Le Maroc vu du ciel ou… Quand Yann Arthus Bertrand fait disparaître le Sahara occidental

Les personnes qui défendent l’auto-détermination du Sahara occidental sont fréquemment l’objet d’arrestations, de tortures et de mauvais traitements.

-1251.jpg

Le 22 juin 2017, France 2 a dif­fu­sé l’émission « Le Maroc vu du ciel ». Ce docu­men­taire, réa­li­sé par le pho­to­graphe Yann Arthus Ber­trand avec le sou­tien de l’Office natio­nal du tou­risme maro­cain est com­men­té par l’animateur fran­co-maro­cain de radio et télé­vi­sion Ali Bad­dou. Un com­men­taire des plus contes­tables qui pré­sente le Saha­ra occi­den­tal comme une pro­vince maro­caine, en contra­dic­tion fla­grante avec les réso­lu­tions des Nations unies.

A plu­sieurs reprises, le docu­men­taire fait appa­raître une carte du Maroc qui pré­sente d’un seul tenant un ter­ri­toire allant du nord du Maroc au sud du Saha­ra occi­den­tal relé­gué au rang de pro­vince du sud maro­cain. Cette pers­pec­tive sur la géo­gra­phie du ter­ri­toire est loin d’être inno­cente. Elle tra­duit la volon­té hégé­mo­nique du Maroc qui occupe illé­ga­le­ment le ter­ri­toire en vio­la­tion du droit inter­na­tio­nal.

La Marche verte de 1975 qui marque pour les Sah­raouis le début de la colo­ni­sa­tion mas­sive illé­gale de leur ter­ri­toire est pré­sen­tée comme « une grande marche paci­fique (…) qui libé­ra ces ter­ri­toires du sud de l’occupation espa­gnole ». Pas un mot sur la condam­na­tion de la Marche par le Conseil de sécu­ri­té des Nations unies.

Ali Bad­dou consent une seule vague allu­sion au fait que le Saha­ra occi­den­tal n’est peut-être pas si maro­cain que le pré­sente volon­tiers le docu­men­taire : « Le Maroc attend que sa sou­ve­rai­ne­té sur le Saha­ra soit enté­ri­née par l’ONU ». Aucune men­tion du fait que selon l’ONU, le sta­tut du ter­ri­toire doit être déter­mi­né par les Sah­raouis eux-mêmes à tra­vers un réfé­ren­dum auquel le Maroc s’oppose fer­me­ment depuis des décen­nies.

Les infor­ma­tions erro­nées et par­tiales divul­guées par « Le Maroc vu du ciel » sont lourdes de consé­quences. En gom­mant le Saha­ra occi­den­tal de la carte, le docu­men­taire dénigre le peuple sah­raoui qui lutte depuis plus de 40 ans pour son auto­dé­ter­mi­na­tion. Il contri­bue aus­si à la dés­in­for­ma­tion du public fran­çais en contra­dic­tion avec la voca­tion édu­ca­tive du ser­vice public audio­vi­suel dont France 2 est un fer de lance.

-1252.jpg

Contexte

Le Saha­ra occi­den­tal, ancienne colo­nie espa­gnole, est consi­dé­ré par les Nations unies comme un ter­ri­toire non auto­nome en attente de son auto­dé­ter­mi­na­tion. Il est occu­pé par le Royaume du Maroc depuis 1975. Une occu­pa­tion illé­gale, le Maroc n’étant pas recon­nu par les Nations unies comme la puis­sance admi­nis­trante.

En 1991, après 15 ans de conflit armé ayant fait fuir la moi­tié des Sah­raouis vers des camps de réfu­giés en Algé­rie, l’ONU a créé la Mis­sion des Nations Unies pour l’Organisation d’un réfé­ren­dum au Saha­ra occi­den­tal (MINURSO). Elle a pour man­dat de main­te­nir un ces­sez-le-feu entre le Maroc et le Front Poli­sa­rio qui reven­dique l’indépendance du Saha­ra occi­den­tal et qui a créé en 1976 la Répu­blique arabe sah­raouie démo­cra­tique (RASD), actuel­le­ment sou­ve­raine sur seule­ment 20% du ter­ri­toire reven­di­qué. L’autre man­dat de la MINURSO est l’organisation d’un réfé­ren­dum d’autodétermination défi­ni­ti­ve­ment reje­té par le Maroc en 2003, après que la MINURSO eut refu­sé d’inscrire sur les listes élec­to­rales des dizaines de mil­liers de colons maro­cains sus­cep­tibles de faire bas­cu­ler le scru­tin.

