Il est urgent de mieux s’organiser !

Le plus difficile à notre époque où beaucoup se renferment sur eux, c’est de créer des dynamiques, des économies, des mouvements, ensemble. Favoriser les circuits courts, mais surtout qu’ils soient diversifiés et structurés.

-871.jpg

Le cour­rier de David, 40 ans, logis­ti­cien le jour, fai­seur de ce qu’il peut le reste du temps :

J’ai la nau­sée en pen­sant à l’époque à laquelle on vit. Temps de maux qui nous divisent et qui font le bon­heur de tous ces pour­ris-pro­fi­teur de leur sys­tème-en mal d’ego et de pou­voir.

Mais je vois tant de gens agir en indé­pen­dant, créer, ras­sem­bler, défendre de belles causes et lut­ter pour conti­nuer à faire vivre des choses du pas­sé qui ont et doivent gar­der leur place main­te­nant et demain, tout autant que toutes ces belles nou­veau­tés que nous offrent le pré­sent. Beau­coup de belles éner­gies qui affrontent les grandes machines de toutes sortes, qui veulent nous endor­mir, nous nor­ma­li­ser, nous anéan­tir.

L’Homme est faible car son ego est fort. Le plus dif­fi­cile à notre époque où beau­coup se ren­ferment sur eux, c’est de créer des dyna­miques, des éco­no­mies, des mou­ve­ments, ensemble. Favo­ri­ser les cir­cuits courts, mais sur­tout qu’ils soient diver­si­fiés et struc­tu­rés.

Les réseaux sociaux sont deve­nus tel­le­ment vastes qu’on s’y perd tous, même s’ils sont aus­si de bons outils d’information et de com­mu­ni­ca­tion qui sont deve­nus incon­tour­nables. Le sou­ci est là : ils ont réus­si à faire que Google, Face­book et autres machi­ne­ries vir­tuelles soient incon­tour­nables.

Retrou­vons-nous et regrou­pons-nous autour de valeurs essen­tielles : le vivre ensemble, hum­ble­ment et sim­ple­ment. Déta­chons-nous des sur­plus : la sur­con­som­ma­tion et autre abus, si ce n’est ceux des plai­sirs simples de la vie qui se par­tagent, tel qu’un repas. L’utopie doit conti­nuer à nous enva­hir l’esprit.

Com­ment trou­ver cha­cun sa place dans notre socié­té sans empié­ter sur l’autre ? Com­ment refa­vo­ri­ser la proxi­mi­té et le contact humain, tout en gar­dant un œil et par­ti­ci­per à ce qui se passe plus loin ? Com­ment conver­ger pour peser sur les poli­tiques ?

Des grands Hommes tel que Siné sont de véri­tables exemples et des sources d’inspirations : com­battre la méchan­ce­té et toutes formes de xéno­pho­bies, créer et embar­quer des gens qui sont dans la même dyna­mique et qui appor­te­ront la richesse de leurs expé­riences et de leurs vécus, trou­ver toutes formes de dif­fu­sions et par­tages, consom­mer sai­ne­ment en sor­tant des cir­cuits des grandes dis­tri­bu­tions, pré­ser­ver les acquis du pas­sé dure­ment gagnés par des luttes.

Le monde de demain nous appar­tient si on y croit, et les nou­velles géné­ra­tions sui­vront si on veut bien pré­pa­rer le ter­rain et les embar­quer avec nous !

David,40 ans

Lu dans sine­men­suel de mars 2017