Comprendre la dette grecque

Outils vidéo et livret pédagogique

Un outil réa­li­sé par le CADTM et ZIN TV

Outil com­pi­lant vidéos et ana­lyses autour du cas de la dette grecque.

Cet outil com­pile des sup­ports vidéo qui présentent des approches, for­mats et objec­tifs différents mais portent tous sur le cas grec. Nous y détaillons leurs conte­nus et nous appor­tons des éléments complémentaires qui peuvent être utiles dans la compréhension de la situa­tion grecque, certes, mais sur­tout si vous vou­lez uti­li­ser ces vidéos comme des outils dans vos cours, vos ate­liers, vos projections-débats et vos dîners de famille.

Déjà avant le début de ce qui devien­dra la « crise grecque » en 2010, le CADTM – Comité pour l’abolition des dettesillégitimes – s’intéressait de près à la dette grecque et aux conséquences de son rem­bour­se­ment sur la popu­la­tion. Depuis plu­sieurs années, il s’efforce de pro­po­ser des ana­lyses émancipatrices et des alter­na­tives en lien avec les mobi­li­sa­tions grecques contre la dette illégitime. En 2015, le tra­vail du CADTM concer­nant la Grèce s’intensie, lorsque Syri­za, un par­ti anti-austérité, gagne les élections et que la présidente du par­le­ment grec met en place une com­mis­sion d’audit, dont le porte-parole de notre réseau assure la coor­di­na­tion scien­tique.

Depuis lors, plu­sieurs vidéos ont été réalisées en col­la­bo­ra­tion avec le CADTM par ZIN TV, les Pro­duc­tions du Pavé et les Films du Mou­ve­ment. Ces outils vidéo ont per­mis de vul­ga­ri­ser les ana­lyses, déconstruire des idées reçues et expli­quer des mécanismes par­fois com­plexes. Réalisées pen­dant ou peu de temps après l’expérience « Syri­za », cer­taines de ces vidéos per­mettent également de docu­men­ter et de poser un regard cri­tique sur cette séquence poli- tique en tant que ten­ta­tive avortée d’un pays de l’Union européenne de rompre avec l’austérité.

Public :

16 ans et plus

Objectifs :

  •  découvrir la Com­mis­sion d’audit de la dette grecque (ses résultats et son contexte de création)
  •  mieux com­prendre les mécanismes d’endettement de la Grèce
  •  mieux com­prendre l’expérience poli­tique avortée de « Syri­za »

SOMMAIRE :

1. Quelques repères utiles – p. 5

2. L’audit de la dette grecque : contex­tua­li­sa­tion – p. 19

3. Les résultats de l’audit – p. 35

4. Bras de fer avec les créanciers – p. 81

5. Glos­saire – p. 101

6. Conclu­sion – p. 106

Ressources à télécharger :

  • le livret péda­go­gique de 108 pages.
  • La série de 4 cap­sules d’a­ni­ma­tion A qui pro­fite la dette
  • L’au­dit, enquête sur la dette grecque, docu­men­taire de 26 minutes
  • Inter­ven­tion d’Éric Tous­saint à Athènes le 17 juin 2015, 33 minutes

A qui profite la dette

On nous parle d’une dette grecque insou­te­nable, impayable… mais au fait : à qui cette dette pro­fite ? Qui sont les créan­ciers de la Grèce ? Pour­quoi ont-ils prê­té de l’argent à la Grèce et à quelles condi­tions ? Pour­quoi la Grèce n’a pas été ‘sau­vée’ ?

épisode 1 — Les prêts bilatéraux

Les prêts bilatéraux

Cette cap­sule réca­pi­tule les dif­fé­rents plans de « sau­ve­tages » mis en place depuis 2010 en pré­ci­sant les mon­tants, l’identité des créan­ciers et les condi­tions impo­sées en contre­par­tie. Elle montre éga­le­ment en quoi cet argent n’a pas du tout per­mis de sau­ver la Grèce et son éco­no­mie, mal­gré ce que l’on a pu en dire, mais à rem­bour­ser la dette grecque aux banques euro­péennes et reca­pi­ta­li­ser les banques grecques.

Définitions :

Prêt bila­té­ral : Prêt réa­li­sé entre États. Un État prête de l’argent à un autre.

Mémo­ran­dum : Mémo­ran­dum c’est le rac­cour­ci de « Memo­ran­dum of unders­tan­ding », lit­té­ra­le­ment « mémo­ran­dum d’entente ». Il s’agit d’un docu­ment qui enté­rine un accord entre deux ou plu­sieurs par­ties. Dans le cas de la Grèce, les mémo­ran­da sont les docu­ments signés par la Troï­ka et la Grèce, qui sti­pulent que la pre­mière octroie des prêts de X mil­liards d’euros à la seconde en contre­par­tie de la mise en appli­ca­tion de mesures d’austérité détaillées dans le docu­ment. Au plu­riel, on trouve mémo­ran­dums ou mémo­ran­da.

