Aux origines idéologiques de l’Europe, conférence d’Annie Lacroix-Riz

Le projet de Washington et de Londres n’était pas prioritairement de lutter contre le nazisme, mais contre le communisme. Ce ne sont pas les troupes états-uniennes qui ont vaincu le Reich, mais avant tout les Soviétiques.

once_upon.jpg

Une confé­rence d’Annie Lacroix-Riz,

His­to­rienne, Pro­fes­seur émé­rite d’His­toire contem­po­raine à l’u­ni­ver­si­té Paris VII-Denis Dide­rot,
auteure du livre “Aux ori­gines du car­can euro­péen, 1900 – 1960”. “La France sous influence alle­mande et américaine”.Paris, Del­ga-Le temps des cerises, 2014

et Anto­nin Cohen

Poli­tiste, Pro­fes­seur en science poli­tique à l’U­ni­ver­si­té de Rennes 1 et à l’U­ni­ver­si­té Paris Ouest Nan­terre La Défense

auteur du livre : De Vichy à la Com­mu­nau­té euro­péenne, Paris, Presses Uni­ver­si­taires de France, 2012

Paris. Mai 2014

Aux ori­gines du car­can euro­péen (1900 – 1960)

coédi­tion Del­ga-Le temps des cerises qui vient de paraître le 01/04/2014.

letempsdescerises_L887b.jpg L’union euro­péenne a été pré­sen­tée aux Fran­çais sous le jour enga­geant du « Plan Mar­shall », enne­mi de la misère et de la ser­vi­tude des peuples euro­péens. Son objec­tif aurait cadré avec le pro­jet, paci­fique des « pères de l’Europe », Jean Mon­net, Robert Schu­man, Kon­rad Ade­nauer, etc., appli­qués à pros­crire déf­ni­ti­ve­ment les guerres qui avaient endeuillé et affai­bli le Vieux Conti­nent de 1914 à 1918 puis de 1939 à 1945.

La paix serait garan­tie par la pro­tec­tion amé­ri­caine, gage d’une liber­té refu­sée aux peuples « de l’Est » sovié­ti­sés.

Cette union fon­dée sur la « libre concur­rence » entre égaux, en lieu et place des puis­sants car­tels, se débar­ras­se­rait du Comi­té des Forges des sidé­rur­gistes et mar­chands de canons enri­chis par les guerres mon­diales : met­tant fn aux crises et aux guerres, elle vau­drait à tous la pros­pé­ri­té et « le pain blanc », bref, l’Eldorado. Seule la récente crise, née d’une « épi­dé­mie » finan­cière, aurait fait « déri­ver » ce noble pro­jet, au risque de com­pro­mettre ses objec­tifs ini­tiaux.

« Dérive » récente d’une « Europe sociale » ou « ali­bi euro­péen » indis­pen­sable, à l’ère impé­ria­liste, à la maxi­mi­sa­tion du pro­fit mono­po­liste et à la guerre aux salaires ?

Le pré­sent ouvrage décrit, sources à l’appui, la stra­té­gie, depuis le début du xxe siècle, d’effacement du grand capi­tal fran­çais devant ses deux grands alliés-rivaux hégé­mo­niques, l’Allemagne et les États-Unis, si pré­cieux bou­cliers socio­po­li­tiques.

Réa­li­sa­tion vidéo par Michel Le Tho­mas

Source de l’ar­ticle : Les Films de l’An 2

Contacts Les Films de l’An II : lesfilmsdelan2@orange.fr

EN LIEN :