Manifestation pour la démission de Théo Francken

Ils étaient bien plus que 10! près de 8000 personnes dans les rues ce samedi pour réclamer la démission du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Théo Francken.

Ordre de quit­ter le gou­ver­ne­ment à Theo Fran­cken pour non-res­pect de son man­dat, non-res­pect des déci­sions de jus­tice et de l’É­tat de droit, vio­la­tion de la consti­tu­tion et des lois du peuple belge en ren­voyant des migrants vers la tor­ture et des trai­te­ments inhu­mains et dégra­dants, men­songes éhon­tés devant le Par­le­ment et la socié­té, pro­pos racistes, accoin­tance avec des anciens col­la­bo­ra­teurs nazis et menace pour l’ordre public et la sécu­ri­té natio­nale.

Théo Fran­cken et le gou­ver­ne­ment fédé­ral ont col­la­bo­ré avec les auto­ri­tés de Khar­toum pour l’ex­pul­sion de res­sor­tis­sants sou­da­nais qui, selon divers témoi­gnages recueillis par un think tank libé­ral au Moyen-Orient, ont fait l’ob­jet de tor­tures après leur retour. Pour rap­pel, le Sou­dan est une dic­ta­ture diri­gée depuis 28 ans par Omar El Bechir, qui fait l’ob­jet de 2 man­dats d’ar­rêt inter­na­tio­nal. Il est le chef d’E­tat le plus recher­ché par la cour pénal inter­na­tio­nale, pour­sui­vi pour géno­cide, crime de guerre et crime contre l’hu­ma­ni­té. Selon les chiffres de l’O­NU, en 14 ans, le conflit au Dar­four a fait plus de 300 000 morts et 2 mil­lions et demi de dépla­cés.

Théo Fran­cken a éga­le­ment plu­sieurs fois men­ti publi­que­ment en affir­mant qu’il n’é­tait pas au cou­rant de nou­velles expul­sions d’i­ci jan­vier 2018 alors qu’il avait été infor­mé d’une expul­sion vers le Sou­dan pré­vue le 13 jan­vier. Il a éga­le­ment été accu­sé d’a­voir men­ti en indi­quant que les expul­sions vers le Sou­dan s’exer­çaient en col­la­bo­ra­tion avec l’O­NU et l’Or­ga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale pour les Migra­tions (OIM), ce qu’ont démen­ti les deux ins­ti­tu­tions.

Les asso­cia­tions de défense des droits humains, de sou­tien aux réfu­giés et les ONG actives dans la coopé­ra­tion au déve­lop­pe­ment telles que le CNCD 11.11.11 ou Amnes­ty Inter­na­tio­nal, de même que les par­tis d’op­po­si­tion ont invi­té le secré­taire d’E­tat Fran­cken à prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés.

Mal­gré ces faits qui s’a­joutent aux rafles orga­ni­sées depuis le mois d’août au parc Maxi­mi­lien et à la gare du Nord de Bruxelles, le 1er Ministre Charles Michel conti­nue de qua­li­fier la poli­tique migra­toire de son gou­ver­ne­ment “d’hu­maine et ferme” et de cou­vrir son secré­taire d’E­tat Théo Fran­cken en appe­lant à “la nuance” dans ce dos­sier.

Voi­là pour­quoi près de 8000 per­sonnes se sont ras­sem­blées ce same­di pour dénon­cer les res­pon­sa­bi­li­tés grave de Théo Fran­cken et du gou­ver­ne­ment et récla­mer sa démis­sion.

EN LIEN :