Les personnages présents dans la vidéo

  • Nico­las Sar­ko­zy a été pré­sident de la Répu­blique fran­çaise de 2007 à 2012. Il était membre d’un par­ti de droite : l’UMP, l’Union pour un mou­ve­ment popu­laire.
  • Ange­la Mer­kel est chan­ce­lière de l’Allemagne depuis 2005. Elle est membre du par­ti conser­va­teur chré­tien : la CDU, l’Union chré­tienne démo­crate.
  • Didier Reyn­ders est un homme poli­tique belge, membre du MR, Mou­ve­ment réfor­ma­teur, par­ti de droite fran­co­phone. En 2010, durant les négo­cia­tions du pre­mier plan d’aide à la Grèce, il était ministre des finances du gou­ver­ne­ment fédé­ral belge. Aujourd’hui, il est le ministre des affaires étran­gères.

Ressources supplémentaires sur le sujet :

Séquence 1 : 00 :00 :00 : // MAI 2010 : 1er mémo­ran­dum

  • Prêts bila­té­raux = 52,9 mil­liards d’euros.
  • Avec cet argent le gou­ver­ne­ment grec rem­bourse sa dette aux banques pri­vées euro­péennes.


Quels pays ont prê­té à la Grèce et quelles sommes ?

En mai 2010, 15 pays de la zone euro (la Slo­va­quie s’est reti­rée par la suite) octroient de l’argent à la Grèce sous forme de prêts bila­té­raux : d’État à État.

L’accord de prêt ini­tial, géré par la Com­mis­sion euro­péenne, concerne 80 mil­liards d’euros mais seule­ment 52,9 mil­liards seront ver­sés jusqu’en mars 2012, date à laquelle le 2e mémo­ran­dum pren­dra le « relais ». Le mon­tant des prêts bila­té­raux est pro­por­tion­nel, pour chaque pays, à sa contri­bu­tion au capi­tal de la BCE, elle-même défi­nie en fonc­tion du poids éco­no­mique et démo­gra­phique de chaque pays. C’est ain­si que le mon­tant du prêt bila­té­ral de l’Allemagne (15,2 mil­liards d’euros) est supé­rieur à celui accor­dé par la Bel­gique (1,9 mil­liard d’euros).


Com­bien de béné­fices ont réa­li­sé les pays euro­péens grâce à ces prêts bila­té­raux ?

Bonne ques­tion ! Car les pays ne com­mu­niquent pas vrai­ment sur ces chiffres…

En 2017, le minis­tère des finances alle­mand a révé­lé que le prêt bila­té­ral octroyé à la Grèce par l’Allemagne avait rap­por­té 393 mil­lions d’euros en inté­rêts au pays.

Concer­nant la France, selon la Cour des comptes du pays, le mon­tant des inté­rêts payés par la Grèce s’élève à 695 mil­lions d’euros entre 2010 et 2013.

Concer­nant la Bel­gique, selon la Cour des comptes du pays, entre 2010 et 2016 ces inté­rêts s’élèvent à 137,3 mil­lions d’euros.


Séquence 2 : 00:01:21 // Février 2012 : 2e mémo­ran­dum

  • 130,9 mil­liards d’euros accor­dés par le FESF.
  • Le FESF = Fonds euro­péen de sta­bi­li­té finan­cière, une socié­té ano­nyme luxem­bour­geoise dont les emprunts sur les mar­chés finan­ciers sont garan­tis par les États de la zone euro.


Séquence 3 : 00:02:42 // Juillet 2015 : 3e mémo­ran­dum

  • Prêt de 86 mil­liards d’euros par le MES = Méca­nisme euro­péen de sta­bi­li­té qui vient rem­pla­cer le FESF.

L’argent prê­té par le FESF et le MES a ser­vi au rem­bour­se­ment de la dette publique grecque (64 %) et au ren­floue­ment des banques grecques (21%).


Pour­quoi la vidéo dit-elle que ces mémo­ran­dums n’ont pas per­mis de sau­ver la Grèce et sont illé­gi­times ?

L’argent des mémo­ran­dums n’a pas sau­vé la Grèce car celui-ci a été uti­li­sé pour :

  1. Le rem­bour­se­ment de la dette publique grecque (aux banques pri­vées euro­péennes dans un pre­mier temps) ;
  2. Le ren­floue­ment des banques pri­vées grecques. Il n’a ain­si pas pu être inves­ti dans une relance éco­no­mique du pays.

D’ailleurs cet argent n’a jamais été ver­sé à la Grèce, mais sur un compte spé­cial à la BCE. La Grèce n’a lit­té­ra­le­ment pas vu la cou­leur de cet argent.
De plus, les créan­ciers ont réa­li­sé, et conti­nuent de réa­li­ser, des béné­fices grâce à ces prêts, sur le dos d’un pays en crise et d’une popu­la­tion ago­ni­sante.

