prism-break.org

Des outils contre la surveillance

ZIN TV

Met­tons fin à notre dépen­dance à l’é­gard des ser­vices pro­prié­taires.

LE SITE PRISM-BREAK.org LUTTE CONTRE LA SURVEILLANCE

Échap­per aux pro­grammes de sur­veillance néces­site de chan­ger la manière dont on uti­li­ser Inter­net. Néan­moins, trou­ver et uti­li­ser les bons outils numé­riques alter­na­tifs n’est pas for­cé­ment à la por­tée de tout le monde. Dans ce sens, le site prism-break.org pro­pose toute une série de logi­ciels qui n’ont pas été déve­lop­pés par les géants du web qui col­la­borent avec la NSA.

Pour télé­phones mobiles (Android ou iOS), ordi­na­teurs (BSD, GNU/Linux, macOS ou Win­dows) mais aus­si pour les réseaux, le site pro­pose les der­nières alter­na­tives libres et open-source en matière de réseaux ano­ny­mi­sant, de syn­chro­ni­sa­tion et sto­ckage de fichiers, de mes­sa­ge­rie ins­tan­ta­née, de sys­tèmes d’ex­ploi­ta­tion, de réseaux sociaux, de VPN, navi­ga­teur web… Ain­si, pour garan­tir nos liber­tés fon­da­men­tales pré­fé­rons Debian ou GNU pour le sys­tème d’exploitation de son ordi­na­teur, Tor pour navi­ga­ter sur l’In­ter­net, Duck­Duck­Go comme moteur de recherche.

Atten­tion, l’u­ti­li­sa­tion des pro­jets et logi­ciels recom­man­dés sur ce site ne garan­tit pas que la tota­li­té de vos com­mu­ni­ca­tions seront à l’a­bri de la sur­veillance par les États et les mul­ti­na­tio­nales du numé­rique.

De très grandes oreilles pour TOUT ENTENDRE

PRISM est un pro­gramme éta­su­nien de sur­veillance élec­tro­nique mis en place par la NSA (Natio­nal Secu­ri­ty Agen­cy). Crée en 2007, ce pro­gramme scanne les com­mu­ni­ca­tions numé­riques échan­gées sur les prin­ci­paux ser­vices en ligne : AOL, Apple, Face­book, Google, You­Tube, Micro­soft, Skype, Pal­talk, Yahoo ! (…) et pré­voit le ciblage de per­sonnes ne vivant pas sur le sol nord-amé­ri­cain. Son exis­tence a été révé­lée en 2013 par Edward Snow­den, ex-consul­tant de l’agence. Pour faire simple, PRISM est un moteur de recherche extrê­me­ment per­for­mant, per­met­tant à la NSA d’in­ter­ro­ger d’énormes masses de don­nées en temps réel, afin de recher­cher un nom, un lieu, une date (…) dans des cour­riels, des mes­sa­ge­ries ins­tan­ta­nées, des com­mu­ni­ca­tions vidéo…

XKeys­core est un pro­gramme inter­na­tio­nal de sur­veillance de masse créé par la NSA et opé­ré conjoin­te­ment avec les ser­vices de ren­sei­gne­ments bri­tan­niques, cana­diens, aus­tra­liens et néo-zélan­dais (aus­si appe­lés les « Five Eyes »). Ce pro­gramme per­met une col­lecte qua­si-sys­té­ma­tique des acti­vi­tés de tout uti­li­sa­teur sur Inter­net. XKeys­core est une inter­face de recherche per­met­tant aux agents habi­li­tés de la NSA d’in­ter­ro­ger les don­nées amas­sées par l’agence, dans les mes­sages pri­vés échan­gés sur Face­book, les cour­riels ou l’his­to­rique de navi­ga­tion d’un uti­li­sa­teur ou vie les tech­no­lo­gies qu’il uti­lise, comme la cryp­to­gra­phie.

Tem­po­ra est le nom d’un pro­gramme de sur­veillance élec­tro­nique mise en place en 2011 par GCHQ (Govern­ment Com­mu­ni­ca­tions Head­quar­ters), le ser­vice de ren­sei­gne­ments élec­tro­niques du gou­ver­ne­ment du Royaume-Uni. Ce pro­gramme a pour fonc­tion d’in­ter­cep­ter le plus grand volume pos­sible de don­nées issues du tra­fic inter­net et des télé­com­mu­ni­ca­tions tran­si­tant par les câbles en fibre optique entre l’Eu­rope et les États-Unis.