Henri Alekan, Chef opérateur de cinéma / Syndicaliste CGT / Socialiste et pacifiste / Résistant.

Par Tan­gui Per­ron

OEUVRES :

Des lumières et des ombres, La librai­rie du col­lec­tion­neur, Paris, 1984

La Belle et la bête, La librai­rie du col­lec­tion­neur, Paris, 1992

Le vécu et l’i­ma­gi­naire, chro­niques d’un homme d’i­mage, Source-La Sirène, Paris, 1999.

SOURCES :

Voir OEUVRES

Nécro­lo­gie dans Libé­ra­tion, 16 juin 2001, Le Monde, 17 juin 2001, l’Hu­ma­ni­té du 18 juin 2001,

Entre­tiens avec Nada Ale­kan, hiver 2003

Inter­views dans le n°68 de Ciné­ma­to­graphe (Cannes 1981- Les opé­ra­teurs)

Posi­tif, n°286, décembre 1984

Posi­tif, n°293/294, juillet-août 1985

Fonds de la Fédé­ra­tion natio­nale du spec­tacle, Archives dépar­te­men­tales de la Seine-Saint ‑Denis.

Hen­ri Ale­kan fut sen­sible aux pro­blèmes sociaux de sa pro­fes­sion et, en créant en 1932 le Grou­pe­ment des assis­tants opé­ra­teurs, il jeta l’une des bases du Syn­di­cat des tech­ni­ciens de la pro­duc­tion ciné­ma­to­gra­phique

alekan-circus.jpg

Né à Paris le 10 février 1909, décé­dé le 15 juin 2001.

Hen­ri Ale­kan est issu d’une vieille famille pari­sienne, juive et laïque, qui fut pro­fon­dé­ment mar­quée par l’Af­faire Drey­fus. Son père, Armand Ale­kan (fils d’un gra­veur sur métaux) ingé­nieur agro­nome et direc­teur du labo­ra­toire de recherches de la Cie géné­rale des voi­tures à Paris, par­ti­ci­pa à la fon­da­tion de la Ligue des Droits de l’Homme. Son grand-père mater­nel, Isi­dore Marx Isaac, mili­taire avec le grade de capi­taine, fut rétro­gra­dé sol­dat deuxième classe après savoir par­ti­ci­pé à un esclandre au cours duquel il avait défen­du le capi­taine Drey­fus. Les trois frères d’Hen­ri Ale­kan, André, Pierre et Ray­mond Ale­kan béné­fi­cièrent comme lui d’une édu­ca­tion bour­geoise.

Le pre­mier métier qu’exer­ça Hen­ri Ale­kan fut, d’a­bord avec son frère Pierre, celui de marion­net­tiste. Ani­mant avec suc­cès un théâtre de Gui­gnol, Hen­ri Ale­kan sui­vit des cours du soir à l’Ins­ti­tut d’op­tique et, diplô­mé des Arts et Métiers, ten­ta avec opi­niâ­tre­té d’é­pou­ser une car­rière d’o­pé­ra­teur. Ce n’est que vers 1929 – 1930 qu’il aban­don­na défi­ni­ti­ve­ment le théâtre pour enfants pour le ciné­ma et en 1932, après avoir été libé­ré de ses obli­ga­tions mili­taires, il put rejoindre dura­ble­ment les stu­dios de Billan­court en tant qu’as­sis­tant opé­ra­teur. L’an­née sui­vante, la ren­contre avec le grand opé­ra­teur alle­mand Eugène Shuf­tan, réfu­gié à Paris, mar­qua pro­fon­dé­ment sa car­rière. Le témoi­gnage du chef opé­ra­teur exi­lé (qu’­Hen­ri Ale­kan appe­la tou­jours « son maître ») l’a­ler­ta éga­le­ment sur les dan­gers du nazisme.

Très tôt Hen­ri Ale­kan fut sen­sible aux pro­blèmes sociaux de sa pro­fes­sion (for­te­ment tou­chée par le chô­mage) et, en créant en 1932 le Grou­pe­ment des assis­tants opé­ra­teurs, il jeta l’une des bases du Syn­di­cat des tech­ni­ciens de la pro­duc­tion ciné­ma­to­gra­phique qui rejoi­gnit la CGT en 1936. Il par­ti­ci­pa ain­si, au nom des assis­tants opé­ra­teurs, à l’é­la­bo­ra­tion des pre­mières conven­tions col­lec­tives de sa pro­fes­sion lors des grèves de mai-juin. Durant cette période, Hen­ri Ale­kan se relève être en effet un actif mili­tant de gauche, syn­di­ca­le­ment et poli­ti­que­ment. Il par­ti­cipe ain­si au col­lec­tif qui, sous la hou­lette de Jean Renoir, réa­lise le film du Par­ti com­mu­niste, La vie est à nous et il pro­jette des films dans les usines et les maga­sins occu­pés (après une expé­rience réus­sie au sein des maga­sins BHV). Membre de l’or­ga­ni­sa­tion cultu­relle socia­liste « Mai 36 » et de la Ligue des droits de l’Homme, syn­di­ca­liste CGT, Hen­ri Ale­kan est et se veut un homme de gauche, de ten­dance socia­liste et paci­fiste. Il milite éga­le­ment au sein d’une petite orga­ni­sa­tion paci­fiste prô­nant l’en­tente entre les peuples afin d’é­vi­ter la guerre (et dont l’es­sen­tiel de l’ac­ti­vi­té consis­tait à dif­fu­ser le jour­nal du comi­té , La Patrie humaine ). Par la suite, Hen­ri Ale­kan res­te­ra tou­jours fidèle à ses enga­ge­ments syn­di­caux et poli­tiques, défi­nis durant le Front popu­laire, même si cela lui pro­vo­qua plu­sieurs refus d’embauche.

