sam­zun (PAC). Lieu : La Véne­rie / Ecu­ries – Place Gil­son, 3 à 1170 Bruxelles. Entrée : 5 € / 3 €. Réser­va­tion conseillée. Accueil dès 12h30.

Franck Lepage pré­sen­te­ra éga­le­ment Inculture(s) 1 le 20 mars à La Tri­co­te­rie (Bruxelles) dans le cadre du Fes­ti­val inter­na­tio­nal de théâtre-action. www.fita2013.be