Journal d’une grève de la faim

Dans Journal d’une grève de la faim, Farida, sœur de Ali Aarrass, nous entraîne dans le monde des familles des détenus, qui elles aussi vivent la prison. Oscillant entre souffrance, désespoir et résistance pendant la sixième grève de la faim de son frère, elle lance un appel contre l’indifférence et la peur.

« En Bel­gique, l’affaire Ali Aar­rass est un des scan­dales judi­ciaires et poli­tiques majeurs de cette der­nière décen­nie. Bel­go-Maro­cain arrê­té en 2008 pour ter­ro­risme en Espagne à la demande du Maroc, Ali y est sou­mis à la tor­ture blanche pen­dant près de trois ans, puis inno­cen­té par le juge Gar­zon. Aban­don­né par son pays, la Bel­gique, Il est illé­ga­le­ment extra­dé par l’Espagne au Maroc où il sera tor­tu­ré pen­dant douze jours. Après un pro­cès inique, il est condam­né à 12 ans de déten­tion et enfer­mé dans la pri­son de haute sécu­ri­té de Salé II et, depuis octobre 2016, à la pri­son de Tiflet II. Des ins­tances onu­siennes, dont le Comi­té contre la tor­ture, le Comi­té contre la déten­tion arbi­traire et le Comi­té des droits de l’homme, demandent sa libé­ra­tion. En 2014, Ali accepte d’être l’une des cinq per­sonnes emblé­ma­tiques de la cam­pagne inter­na­tio­nale d’Amnesty Inter­na­tio­nal, « Stop tor­ture ».

Avec ces Lettres de pri­son, écrites de 2012 à 2016, Ali brise le silence. « Les récits d’hier et d’aujourd’hui se res­semblent », écrit Kha­di­ja Rya­di, lau­réate 2013 du prix des Droits de l’Homme des Nations-Unies. Comme Hen­ri Alleg dans La Ques­tion sur la tor­ture pen­dant la guerre d’Algérie, ou Ahmed Mar­zou­ki dans Taz­ma­mart cel­lule 10 sur les tor­tion­naires d’Hassan II, Ali livre un témoi­gnage acca­blant sur la tor­ture des temps modernes.

Prix du livre : 10 euros + 3 euros pour les frais d’envoi. ​

Numé­ro de compte Anti­dote : ​ IBAN : BE20 0004 2359 4956
BIC : BPOTBEB1XXX

Veuillez indi­quer “Jour­nal d’une grève” + Nom et adresse pos­tale en com­mu­ni­ca­tion du vire­ment ban­caire.