alekan.jpg

« La Belle et la Bête » dont Ale­kan a fait la lumière, u film de Jean Coc­teau, il se sou­ve­nait disait : “Josette Day que Coc­teau avait choi­sie bien qu’elle ne soit pas très connue à l’é­poque. J’ai trou­vé extra­or­di­naire la façon dont, avec l’aide de Chris­tian Bérard, a trans­for­mé cette femme en créa­ture de rêve, divi­ne­ment belle.”

Mobi­li­sé sur le front de l’Est en 1939 (au sein du ser­vice ciné­ma­to­gra­phique d’une uni­té de blin­dés), fait pri­son­nier le 19 mai 1940 et aus­si­tôt éva­dé, Hen­ri Ale­kan rejoi­gnit Paris à vélo puis pas­sa en zone libre, où il rejoi­gnit sa famille à Aurillac (sa mère, sa fille et sa pre­mière épouse). L’es­sen­tiel des pre­mières années de la guerre, Hen­ri Ale­kan les pas­sa à Nice et dans ses envi­rons (excep­té un bref séjour à Paris où il par­ti­ci­pa à la réa­li­sa­tion de Tobie est un ange d’Yves Allé­gret en 1941). Démo­bi­li­sé, Hen­ri Ale­kan tra­vailla ain­si au stu­dios de la Vic­to­rine (par exemple sur le tour­nage de Vénus aveugle d’A­bel Gance en 1940) et sur­tout au Centre artis­tique et tech­nique des jeunes du ciné­ma (CATJC) qui, quoique pla­cé sous l’au­to­ri­té du Secré­ta­riat d’E­tat à l’E­du­ca­tion natio­nale et à la jeu­nesse du gou­ver­ne­ment de Vichy, regrou­paient de nom­breux jeunes du ciné­ma qui dési­raient échap­per au STO ou qui refu­saient de tra­vailler en zone contrô­lée par les Alle­mands. Hen­ri Ale­kan par­ti­ci­pa ain­si à la Résis­tance , via la col­lecte de ren­sei­gne­ments, au sein du groupe « Qua­torze juillet » auquel appar­te­naient aus­si ses deux frères, Pierre et André, éga­le­ment éta­blis à Nice. Lors du tour­nage de Ceux du rail (1942 – 1943), court ‑métrage de René Clé­ment consa­cré à la vie d’un méca­ni­cien et de son chauf­feur, Hen­ri Ale­kan prit des images des posi­tions alle­mandes à Mar­seille qu’il par­vint à faire pas­ser à Londres, via l’Es­pagne. Après l’ar­res­ta­tion de son frère Pierre (tor­tu­ré par la Ges­ta­po , il réus­sit à s’é­va­der), Hen­ri Ale­kan alla se réfu­gier à Auxerre. Si Ale­kan par­ti­ci­pa à la Libé­ra­tion de la ville, il aban­don­na rapi­de­ment un poste pro­vi­soire de com­mis­saire de police que lui avaient confié les groupes de résis­tants, consi­dé­ra­ble­ment gêné par les pre­mières arres­ta­tions arbi­traires.