Episode 2 — Les banques privées


Dans cette cap­sule un diri­geant d’une grosse banque pri­vée euro­péenne explique à son fils com­ment sa banque s’en est tirée à très bon compte dans la crise grecque. Il com­mence par lui expli­quer les ori­gines de la crise grecque et la res­pon­sa­bi­li­té des banques qui ont inves­ti énor­mé­ment dans le pays dès 2001. Il pour­suit son expli­ca­tion en disant qu’après l’éclatement de cette bulle spé­cu­la­tive, il a fal­lu une inter­ven­tion des pou­voirs publics, d’abord grecs puis euro­péens, pour les sau­ver. Le ban­quier recon­naît fina­le­ment que l’argent des prêts faits à la Grèce a fini dans ses poches (via le rem­bour­se­ment de la dette et les reca­pi­ta­li­sa­tions) et que les plans de sau­ve­tages ont per­mis aux banques de se déga­ger du risque grec.

Définition :

Reca­pi­ta­li­sa­tion : Recons­ti­tu­tion ou aug­men­ta­tion du capi­tal social d’une banque pour ren­for­cer ses fonds propres, mis à mal par des pertes. Dans le cadre du sau­ve­tage des banques par les États euro­péens, le plus sou­vent, ces der­niers ont reca­pi­ta­li­sé sans condi­tions et sans exer­cer le pou­voir de déci­sion que leur confère la par­ti­ci­pa­tion au capi­tal des banques.

Socia­li­sa­tion des banques : C’est le trans­fert des banques au sec­teur public sous contrôle citoyen. Le terme « socia­li­sa­tion » est uti­li­sé de pré­fé­rence à celui de « natio­na­li­sa­tion » ou « éta­ti­sa­tion » pour indi­quer clai­re­ment à quel point est essen­tiel le contrôle citoyen, avec un par­tage de déci­sions entre les dirigeant·e·s, les représentant·e·s des salarié·e·s, des client·e·s, d’associations, les élu·e·s locaux et les représentant·e·s des ins­tances ban­caires publiques natio­nales et régio­nales.

Socia­li­sa­tion des pertes pri­vées : C’est quand les pertes finan­cières d’acteurs pri­vés (entre­prises, banques…) sont, soit prises en charge soit évi­tées grâce à l’intervention et l’argent public. Par exemple, en 2008, les États euro­péens se sont endet­tés pour sau­ver les banques de la faillite. Aujourd’hui ces emprunts publics sont rem­bour­sés par l’ensemble des popu­la­tions euro­péennes.

Les banques dont on parle dans cette vidéo :

Lorsque l’on parle de « banques pri­vées euro­péennes » ou de banques alle­mandes et fran­çaises qui ont inves­ti en Grèce et qui déte­naient les titres de la dette publique en 2010, en réa­li­té on parle de très peu d’établissements ban­caires, mais des très gros ! Il s’agit de BNP, Socié­té Géné­rale et Cré­dit Agri­cole pour la France ; Com­merz­bank, Baden Bank, Post­bank et DZ Bank pour l’Allemagne.

Lorsque l’on parle des « banques pri­vées grecques » reca­pi­ta­li­sées, il s’agit des quatre plus grosses banques du pays : Alpha Bank, Piraeus, Euro Bank, Banque natio­nale de Grèce (Eth­ni­ki, à ne pas confondre tou­te­fois avec la banque cen­trale de Grèce !).

Ressources complémentaires :

Séquence n°1 : 00:00:00 // Reca­pi­ta­li­sa­tion des banques grecques

À par­tir de 2001 : Inves­tis­se­ments mas­sifs des banques euro­péennes en Grèce => explo­sion des cré­dits faits aux ménages (+ 600%) et aux entre­prises (+ 300%) entre 2001 et 2009.

2009 : La crise plonge la Grèce dans la réces­sion, les banques sont au bord de l’effondrement.

RECAPITALISATION des banques par l’État grec. Le gou­ver­ne­ment grec débloque une enve­loppe de 28 mil­liards d’euros pour les banques grecques (3,5 = reca­pi­ta­li­sa­tion + 24,5 = garan­ties).

Séquence n°2 : 00:01:30 // Fal­si­fi­ca­tion des comptes

En octobre 2009, le gou­vernent PASOK annonce une série de révi­sions sta­tis­tiques opé­rées par l’institution des sta­tis­tiques grecques, ELSTAT. En inté­grant dans le cal­cul des dettes publiques toute une série d’éléments qui ne devraient pas y figu­rer, selon les règles euro­péennes, l’institution grecque a fait aug­men­ter la dette publique de 28 mil­liards d’euros du jour au len­de­main.

À noter que le direc­teur d’ELSTAT de l’époque, Andreas Geor­giou s’est vu condam­né par la jus­tice grecque à deux ans avec sur­sis pour cette fal­si­fi­ca­tion, mais semble être aujourd’hui sou­te­nu par la Com­mis­sion euro­péenne et A. Tsi­pras


Pour­quoi les Grec·que·s ne sont pas des fainéant·e·s ?

