Reportage Social (janvier-mai 2015)

20141024-IMG_2504-620x413.jpg

20141024-IMG_2504-620x413.jpg

FORMATION ZINTV “REPORTAGE SOCIAL” 2015

Ate­lier vidéo : « les femmes face à la crise et l’austérité »

“Il sera tou­jours plus facile à des tra­vailleurs, des acteurs sociaux, des syn­di­ca­listes, des chô­meurs, des mili­tants, des exclus, des jeunes… d’ap­prendre à uti­li­ser l’ou­til audio­vi­suel pour s’ex­pri­mer qu’à un jour­na­liste de s’in­té­res­ser à nos réa­li­tés pour en par­ler avec sin­cé­ri­té et hon­nê­te­té.”

Voi­la pour­quoi nous orga­ni­sons une for­ma­tion au “repor­tage social”.

Un repor­tage social est un film qui s’intéresse aux réa­li­tés sociales.

Dans l’imaginaire col­lec­tif, le repor­tage est sou­vent asso­cié à la télé­vi­sion, à l’événementiel, aux actua­li­tés et au jour­na­lisme. Le repor­tage sem­ble­rait éga­le­ment lié à ses condi­tions de pro­duc­tion. Pour nous, le repor­tage est avant tout un film. Une pen­sée qui s’exprime en images et en sons. Un outil et non un pro­duit.

L’idée de cette pra­tique est de « sor­tir » le repor­tage de ses stig­ma­ti­sa­tions tra­di­tion­nelles et de lui don­ner un sens plus large, plus expres­sif et diver­si­fié. Pour nous, la légè­re­té du dis­po­si­tif ne peut jus­ti­fier la pau­vre­té du lan­gage audio­vi­suel ni le dis­pen­ser des res­pon­sa­bi­li­tés éthiques ou morales. L’exercice que nous pro­po­sons au par­ti­ci­pant est conçu comme un espace d’expérimentation qui l’invite à assu­mer le film comme un outil d’expression et de lutte, à affir­mer son point de vue et défendre ses idées, à construire un regard.

La for­ma­tion est don­née au Pia­no­fa­briek, 35 Rue du Fort — 1060 Bruxelles

L’équipe péda­go­gique de ZIN TV est com­po­sée par :


Ron­nie Rami­rez, cinéaste et ensei­gnant ciné­ma. Membre de la com­mis­sion de sélec­tion de films de la com­mu­nau­té fran­çaise et du comi­té belge de la SCAM.

Maxime Kou­va­ras, jour­na­liste, pro­duc­teur, réa­li­sa­teur de nom­breux repor­tages

Durée : 42 Heures

8 séances pra­tiques le Same­di de 14h a 18h.

8 séances théo­riques (ana­lyse et débat) le Jeu­di de 18h a 20h.

Voi­ci les dates :

10 jan­vier 2015, same­di de 14h a 18h.

Séance d’in­for­ma­tion & pro­jec­tion des tra­vaux de l’an­née pas­sée.

15 jan­vier 2015, jeu­di de 18h a 20h salle Aren­berg (intro­duc­tion)

24 jan­vier 2015, same­di de 14h a 18h salle Aren­berg (méthode)

29 jan­vier 2015, jeu­di de 18h a 20h salle Aren­berg (méthode)

7 février 2015, same­di de 14h a 18h salle Aren­berg (pit­ching)

12 février 2015, jeu­di de 18h a 20h salle Aren­berg (pit­ching)

26 février 2015, jeu­di de 18h a 20h salle Aren­berg (pit­ching)

7 mars 2015, same­di de 14h a 18h salle Aren­berg (fin de pit­ching)

12 mars 2015, jeu­di de 18h a 20h salle Aren­berg (méthode itw)

21 mars 2015, same­di de 14h a 18h salle Aren­berg (ana­lyse rushes)

26 mars 2015, jeu­di de 18h a 20h salle Aren­berg (ana­lyse rushes)

2 avril 2015, jeu­di de 18h a 20h salle Aren­berg (mon­tage)

23 avril 2015, same­di de 14h a 18h : pro­jec­tion publique et drink, salle Aren­berg

Séance d’in­for­ma­tion géné­rale : 10 jan­vier 2015, lors de la pre­mière séance intro­duc­tive avec pro­jec­tions des films issus de nos ate­liers pré­cé­dents afin de lan­cer la dyna­mique.

