Séminaire : « le Cinéma politique latino-américain »

Image_1-55.png
Donné par Thierry Deronne. Du 16 au 19 mai 2010, de 10h à 17h à la Maison d’Amérique Latine, Rue du Collège 27 à 1050 Bruxelles.

Don­né par Thier­ry Deronne. Du 16 au 19 mai 2011, de 10h à 17h à la Mai­son d’Amérique Latine, Rue du Col­lège 27 à 1050 Bruxelles.

Ins­crip­tion pour les trois jours : 15€ (atten­tion, les places sont limi­tées)

Ver­se­ment à effec­tuer sur le compte de ZIN TV ASBL

à la Banque Argen­ta : BE67 9794 3467 4987

En com­mu­ni­ca­tion “Ciné­ma Poli­tique Lati­no” + Pré­nom et Nom.

Envoyez-nous éga­le­ment un mail avec vos coor­don­nées à contact@zintv.org

Des prophètes au peuple…

Ce serait vider de son sens le Nou­veau Ciné­ma Lati­no-amé­ri­cain des années 60 et 70 que de le voir comme un moment d’anthologie, comme “un style lié à une époque”. Sa force de syn­thèse – néo-réa­lisme ita­lien, écoles de mon­tage sovié­tique, cultures popu­laires, cos­mo­go­nies indi­gènes et afri­caines, wes­tern nord-amé­ri­cain, Nou­velle Vague – annon­çaient en fait la trans­for­ma­tion actuelle, mul­tiple, de l’Amérique Latine. C’est ce lien entre pas­sé, pré­sent et futur d’un conti­nent que nous explo­re­rons dans ce sémi­naire, en ana­ly­sant trois iti­né­raires emblé­ma­tiques : Jorge San­jines (Boli­vie), Glau­ber Rocha (Bré­sil) et San­tia­go Alva­rez (Cuba).

Le troisième oeil du cinéma

Pour Theo Ange­lo­pou­los la ques­tion que devrait se poser tout cinéaste est celle-ci : “Est-ce que je vois?” Quel est le poten­tiel du ciné­ma, depuis son inven­tion ? Être le micro­scope social, poli­tique qui nous fait réap­pa­raître avec net­te­té ce que les mythes média­tiques effacent jour après jour. Mais pour atteindre cette puis­sance de net­te­té, pour “faire le point”, il ne suf­fit pas d’être au “contact immé­diat de la vie” comme nous le conseillent tant de pro­duc­teurs de la télé. Il s’agirait aus­si et sur­tout de recu­ler pour mieux voir, c’est-à-dire de se for­mer inté­gra­le­ment dans des domaines que Ser­guei Eisen­stein ins­cri­vait au pro­gramme de la VGIK (école de ciné­ma mos­co­vite) : lit­té­ra­ture, his­toire, phi­lo­so­phie, arts, éco­no­mie… Ce sémi­naire explore à l’aide de nom­breux exemples la construc­tion de ce troi­sième oeil socio-poli­tique et l’idée que “ce n’est que d’une tech­nique que l’on peut déduire une idéo­lo­gie”.

Don­né par Thier­ry Deronne, licen­cié en Com­mu­ni­ca­tions Sociales (IHECS). Après un pas­sage (1986 – 1988) par l’éducation popu­laire du Nica­ra­gua, puis au Vene­zue­la ou il fon­da l’École popu­laire et Lati­noa­mé­ri­caine de Ciné­ma (1995), éga­le­ment cofon­da­teur des télé­vi­sions asso­cia­tives Tele­tam­bores et Camu­nare Rojo Tv, ex-vice-pré­sident de la télé­vi­sion publique Vive TV où il a créé notam­ment le pro­gramme “cours de ciné­ma”. Réa­li­sa­teur de docu­men­taires sur l’Amérique Latine : “Le pas­sage des Andes” (2005) ou “Car­los, l’aube n’est plus une ten­ta­tion” (2011).

Image_1-55.png