Pour décons­truire les idées reçues et pré­ju­gés sur les Grec·que·s voir « La Tour­mente grecque II, un coup d’État finan­cier » de 00:04:53 à 00:06:37, dis­po­nible ci-des­sous.

Ce pas­sage décons­truit l’image des Grec·que·s fainéant·e·s , corrompu·e·s et ne payant pas d’impôts.

Voir aus­si cette vidéo du Col­lec­tif d’audit citoyen, « Trois idées reçues sur la crise grecque », juin 2015

Episode 3 — Question pour du pognon

À tra­vers la paro­die d’un jeu télé­vi­sé célèbre, on découvre dans cette vidéo les poli­tiques de la BCE vis-à-vis de la Grèce : les rachats par la BCE de titres grecs sur le mar­ché secon­daire, les pro­fits qu’elle en a tirés, la cou­pure des finan­ce­ments pour les banques grecques suite à l’annonce du réfé­ren­dum…

Définitions :

Fonds vau­tour 
Un fonds vau­tour c’est une entre­prise finan­cière dont la spé­cia­li­té est de rache­ter des dettes à prix cas­sé, et ensuite tout faire pour obte­nir le rem­bour­se­ment de cette dette à 100% de sa valeur, celle ins­crite sur le contrat (que l’on appelle dans le jar­gon la valeur nomi­nale ou faciale) majo­rée d’intérêts et de péna­li­tés.


Com­ment s’y prennent-ils ?

Pri­mo, ils attendent qu’un pays ren­contre des dif­fi­cul­tés finan­cières pour rache­ter sa dette sur le mar­ché secon­daire (c’est-à-dire le mar­ché de seconde-main des titres de la dette), qui ne vaut alors plus grand-chose.

Ensuite, ils refusent toute négo­cia­tion, restruc­tu­ra­tion de la dette. Ils font pres­sion sur les gou­ver­ne­ments pour tou­cher 100% du rem­bour­se­ment (majo­ré des inté­rêts voire des péna­li­tés de retard) même s’ils ont dépen­sé bien moins pour acqué­rir ces dettes. Et sou­vent, pour ce faire, ils pour­suivent les États en jus­tice.
Avec cette petite com­bine, ils arrivent à obte­nir en moyenne 3 à 20 fois leurs sommes de départ.

Cer­tains fonds d’investissement ont fait de ces pra­tiques une véri­table spé­cia­li­té. Pour autant, de tels agis­se­ment ne se limitent pas uni­que­ment à ces fonds-ci, mais peuvent être accom­plis par d’autres entre­prises en appa­rence plus res­pec­tables… Ce fut, par exemple, le cas de BNP Pari­bas, dans le cas de l’Argentine ou encore la BCE en Grèce, comme le montre la vidéo.

Ressources supplémentaires :

Séquence n°1 : 00:00:00 //La BCE, un fonds vau­tour

La BCE lance en 2010 le pro­gramme SMP (Secu­ri­ties Mar­ket Pro­gram) qui lui per­met d’intervenir sur le mar­ché obli­ga­taire secon­daire afin d’acheter des obli­ga­tions d’État.

À tra­vers ce pro­gramme, elle a ache­té des titres grecs à 70 % de leurs valeurs mais demande le rem­bour­se­ment à 100%. Soit 55 mil­liards d’euros de dette grecque ache­tée avec seule­ment 40 mil­liards de débour­sés.

La BCE réa­lise ain­si un béné­fice qui s’élève, rien qu’entre 2012 et 2016, à 8 mil­liards d’euros, tout en impo­sant des mesures d’austérité consé­quentes.

À noter : La BCE a rache­té les titres de la dette grecque à 70% de leur valeur, alors qu’ils n’en valaient que 30% sur le mar­ché secon­daire (per­sonne n’en vou­lait !). Un joli cadeau fait aux banques qui cher­chaient à s’en débar­ras­ser.


C’est quoi le mar­ché secon­daire des dettes ?

Lorsqu’un État veut se finan­cer, il émet des titres de la dette sur le mar­ché pri­maire, ce sont des banques pri­vées qui les achètent. Ensuite, ces der­nières peuvent gar­der les titres ou les revendre. La revente se fait sur le mar­ché secon­daire, où les titres de dettes peuvent chan­ger de mains très vite !

On pour­rait com­pa­rer les mar­chés des dettes publiques à celui des voi­tures. Ain­si l’achat auprès d’un conces­sion­naire auto­mo­bile, c’est le mar­ché pri­maire tan­dis que la vente de voi­tures d’occasion c’est le mar­ché secon­daire.

