On leur laissera pas dire que la jeunesse (étudiante ou non) est contre les grèves

Les jeunes refusent de se faire instrumentaliser par Charles Michel et les patrons.

-429.jpg

On leur lais­se­ra pas dire que la jeu­nesse (étu­diante ou non) est contre les grèves. Les jeunes a qui on ne donne jamais le micro, ils savent qui bosse pour faire tour­ner le ser­vice public, ils savent pour­quoi c’est impor­tant, ils savent aus­si que le gou­ver­ne­ment Michel & co veut sur­tout pri­va­ti­ser pour faire plai­sir à leurs potes action­naires.

Les tra­vailleurs et le tra­vailleuses qui se crèvent toute la jour­née (et la nuit) pour nos trains, nos hôpi­taux, etc. et qui aujourd’­hui sacri­fient un jour de salaire, ils le font pour notre ave­nir à toutes et tous.

Alors avec ou sans exa­mens, nous, on sou­tient !

-430.jpg

En sou­tien aux gré­vistes des ser­vices publics !

En réponse aux innom­brables mesures de régres­sion sociale pro­po­sées et mises en appli­ca­tion par le gou­ver­ne­ment depuis 2 ans, un nou­veau mou­ve­ment de contes­ta­tion s’est déclen­ché chez les tra­vailleurs et tra­vailleuses du pays. Nous vou­lons un ave­nir pour la jeu­nesse ! C’est pour­quoi, nous, orga­ni­sa­tions de jeu­nesse pro­gres­sistes et enga­gées, tenons à leur appor­ter toute notre soli­da­ri­té.

Nous savons que les tra­vailleurs des écoles et des uni­ver­si­tés où nous étu­dions, des hôpi­taux qui garan­tissent notre san­té, des admi­nis­tra­tions qui s’occupent de nos routes ou de nos déchets ne peuvent conti­nuer à subir des coupes bud­gé­taires et la dégra­da­tion de leurs condi­tions de travail.Si nous vou­lons conti­nuer à évo­luer vers des ser­vices de qua­li­té réel­le­ment acces­sibles à toutes et tous, cela ne peut se faire que par le biais de ser­vices publics forts et bien finan­cés, où les condi­tions de tra­vail sont cor­rectes.

Nous savons que nos vacances, notre pro­tec­tion sociale, notre démo­cra­tie et toutes les liber­tés dont nous jouis­sons aujourd’hui, ont été obte­nues par des per­sonnes qui ont lut­té pour les obte­nir face à d’autres qui leur disaient que c’était inop­por­tun, impos­sible ou irres­pon­sable.

La jeu­nesse dont nous fai­sons par­tie et avec laquelle nous tra­vaillons demande un monde dif­fé­rent de celui que ce sys­tème poli­tique et éco­no­mique vou­drait nous léguer. Nous vou­lons vivre dans un monde plus juste et plus éga­li­taire, un monde soli­daire et enga­gé. Seul ce monde pour­ra nous garan­tir un ave­nir, un ave­nir pour toutes et tous.

Notre socié­té est loin d’être par­faite, et nous nous enga­geons pour tous les jours pour construire l’avenir que nous dési­rons pour tou(te)s nos cama­rades. Pour y par­ve­nir, nous consi­dé­rons qu’il est aujourd’hui du devoir de la jeu­nesse et de ses mul­tiples orga­ni­sa­tions de sou­te­nir celles et ceux qui sacri­fient leurs salaires et risquent leurs emplois pour notre ave­nir à toutes et tous.

Signa­taires :

– Jeunes Orga­ni­sés Et Com­ba­tifs

– Kris­te­lijke Arbei­ders­Jeugd

– Jeunes FGTB

– ACV Jon­ge­ren Brus­sel

– Jeunes CSC Bruxelles

– Union Syn­di­cale Etu­diante

– Pro­Jeunes ASBL

– Eco­loj

– Qui­noa

– Les Fau­cons Rouges

Source : joc

Pho­tos : Col­lec­tif Kras­nyi