Vers une monnaie mondiale privée dominant les États

17.01 2020 / 19h30 - 22h30
La vénerie / Espace Delvaux - Rue Gratès, 3, 1170 Bruxelles

La coopé­ra­tive d’édition “pour écrire la liber­té” orga­nise le ven­dre­di 17 jan­vier à 19h30,
à l’espace Del­vaux à Water­mael-Boits­fort,
une confé­rence-débat avec
Ric­car­do Petrel­la et Paul Jorion

Aujourd’hui déjà, 147 firmes trans­na­tio­nales contrôlent 40% de la finance et de l’économie mon­diale et 737 en contrôlent 80%.(1)

Quel sera encore demain le rôle des États si le monde des affaires s’affirme de plus en plus auto­ri­taire, si on assiste au for­ma­tage des esprits en matière d’économie dans les écoles et uni­ver­si­tés, si la démo­cra­tie moné­taire est mena­cée par les mon­naies digi­tales, si le capi­ta­lisme spé­cu­la­tif rem­place le capi­ta­lisme d’accumulation appuyé sur l’économie réelle…

Ces évo­lu­tions subies nous mènent-elles inévi­ta­ble­ment vers une nou­velle crise finan­cière mon­diale ? L’expérience de 2007/2008 n’a‑t-elle ser­vi à rien ? Quelle réponse les démo­cra­ties devront-elles avoir si le scé­na­rio effrayant se réa­lise ? Les peuples rem­bour­se­ront-ils une fois de plus les dettes accu­mu­lées par les spé­cu­la­teurs ou seront-ils vic­times de guerres créées par la folie des puis­sances trans­na­tio­nales ?

(1)(Une étude de l’Institut Poly­tech­nique de Zürich