À noter que depuis le trai­té de Maas­tricht, signé en 1992, la BCE ne peut plus prê­ter aux États de la zone euro, c’est-à-dire ache­ter direc­te­ment les titres qu’ils émettent. Donc, en fait, la BCE prête aux banques pri­vées qui ensuite prêtent aux États. Et bien enten­du les inté­rêts deman­dés par les banques pour finan­cer les États sont supé­rieurs au taux de la BCE, que l’on appelle aus­si le taux direc­teur.

L’Union euro­péenne et les gou­ver­ne­ments des pays membres, ont donc réser­vé au sec­teur pri­vé le mono­pole du cré­dit à l’égard des pou­voirs publics. Depuis 2010, la BCE achète tou­te­fois des titres de dettes publiques sur le mar­ché secon­daire, comme avec les titres grecs et le pro­gramme SMP. Elle condi­tionne ces rachats à l’application de mesures d’austérité.


Est-ce que la BCE a ren­du les pro­fits réa­li­sés à la Grèce ?

Les pro­fits géné­rés par la BCE via les titres grecs rache­tés ont été dis­tri­bués à ses action­naires que sont les banques cen­trales natio­nales qui, à leur tour, les ont dis­tri­bués à leurs action­naires que sont les États de la zone euro. Donc in fine, ces pro­fits se retrouvent dans les caisses des pays de la zone euro, qui ont la pos­si­bi­li­té de les rétro­cé­der ou pas. En novembre 2012, l’Eurogroupe s’est enga­gé à rétro­cé­der ces pro­fits, réa­li­sés abu­si­ve­ment, à condi­tion bien sûr que la Grèce pour­suive sa cure d’austérité. Mais en 2015 avec l’arrivée du gou­ver­ne­ment Syri­za, cette « pro­messe » a pris fin. Le 21 juin 2018, l’Eurogroupe a déci­dé de reprendre les rétro­ces­sions mais seule­ment à par­tir de l’argent de 2017 (tou­jours si la Grèce fait ce qu’on lui dit). Ain­si les pro­fits amas­sés par les pays euro­péens en 2015 et 2016 grâce aux rachats des titres grecs… res­te­ront bien au chaud dans leurs caisses.

Séquence n°2 : 00:01:20 // La BCE, la mafia

La BCE ne res­pecte pas ses sta­tuts qui l’obligent à res­ter indé­pen­dante poli­ti­que­ment. En effet, celle-ci condi­tionne ses mesures à la mise en œuvre de mesures d’austérité consé­quentes et très orien­tées poli­ti­que­ment.

Extrait des sta­tuts de la BCE — Article 282, ali­néa 3 du trai­té sur le fonc­tion­ne­ment de l’Union euro­péenne La Banque cen­trale euro­péenne a la per­son­na­li­té juri­dique. Elle est seule habi­li­tée à auto­ri­ser l’émission de l’euro. Elle est indé­pen­dante dans l’exercice de ses pou­voirs et dans la ges­tion de ses finances. Les ins­ti­tu­tions, organes et orga­nismes de l’Union ain­si que les gou­ver­ne­ments des États membres res­pectent cette indé­pen­dance.


En quoi, en 2015, la Grèce menace-t-elle les inté­rêts de la BCE ? Pour­quoi la BCE coupe-t-elle les liqui­di­tés aux banques ?

Le gou­ver­ne­ment Syri­za sou­hai­tait mettre à fin au régime d’austérité dic­té depuis 2010 par la Troï­ka, dont la BCE fait par­tie.

La BCE, alors qu’elle est cen­sée garan­tir la sta­bi­li­té finan­cière de la zone euro, a elle-même orga­ni­sé l’instabilité finan­cière en Grèce en cou­pant les liqui­di­tés aux banques grecques quelques jours avant le réfé­ren­dum. La BCE a outre­pas­sé ses pré­ro­ga­tives pour faire plier le gou­ver­ne­ment grec et qu’il accepte les mesures d’austérité impo­sées par la Troï­ka.


Séquence n°3 : 00:01 : 52 // La BCE et Publi­fin


Qui dirige la BCE ?

Actuel­le­ment, en 2018, c’est l’italien Mario Dra­ghi qui est à la tête de la BCE et ce depuis novembre 2011. Avant d’occuper cette fonc­tion il a été gou­ver­neur de la banque cen­trale d’Italie et encore avant ça il était vice-pré­sident du sec­teur Europe de Gold­man Sachs, évo­quée comme la « grande banque pri­vée amé­ri­caine » dans la vidéo.


C’est quoi Publi­fin ?

Publi­fin est une inter­com­mu­nale qui four­nit des ser­vices en matière de ges­tion de réseau élec­trique et de télé­com­mu­ni­ca­tions. Il s’agit donc d’une struc­ture publique déte­nue par plu­sieurs villes belges, sur­tout de la région de Liège. En décembre 2016, éclate un scan­dale lorsqu’un média révèle que plu­sieurs élus locaux (de plu­sieurs par­tis poli­tiques) per­çoivent d’importantes rému­né­ra­tions de Publi­fin au titre de leurs man­dats dans cette inter­com­mu­nale alors qu’ils ne par­ti­cipent même pas aux réunions. Publi­fin n’a rien à voir avec la Grèce, il s’agit d’un petit clin d’œil venu de Liège pour sou­le­ver que, dans bien d’autres situa­tions, l’argent public est détour­né au pro­fit d’intérêts par­ti­cu­liers.