Pro­fes­sion­nel­le­ment, les années d’a­près-guerre furent fastes pour Hen­ri-Ale­kan qui, en tant que chef-opé­ra­teur, ali­gnait un égal talent pour la lumière “docu­men­taire” et pour la lumière “artis­tique”, extrê­me­ment tra­vaillée. Il affec­tion­nait par­ti­cu­liè­re­ment cette der­nière, parce que pétri d’une culture pic­tu­rale clas­sique pla­çant à son som­met les maîtres hol­lan­dais. En 1946, Hen­ri Ale­kan signait ain­si la lumière de La bataille du rail de René Clé­ment et celle de La belle et la bête de Jean Coc­teau, tous les deux pri­més au Fes­ti­val de Cannes. A cette époque, Ale­kan est membre du bureau du Syn­di­cat des tech­ni­ciens de la pro­duc­tion ciné­ma­to­gra­phique. Les ten­sions de la Guerre Froide, la scis­sion syn­di­cale au niveau confé­dé­ral (qui n’af­fec­ta que peu le monde du ciné­ma) n’en­ta­mèrent pas sa fidé­li­té à la CGT. Au prin­temps 1952, il suit par exemple un mot d’ordre syn­di­cal de grève sur un tour­nage pour pro­tes­ter contre l’ar­res­ta­tion de Jacques Duclos après les mani­fes­ta­tions com­mu­nistes contre le géné­ral amé­ri­cain Ridg­way. (L’acteur prin­ci­pal du film, Fer­nan­del, se pro­mit alors de ne plus jamais tra­vailler avec aucun des gré­vistes). Jus­qu’en 1968, Hen­ri Ale­kan sera pré­sident du syn­di­cat des tech­ni­ciens. Lors de l’interruption du fes­ti­val de Cannes par de pres­ti­gieux réa­li­sa­teurs, un article du Figa­ro sou­li­gne­ra les dis­sen­sions de la Fédé­ra­tion du spec­tacle avec ces réa­li­sa­teurs en nom­mant expli­ci­te­ment Hen­ri Ale­kan (qui sera défen­du par son syn­di­cat). Lors de la scis­sion syn­di­cale du syn­di­cat des tech­ni­ciens en 1981, Ale­kan choi­sit de res­ter fidèle à la fédé­ra­tion du spec­tacle et à la CGT. Par la suite, il accep­te­ra de pré­si­der l’association Ceux du rail , créé par des che­mi­nots ciné­philes majo­ri­tai­re­ment cégé­tistes.

lavie-2.jpg

La Vie est à nous a été com­man­dé par le Par­ti com­mu­niste pour les élec­tions légis­la­tives du prin­temps 1936. Le film oppose d’un côté la menace fas­ciste et la poli­tique de crise orga­ni­sée au béné­fice des « 200 familles », et de l’autre l’espoir incar­né par le Par­ti com­mu­niste. Trois say­nètes fic­tion­nelles com­plé­tées par une par­tie docu­men­taire illus­trent l’action des mili­tants com­mu­nistes… Un film de Jean Renoir / 1936 / Durée : 63 minutes Direc­tion pho­to­gra­phie : Hen­ri Ale­kan, Jean-Paul Alphen, Jean Bour­goin, Alain Doua­ri­nou, Jean Isnard, Louis Page , Claude Renoir

Sur le plan artis­tique et pro­fes­sion­nel, on peut consta­ter que si Ale­kan excel­la autant dans l’u­ti­li­sa­tion de la cou­leur que dans celle du noir et blanc (il réa­li­sa par exemple l’i­mage en ciné­ma­scope de La meilleure part (1956) d’Yves Allé­gret), la fer­me­ture des stu­dios, les évo­lu­tions du ciné­ma pro­vo­quées par l’ir­rup­tion de la Nou­velle vague et sa noto­rié­té l’a­me­nèrent de plus en plus à par­ti­ci­per à des réa­li­sa­tions étran­gères, par­fois pres­ti­gieuses. A l’ins­tar du déco­ra­teur Alexandre Trau­ner, Ale­kan veilla cepen­dant à ne pas col­la­bo­rer avec des réa­li­sa­teurs amé­ri­cains qui avaient par­ti­ci­pé aux cam­pagnes mac­car­thystes. En France, pro­fes­sion­nel­le­ment, Ale­kan connu une rela­tive “tra­ver­sée du désert” et durant les années 1970 – 1980, ce furent sur­tout des cinéastes en marge du sys­tème qui firent appel à lui (Raoul Ruiz, Alain Robbe-Grillet, Jean-Marie Sraub et Danièle Huillet…). Sa col­la­bo­ra­tion avec le cinéaste Wim Wen­ders, en par­ti­cu­lier sur Les Ailes du désir (1987) (qui lui valu un Oscar) contri­bua à faire redé­cou­vrir son talent et par­ti­ci­pa éga­le­ment à sa renom­mée, à laquelle fut jus­te­ment asso­cié son vieil et fidèle assis­tant, Louis Cochet.

Hen­ri Ale­kan, entre autres, réa­li­sa un court métrage (L’En­fer de Rodin, 1958), éclai­ra de nom­breuses émis­sions de télé­vi­sion (des années 50 aux années 1970) ain­si que plu­sieurs cam­pagnes et dis­cours élec­to­raux de Fran­çois Mit­ter­rand (qui lui remit la légion d’Hon­neur) ; il écri­vit éga­le­ment trois livres sur sa car­rière et son métier de chef opé­ra­teur dont le splen­dide Des lumières et des ombres (1984). C’est en You­go­sla­vie, sur le tour­nage du film d’A­bel Gance, Aus­ter­litz (1959), qu’­Hen­ri Ale­kan ren­con­tra celle qui allait deve­nir sa seconde épouse (Nada Ale­kan née Star­ce­vic avec qui il eut deux fils).

(in Claude Pen­ne­tier (dir.), Le Mai­tron — Dic­tion­naire Bio­gra­phique, Mou­ve­ment ouvrier Mou­ve­ment social, tome 1, de 1940 à mai 1968, Les Edi­tions de l’A­te­lier)