Fermiers versus Agrobusiness

Près de 1500 tracteurs et 7000 agriculteurs européens ont débarqué à Bruxelles pour une manifestation autour des institutions européennes afin de défendre un revenu et des prix équitables pour les fermiers.

Sous la pres­sion des actions des fer­miers contre la chute des prix, un conseil des ministres de l’agriculture s’est réuni le 7 sep­tembre. Le MIG (asso­cia­tion de pro­duc­teurs de lait belge) rap­pelle que pour cou­vrir les coûts de pro­duc­tion lai­tière avec un niveau de reve­nu pari­taire, le prix payé aux pro­duc­teurs doit être de 46 cen­times par kg de lait. Afin d’arriver à ce prix, la mise en place d’un sys­tème de régu­la­tion au niveau euro­péen est indis­pen­sable. La Com­mis­sion euro­péenne a annon­cé lun­di qu’elle déblo­quait 500 mil­lions d’euros d’aide d’urgence, une mesure qui semble sur­tout une solu­tion à court terme.

Les reven­di­ca­tions sont donc claires : une juste rému­né­ra­tion pour les pro­duc­teurs agri­coles, et un chan­ge­ment struc­tu­rel garan­tis­sant à tous de pou­voir vivre de son tra­vail digne­ment.


IMG_6411-2-b4234.jpg

Ce lun­di 7 sep­tembre, la Coor­di­na­tion Euro­péenne Via Cam­pe­si­na (ECVC) a mani­fes­té à Bruxelles aux côtés de l’European Milk Board (EMB) pour deman­der des mesures de maî­trise des volumes pro­duits, seules à même de réta­blir un prix juste du lait.

Des mil­liers d’éleveurs, dont de nom­breux jeunes, étaient pré­sents, afin que les 28 ministres euro­péens de l’Agriculture, réunis au Conseil excep­tion­nel, prennent de véri­tables mesures pour les sor­tir du marasme où les plonge la libé­ra­li­sa­tion du sec­teur lai­tier quand le mar­ché inter­na­tio­nal sature.

ECVC a été reçu par le Pré­sident du Conseil euro­péen des ministres de l’Agriculture, le ministre Luxem­bour­geois Fer­nand Etgen. Les délé­gués pay­sans ont argu­men­té la néces­si­té de prendre de réelles mesures pour faire face à cette crise struc­tu­relle à même de faire dis­pa­raitre des mil­liers de pro­duc­teurs dans les mois à venir. Mar­di, ECVC a éga­le­ment ren­con­tré le cabi­net de Phil Hogan, com­mis­saire euro­péen à l’Agriculture.

Face à la gra­vi­té de la situa­tion, les mesures annon­cées — aide directe, aug­men­ta­tion de la capa­ci­té de sto­ckage pri­vé, pro­mo­tion des pro­duits à l’export -, appa­raissent déri­soires, voire cyniques quand il s’agit de four­nir du lait au migrants.

Cherche t‑on uni­que­ment à “gagner du temps” ? En atten­dant que des pro­duc­teurs quittent la pro­duc­tion lai­tière, lais­sant quelques autres pro­fi­ter de l’embellie, avant la pro­chaine crise dans un cycle sans fin ?

La régu­la­tion publique du mar­ché n’a pas été pro­po­sée par une Com­mis­sion qui ne jure que par « l’orientation par le mar­ché » sans voir les hommes et les femmes broyés dans ce sys­tème, ni les consom­ma­teurs euro­péens frus­trés car leurs attentes ne sont jamais prise en compte. Il s’agit pour­tant d’une solu­tion de bon sens et peu coû­teuse qui consiste à orga­ni­ser une réduc­tion des volumes pro­duits, selon des méca­nismes concer­tés entre pays et pro­duc­teurs, pour retrou­ver l’équilibre du mar­ché.

La Coor­di­na­tion Euro­péenne Via Cam­pe­si­na appelle ses membres à pour­suivre la mobi­li­sa­tion, pour mettre en place de véri­tables solu­tions pour une pro­duc­tion durable.


Pour être tenu au cou­rant par face­book de nos pro­duc­tions, acti­vi­tés et for­ma­tions… n’hé­si­tez pas à nous “aimer”.

EN LIEN :