Episode 4 — Le FMI

Cette cap­sule sur le FMI sou­lève deux choses. D’une part que le FMI a chan­gé sciem­ment, en mai 2010, ses sta­tuts, ses règles de fonc­tion­ne­ment afin de sau­ver les banques euro­péennes très expo­sées à la Grèce. D’autre part, elle veut mon­trer le double dis­cours auquel se livre aujourd’hui l’institution en par­lant d’erreur et en défen­dant un allè­ge­ment de la dette grecque.

Définitions :

Restruc­tu­ra­tion de la dette : Une restruc­tu­ra­tion de dette c’est un échange de dettes via lequel des anciens titres sont échan­gés contre des nou­veaux, com­pre­nant des condi­tions dif­fé­rentes. C’est-à-dire une baisse des taux d’intérêt et/ou un allon­ge­ment du calen­drier de rem­bour­se­ment et/ou une dimi­nu­tion du capi­tal, de la valeur de la dette.

Exemple : j’avais un titre de la dette belge de 1 000 euros arri­vant à échéance en 2019, avec un inté­rêt de 2,3 %. Après restruc­tu­ra­tion, je renonce à ce titre en échange d’un nou­veau qui me donne droit à 850 euros, arri­vant à échéance en 2030 avec un inté­rêt de 1,7%.

Com­ment se passe les restruc­tu­ra­tions ? Géné­ra­le­ment par une négo­cia­tion entre créan­ciers et pays débi­teur.

Pour­quoi on fait des restruc­tu­ra­tions de dettes ? Géné­ra­le­ment, parce que c’est la crise et que le pays est en situa­tion de sur­en­det­te­ment.

À savoir : dans de rares cas, les anciens titres sont échan­gés contre des liqui­di­tés, c’est-à-dire de l’argent.

Composition du fmi :

L’institution du FMI est com­po­sée d’organes déci­sion­nels : le conseil des gou­ver­neurs et le conseil d’administration. Mais paral­lè­le­ment à ces ins­tances poli­tiques, le Fonds com­prend plu­sieurs ser­vices de recherche. Ces ser­vices comp­taient 2 600 employé·e·s en 2016.

En théo­rie, les tra­vaux de ces ser­vices (qui peuvent être com­man­dés par la direc­tion géné­rale) per­mettent d’alimenter, de pré­pa­rer la prise de déci­sions. Mais cela n’est pas tou­jours le cas. D’une part, parce que les déci­sions poli­tiques prises ne se basent pas for­cé­ment sur le bon sens éco­no­mique. D’autre part, parce que cette rela­tion peut s’inverser et les éco­no­mistes du Fonds peuvent avoir pour fonc­tion de jus­ti­fier, défendre les orien­ta­tions poli­tiques prises au préa­lable.

Il arrive plus sou­vent qu’on veut bien le lais­ser croire, que les études et rap­ports pro­duits par les chercheur·se·s du FMI rentrent en contra­dic­tion avec les poli­tiques pres­crites par le FMI lui-même ou en pointent les limites et les impacts néga­tifs. Comme ce fut le cas avec la Grèce, mais pas que.

QUI EST à LA TÊTE DU FMI ?

Depuis juillet 2011, c’est Chris­tine Lagarde qui a pris la suite de Domi­nique Strauss-Kahn. Ce qui est impor­tant de rele­ver c’est qu’en mai 2010, lorsque a lieu la dis­cus­sion du CA du FMI sur l’octroi d’un prêt à la Grèce (cf. séquence n°1), Chris­tine Lagarde était déjà pré­sente, en tant que repré­sen­tante de la France, puisqu’elle y était ministre des Finances à l’époque. À ce moment-là, elle refu­sait toute restruc­tu­ra­tion de la dette afin de per­mettre aux éta­blis­se­ments ban­caires fran­çais d’éviter des pertes. Tan­dis qu’aujourd’hui, désor­mais à la tête de l’institution, elle pré­sente une restruc­tu­ra­tion de la dette grecque comme une néces­si­té, alors que c’était déjà néces­saire en 2010.

RESSOURCES Supplémentaires :

Séquence n°1 : 00:00:00 // PRÊT OU RESTRUCTURATION ?

Après avoir enten­du les conclu­sions des ser­vices de recherche, Domi­nique Strauss-Kahn, direc­teur du FMI à ce moment, écoute les argu­ments du conseil d’administration. Des pays tels que l’Allemagne, la France et la Hol­lande sou­tiennent l’option d’un prêt à la Grèce ; tan­dis que des pays comme le Bré­sil, l’Argentine et la Suisse s’y opposent, rap­pe­lant notam­ment le drame éco­no­mi­co-social argen­tin.

