Rassemblement contre la venue de Marine Le Pen à Bruxelles

La collaboration entre le Vlaams Belang et le Front National de Marine Le Pen est renforcée par la mise sur pied de leur nouveau groupe d’extrême droite au parlement européen.

manif-antifa.jpg

Manifestation contre la venue de Marine Le Pen à Bruxelles :

Com­mu­ni­qué de presse

12 sep­tembre 2015

Le 15 sep­tembre 2015, le par­ti néo­fas­ciste Vlaams Belang orga­nise à Bruxelles un col­loque avec Marine Le Pen « contre les dik­tats de l’Union euro­péenne » et pour s’en prendre aux migrants et aux popu­la­tions du sud de l’Europe.

Cette col­la­bo­ra­tion entre le Front Natio­nal de Marine Le Pen et le Vlaams Belang est ren­for­cée par la mise sur pied de leur nou­veau groupe d’extrême droite au Par­le­ment euro­péen : « Europe des Nations et des Liber­tés ».

Ce 15 sep­tembre, à l’initiative des Étu­diants de Gauche Actifs/Actief Linkse Stu­den­ten et de Blok­bus­ter, une mani­fes­ta­tion pren­dra place pour illus­trer l’opposition aux idées et poli­tiques d’extrême droite. Le ren­dez-vous est fixé le 15 sep­tembre à 19h Place Sur­let de Cho­kier (Madou), la mani­fes­ta­tion se dépla­ce­ra jusqu’à la place du Luxem­bourg.

« Contre les dik­tats de l’Union euro­péenne »

Nous devons dénon­cer l’hypocrisie de l’Union euro­péenne. La crise éco­no­mique pro­fonde du capi­ta­lisme, les poli­tiques néo­co­lo­niales et les inter­ven­tions mili­taires au Moyen-Orient et en Afrique ont créé une insta­bi­li­té poli­tique, ali­men­té la vio­lence sec­taire et dis­lo­qué les éco­no­mies des pays tou­chés. Cer­tains prennent le risque d’une périlleuse tra­ver­sée de la Médi­ter­ra­née. La poli­tique d’asile de l’Union euro­péenne cri­mi­na­lise les réfu­giés et mili­ta­rise ses fron­tières.

Pour Julien Engle­bert (Etu­diants de Gauche Actifs) « Cette situa­tion d’arrivée mas­sive de réfu­giés à nos fron­tières est ins­tru­men­ta­li­sée par l’extrême droite pour ali­men­ter la divi­sion et le racisme. Les immi­grés sont les boucs émis­saires des crises éco­no­miques du capi­ta­lisme. C’est aux mul­ti­na­tio­nales qu’il faut s’en prendre, pas à leurs vic­times ».

On peut lire sur le compte Twit­ter du FN : « Des fron­tières et des char­ters : la solu­tion pour Calais et le reste ! »

L’extrême droite ne consti­tue pas une alter­na­tive pour les jeunes et les tra­vailleurs.

D’un autre côté, le FN clame que ce n’est pas aux Fran­çais de payer pour les Grecs. Dans l’annonce du col­loque, l’extrême droite pro­pose d’arrêter les efforts finan­ciers pour les deman­deurs d’asile et l’Europe du Sud pour uti­li­ser ces moyens afin de « bais­ser les impôts et ain­si don­ner de l’oxygène à l’économie. » L’extrême droite s’oppose aux vic­times de la crise en don­nant de nou­veaux cadeaux aux res­pon­sables pour cette crise.

Geert Cool de Blok­bus­ter : « Ces dettes ne sont pas celle des Grecs, des Espa­gnols, des Fran­çais, des Alle­mands ou des Belges et ne doivent pas être payées par eux. Ce sont celles des spé­cu­la­teurs : ban­quiers et mul­ti­na­tio­nales. Nous avons besoin d’une lutte col­lec­tive des jeunes et des tra­vailleurs contre l’austérité, pour un plan mas­sif d’investissements publics pour répondre aux besoins de la popu­la­tion : des ser­vices publics, des écoles, des loge­ments sociaux et la créa­tion d’emplois décents pour tous… »

Ne nous lais­sons pas divi­ser ! Une lutte uni­fiée des tra­vailleurs et des jeunes, avec ou sans papiers, avec ou sans emploi, est néces­saire pour arrê­ter l’austérité en Bel­gique et en Europe.

STOP au mee­ting raciste du Vlaams Belang !

STOP aux dik­tats de L’Europe du Capi­tal !

Cette ini­tia­tive est éga­le­ment sou­te­nue par : Asso­cia­tion Joseph Jac­que­motte, CADTM – Bel­gique, Col­lec­tif Anti­fas­cis­ti Bruxelles, FEWLA, FAF (Front Anti­Fas­ciste), Ini­tia­tive Soli­da­ri­té avec la Grèce qui résiste, Jeunes FGTB-Char­le­roi, JOC-Bruxelles, Jong ACV-Jeunes CSC Bruxelles, Mou­ve­ment Anti-FN (France), PSL-LSP, Syn­di­ca­lis­ten TEGEN Fascisme/Syndicalistes contre le Fas­cisme, USE – Jeunes FGTB,…

Pour aller plus loin, inter­view pour Kio­no­vas de Maxime Rami­rez (EGA).


Pour être tenu au cou­rant par face­book de nos pro­duc­tions, acti­vi­tés et for­ma­tions… n’hé­si­tez pas à nous “aimer”.

EN LIEN :