Depuis le départ de l’Espagne, le Maroc n’a ces­sé de conso­li­der son occu­pa­tion du ter­ri­toire. Sous la pres­sion de la colo­ni­sa­tion mas­sive, trois-quarts de la popu­la­tion est d’origine maro­caine et les autoch­tones sont aujourd’hui en mino­ri­té. Le Maroc exerce un contrôle admi­nis­tra­tif et sécu­ri­taire total, notam­ment grâce à la construc­tion d’un mur de sable ache­vé en 1987 qui scinde le ter­ri­toire sah­raoui lais­sant seule­ment 20% des terres reven­di­quées par les autoch­tones au Front Poli­sa­rio. Ce mur de 2700 km, étran­ge­ment absent du docu­men­taire de Yann Arthus Ber­trand, est le plus long mais aus­si le plus miné du monde.

Les per­sonnes qui défendent l’auto-détermination du Saha­ra occi­den­tal sont fré­quem­ment l’objet d’arrestations, de tor­tures et de mau­vais trai­te­ments. Cer­taines ont été condam­nées à de très lourdes peines sur la base d’aveux obte­nus sous la tor­ture. Ce fut le cas pour les 24 membres du groupe de Gdeim Izik qui sont actuel­le­ment reju­gés par la cour d’appel de Rabat. L’ACAT vient de sai­sir plu­sieurs rap­por­teurs spé­ciaux des Nations unies pour dénon­cer les vio­la­tions graves du droit à un pro­cès équi­table dont les 24 accu­sés sont vic­times.

Source : ACAT


Lettre à France 2 et Yann Arthus Bertrand :

Mon­sieur Gora Patel

Média­teur des pro­grammes

France télé­vi­sion

7 espla­nade Hen­ri de France

75907 Paris cedex 15

Mon­sieur le Média­teur,

Sur la base d’informations com­mu­ni­quées par l’ACAT-France, je sou­hai­te­rais vous faire part de ma conster­na­tion à la suite de la dif­fu­sion du docu­men­taire de Yann Arthus Ber­trand « Le Maroc vu du ciel », com­men­té par Ali Bad­dou. Ce docu­men­taire, aus­si esthé­tique soit-il, contient des infor­ma­tions erro­nées et par­tiales sur le Saha­ra occi­den­tal. Il est pré­sen­té comme une par­tie du ter­ri­toire maro­cain tant par le com­men­ta­teur que par la carte pré­sen­tée à plu­sieurs reprises et qui gomme la ligne de démar­ca­tion inter­na­tio­na­le­ment recon­nue entre le Maroc et le ter­ri­toire sah­raoui.

La Marche verte de 1975 qui marque pour les Sah­raouis le début de la colo­ni­sa­tion mas­sive illé­gale de leur ter­ri­toire est pré­sen­tée comme « une grande marche paci­fique (…) qui libé­ra ces ter­ri­toires du sud de l’occupation espa­gnole », sans men­tion de sa vive condam­na­tion par le Conseil de sécu­ri­té des Nations unies.

Seule une phrase allu­sive d’Ali Bad­dou laisse entendre impli­ci­te­ment que le Saha­ra occi­den­tal n’est pas offi­ciel­le­ment un ter­ri­toire maro­cain. Il n’est cepen­dant fait aucune allu­sion au droit inter­na­tio­nal et aux Nations unies qui consi­dèrent que le ter­ri­toire est occu­pé illé­ga­le­ment par le Maroc depuis 1975.

En gom­mant le Saha­ra occi­den­tal de la carte, le docu­men­taire dénigre le peuple sah­raoui qui lutte depuis plus de 40 ans pour son auto­dé­ter­mi­na­tion. Il contri­bue aus­si à la dés­in­for­ma­tion du public fran­çais sur ce sujet.

Dans ce contexte, je vous demande de bien vou­loir publier un rec­ti­fi­ca­tif sur le site de France 2 expli­quant que contrai­re­ment à ce qui est affir­mé dans le docu­men­taire, le Saha­ra occi­den­tal n’est pas une pro­vince maro­caine mais un ter­ri­toire non auto­nome en attente de son auto­dé­ter­mi­na­tion.

Dans cette attente, je vous prie d’agréer, Mon­sieur le Média­teur, l’expression de ma haute consi­dé­ra­tion.

Copie à Yann Arthus Ber­trand :

Hope pro­duc­tion

@ Robin & Co

8 rue des Bâte­liers- 92110 Cli­chy

Pour en savoir plus sur le Saha­ra occi­den­tal

Retrou­vez notre info­gra­phie sur la colo­ni­sa­tion au Saha­ra occi­den­tal