*Pour­quoi le cas de l’Argentine est cité dans la vidéo ? Que s’y est-il pas­sé ?
Entre la fin de la dic­ta­ture (1976) et 2001, l’Argentine voit son endet­te­ment public explo­ser. Il est qua­si­ment mul­ti­plié par 20 sur cette période. Sans comp­ter que la dette odieuse de la dic­ta­ture mili­taire a été blan­chie et rem­bour­sée plus de 25 fois. À la fin des années 90, les pre­mières dif­fi­cul­tés éco­no­miques appa­raissent avec la hausse du cours du dol­lar. En 2000, le FMI accorde un prêt à l’Argentine en contre­par­tie de la mise en œuvre des mesures néo­li­bé­rales (par exemple : la libé­ra­li­sa­tion des mar­chés et leur ouver­ture qua­si totale aux pro­duits exté­rieurs, rui­nant ain­si l’économie locale). Mais, comme dans le cas de la Grèce, les « recettes » pres­crites par le FMI vont aggra­ver la situa­tion de l’Argentine plu­tôt que l’améliorer. En 2001, la crise éclate. Une crise éco­no­mique et finan­cière d’abord, avec une réces­sion qui aug­mente, une demande qui se com­prime et une fuite mas­sive des capi­taux. L’Argentine se retrouve en défaut de paie­ment. Le FMI refuse de lui accor­der un nou­veau prêt, esti­mant que le pays n’avait pas res­pec­té les condi­tions des accords anté­rieurs. Et pour­tant le pays était consi­dé­ré, par l’institution elle-même, comme un « bon élève », appli­quant depuis des années des réformes néo­li­bé­rales conte­nues dans les plans d’ajus­te­ment struc­tu­rel.
La situa­tion s’empire au-delà d’une crise éco­no­mique, le pays se retrouve dans une impor­tante crise sociale et poli­tique avec une explo­sion du chô­mage, de fortes mobi­li­sa­tions (la popu­la­tion fait tom­ber quatre pré­si­dents en une semaine).

La res­pon­sa­bi­li­té du FMI et des poli­tiques pres­crites dans le déclen­che­ment et l’approfondissement de la crise argen­tine ne fait nul doute.

Séquence n°2 : 0:01:24 // JEU D’INFLUENCE ET MODIFICATION DES RÈGLES

Sous l’influence des grandes banques pri­vées fran­çaises et alle­mandes, Domi­nique Strauss Khan fait modi­fier le règle­ment interne du FMI sti­pu­lant que le prêt est envi­sa­geable à un pays dont la dette est déjà insou­te­nable à la condi­tion que la sta­bi­li­té finan­cière inter­na­tio­nale en dépende.

En mai 2010, le FMI accorde un prêt de 30 mil­liards d’euros à la Grèce.

Séquence n°3 // Aujourd’hui (début 2018) : RESTRUCTURATION DE LA DETTE

Huit ans et une nou­velle pré­si­dente du FMI après, les banques sont tirées d’affaire mais la dette du pays s’est gra­ve­ment alour­die et la situa­tion éco­no­mique et sociale du pays est tra­gique.

La restruc­tu­ra­tion de la dette est main­te­nant deman­dée par le FMI, en échange encore une fois de mesures d’austérité dras­tiques.

Qui décide au FMI ?

Chaque pays membre est repré­sen­té au sein du conseil des gou­ver­neurs qui se réunit une fois par an lors de l’assemblée annuelle de l’institution et prend les déci­sions impor­tantes (admis­sion de nou­veaux pays, bud­get…). Pour la ges­tion quo­ti­dienne des mis­sions du FMI, il délègue son pou­voir au conseil d’administration com­po­sé de 24 membres. Huit pays ont le pri­vi­lège de pou­voir nom­mer un admi­nis­tra­teur (États-Unis, Japon, Alle­magne, France, Royaume-Uni, Ara­bie saou­dite, Chine et Rus­sie), les 16 autres sont nom­més par des groupes de pays. Le conseil d’administration élit un direc­teur géné­ral (un·e Europén·ne) pour cinq ans (aujourd’hui Chris­tine Lagarde).

À l’opposé d’une ins­ti­tu­tion démo­cra­tique, le FMI fonc­tionne qua­si­ment comme une entre­prise. Tout pays qui en devient membre se doit de ver­ser un droit d’entrée appe­lé « quote-part », cal­cu­lée en fonc­tion de l’importance éco­no­mique et géo­po­li­tique du pays.

