Grèves en cours

Les médias traditionnels ont beaucoup parlé tracas subis par les étudiants à cause des grèves, sans vraiment leur donner la parole pour s'exprimer sur la contestation sociale et l'avenir des services publics. Voici un dialogue entre un enseignant et ses élèves sur les mouvements sociaux.

Les médias tra­di­tion­nels ont beau­coup par­lé des tra­cas subis par les étu­diants à cause des grèves, sans vrai­ment leur don­ner la parole pour pou­voir s’ex­pri­mer sur la contes­ta­tion sociale. “Les usa­gers pris en otage”, “les gré­vistes irres­pon­sables”, “les étu­diants per­tur­bés en pleine période d’exa­mens”, des mots d’ordre par­ta­gés depuis plu­sieurs semaines pour influen­cer l’o­pi­nion publique.
Nous vous pro­po­sons un dia­logue entre un ensei­gnant et ses élèves sur les mou­ve­ments sociaux. Un échange qui per­met aux jeunes d’é­vo­quer l’a­ve­nir des ser­vices publics.

« On leur lais­se­ra pas dire que la jeu­nesse (étu­diante ou non) est contre les grèves. Les jeunes a qui on ne donne jamais le micro, ils savent qui bosse pour faire tour­ner le ser­vice public, ils savent pour­quoi c’est impor­tant, ils savent aus­si que le gou­ver­ne­ment Michel & co veut sur­tout pri­va­ti­ser pour faire plai­sir à leurs potes action­naires.

Les tra­vailleurs et les tra­vailleuses qui se crèvent toute la jour­née (et la nuit) pour nos trains, nos hôpi­taux, etc. et qui aujourd’hui sacri­fient un jour de salaire, ils le font pour notre ave­nir à toutes et tous.

Alors avec ou sans exa­mens, nous, on sou­tient !»

extrait de l’ar­ticle On leur lais­se­ra pas dire que la jeu­nesse (étu­diante ou non) est contre les grèves

EN LIEN :