Afrique 50, La colonisation française de l’Afrique selon René Vautier

Premier film anticolonialiste de l’hexagone, interdit pendant plus de quarante ans, cet efficace pamphlet contre le colonialisme en Afrique noire valut à son auteur treize inculpations et une condamnation à un an de prison.

Pre­mier film anti­co­lo­nia­liste de l’hexagone, inter­dit pen­dant plus de qua­rante ans, cet effi­cace pam­phlet contre le colo­nia­lisme en Afrique noire valut à son auteur treize incul­pa­tions et une condam­na­tion à un an de pri­son.

C’est l’après-guerre. L’Europe s’est recons­truite. Tout marche pour le mieux dans les « colo­nies-modèles » où la Répu­blique fran­çaise mène ses pupilles d’une main mater­nelle vers les lumières de la rai­son et du pro­grès. Tout le monde, pour­tant, n’est pas de cet avis.

Sur une pro­po­si­tion de la Ligue fran­çaise de l’Enseignement, René Vau­tier part fil­mer les condi­tions de vie dans les vil­lages des colo­nies fran­çaises d’Afrique occi­den­tale (Côte‑d’Ivoire, Haute Vol­ta, Séné­gal, Sou­dan fran­çais — actuel Mali). Sur place, il décide de témoi­gner d’une réa­li­té non com­man­dée ; sans la per­mis­sion des auto­ri­tés fran­çaises, il tourne ain­si le pre­mier film anti­co­lo­nia­liste fran­çais consa­cré à l’Afrique noire.