La pré­sence à chaque cours est obli­ga­toire. Toute absence devra être signa­lée au préa­lable. Si vous pen­sez ne pas être suf­fi­sam­ment dis­po­nible, mer­ci de lais­ser les places à ceux qui pour­ront suivre sérieu­se­ment la for­ma­tion, d’autres for­ma­tions pour­raient vous être acces­sibles cette année.

Une par­ti­ci­pa­tion aux frais est exi­gé sous la forme d’une dona­tion à ZIN TV à par­tir de 50€ sur le compte (IBAN) BE67 9794 3467 4987

Banque Argen­ta : BE67 9794 3467 4987

Code BIC ARSPBE 22

Com­mu­ni­ca­tion : dona­tion ate­lier repor­tage social

Si vous dési­rez déjà prendre des infor­ma­tions ou vous pré-ins­crire (nom, pré­nom, GSM et mail), n’hésitez pas à nous contac­ter : workshop@zintv.org


Atelier vidéo : « les femmes face à la crise et l’austérité »

1948 : Droit de vote pour les femmes.

1968 : Droit des femmes au tra­vail décent.

2015 : Chasse aux chô­meurs : 2/3 des per­sonnes tou­chées par les nou­velles mesures sont des femmes.

L’histoire démontre que les luttes des femmes leur ont per­mis de conqué­rir peu à peu mais trop len­te­ment pour­tant, leurs droits si légi­times. Elles ont aujourd’hui acquis un sta­tut grâce à leur déter­mi­na­tion. Cepen­dant, les inéga­li­tés et les reculs per­sistent. Les condi­tions au foyer, dans la rue et les salaires des femmes ne sont pas encore égaux aux hommes et cer­taines entre­prises ne veulent pas enga­ger des femmes… Dans l’imaginaire col­lec­tif per­siste encore la « femme objet », une femme sou­mise à la domi­na­tion mas­cu­line.

En Bel­gique, le contexte éco­no­mique actuel ne favo­rise pas l’égalité hommes-femmes. Face à la crise, quelles sont les réper­cus­sions éco­no­miques pour les femmes ? Les syn­di­cats pointent d’ores et déjà le fait que les mesures d’austérité touchent majo­ri­tai­re­ment les femmes. Pour­quoi ?
Cette ques­tion engendre une réflexion plus large sur la manière dont on per­çoit les femmes dans la socié­té. Quel est leur sta­tut ? Pour­quoi per­siste-t-on à les mécon­si­dé­rer ? L’héritage mil­lé­naire d’un machisme est-il contour­nable par des reformes et des chan­ge­ments rapides ? Les femmes qui luttent pour la liber­té et les avan­cées sociales ont tou­jours été des pro­ta­go­nistes essen­tielles dans le chan­ge­ment des men­ta­li­tés et de la socié­té, mais elles sont aus­si les oubliées de l’histoire offi­cielle, les « invi­sibles », les four­mis ano­nymes…

Ain­si, à tra­vers le por­trait de ces femmes se déga­ge­ra une ana­lyse des inéga­li­tés des femmes face à la crise, nous amè­ne­rons les par­ti­ci­pants à se ques­tion­ner sur les construc­tions cultu­relles du sta­tut d’autrui. Des films et des lec­tures seront pro­po­sées sur le sujet afin de décloi­son­ner les propres réflexions des par­ti­ci­pants.

Enfin, l’atelier vidéo « les femmes face à la crise et l’austérité » per­met­tra de rendre visible et don­ner un visage à ces femmes qui sont tou­chées par ces mesures d’exclusion et créer ain­si un outil de sen­si­bi­li­sa­tion et conscien­ti­sa­tion. Notre moti­va­tion pre­mière est de faire exis­ter cette pro­blé­ma­tique sociale dans l’imaginaire col­lec­tif. Construire une mémoire col­lec­tive dans ce sens, nous per­met peut-être de pro­po­ser de vivre au XXIe siècle une nou­velle étape d’émergence d’une pen­sée fémi­nine en tant que vision­naires du des­tin de notre socié­té, des pro­ces­sus de chan­ge­ments et avec une plus grande luci­di­té sur ces mou­ve­ments his­to­riques. La lutte pour une socié­té plus juste est sans doute aus­si deve­nu la lutte des femmes pour leur espace.

L’é­quipe péda­go­gique de ZIN TV

Télé­char­gez notre bro­chure : repor­tage social ZIN_Brochure_PVLS_2014‑2.pdf

Pour voir plus loin

Le jour­na­lisme ciné­ma­to­gra­phique, par San­tia­go Alva­rez

Eloge têtu de l’information, par Serge Daney