Comme à la Banque mon­diale, cette quote-part d’un pays déter­mine le nombre de ses droits de vote au sein du FMI. Voi­là com­ment le conseil d’administration du FMI accorde une place pré­pon­dé­rante aux États-Unis (16,54 % de droits de vote). À titre de com­pa­rai­son, le groupe emme­né par le Togo consti­tué de 24 pays d’Afrique noire, repré­sente 233 mil­lions d’individus et pos­sède seule­ment 1,55 % des droits de vote. Une majo­ri­té de 85 % est requise pour toutes les déci­sions impor­tantes. Et comme à la BM, les États-Unis sont le seul pays à déte­nir plus de 15 % des droits de vote, d’où un droit de veto de fait…

 

L’AUDIT, Enquête sur la dette grecque

FR — 26 min 53 sec — 2016

Le 25 jan­vier 2015, Tsi­pras et son par­ti Syri­za gagnent les élec­tions grecques. Dans un contexte inédit en Europe, une Com­mis­sion com­po­sée d’experts grecs et inter­na­tio­naux est mise en place au sein du Par­le­ment grec avec pour mis­sion d’enquêter sur la dette grecque et d’en révé­ler la par­tie illé­gi­time.

Le 18 juin 2015, la Com­mis­sion pour la Véri­té sur la dette grecque rend son rap­port, tan­dis que les négo­cia­tions entre le gou­ver­ne­ment grec fraî­che­ment élu et les Ins­ti­tu­tions euro­péennes font Les unes de tous les médias. Après ana­lyse, la com­mis­sion d’audit conclut que l’ensemble de la dette grecque publique est insou­te­nable et la part déte­nue par la Troï­ka (soit 85% de la dette à l’époque) s’avère éga­le­ment illé­gale, odieuse et illé­gi­time.

Trois ans après la sor­tie de ce rap­port détaillé sur les ori­gines de la dette grecque, le CADTM et ZIN TV sont heu­reux de mettre à votre dis­po­si­tion le film L’Audit — Enquête sur la dette grecque.

Ce docu­men­taire revient sur cette séquence poli­tique et his­to­rique inédite qu’a consti­tué l’arrivée d’un gou­ver­ne­ment anti-aus­té­ri­té dans un pays de l’Union euro­péenne : de l’élection de Syri­za à sa capi­tu­la­tion et la signa­ture du 3e mémo­ran­dum, en pas­sant par la créa­tion de la Com­mis­sion pour la Véri­té sur la dette grecque ou encore la vic­toire mas­sive du « OXI ».
Alors que la fin du 3e mémo­ran­dum approche, « on » nous dit que la Grèce entre­voit le bout du tun­nel et on célèbre son retour sur les mar­chés finan­ciers. Pour­tant force est de consta­ter, que ce 3e pro­gramme a été à l’image des pré­cé­dents en ren­for­çant l’assujettissement de la Grèce vis-à-vis de ses créan­ciers, en aggra­vant son endet­te­ment et en conti­nuant de tuer à petit feux ses habitant.e.s.

Dans ce contexte, l’analyse de l’expérience grecque demeure fon­da­men­tale pour tirer les leçons qui s’imposent, réajus­ter nos stra­té­gies et les alter­na­tives que nous défen­dons pour lut­ter contre les dettes illé­gi­times.

 

Maxime KOUVARAS — Zin TV & CADTM – 2017 – 26’52

  • Réa­li­sa­tion : Maxime Kou­va­ras
  • Camé­ra : Valen­tin Fayet, Georges Kou­va­ras, Maxime Kou­va­ras
  • Images addi­tion­nelles : Aris Hat­zis­te­fa­nou, Conseil de l’UE
  • Mon­tage : Valen­tin Fayet
  • Mixage son : Cédric Plis­nier
  • Musique : Oli­vier Cres­pel
  • Éta­lon­nage : Jos­ja van Zadel­hoff
  • Gra­phisme : Daniel Diaz
  • Remer­cie­ments : Stu­dio Char­bon, Alain Clé­ment, Anne-Sophie Guillaume, Ron­nie Rami­rez
  • Langues : ver­sion fran­çaise. Sous-titres dis­po­nibles en grec, anglais, espa­gnol, ita­lien et fran­çais
  • Genre : docu­men­taire
  • Où trou­ver cette vidéo ? : https://zintv.org/video/laudit-enquete-sur-la-dette-grecque‑2/

En résu­mé : 25 jan­vier 2015, Tsi­pras et son par­ti Syri­za gagnent les élec­tions grecques. Une vic­toire de l’espoir pour des mil­lions de Grec·que·s qui veulent en finir avec l’austérité impo­sée depuis des années par leurs créan­ciers, la tris­te­ment célèbre Troï­ka (Com­mis­sion euro­péenne, Banque cen­trale euro­péenne, Fond Moné­taire Inter­na­tio­nal). Dans un contexte inédit en Europe, une Com­mis­sion com­po­sée d’experts grecs et inter­na­tio­naux est mise en place au sein du Par­le­ment grec avec pour mis­sion d’enquêter sur la dette grecque et d’en révé­ler la par­tie illé­gi­time.

Plus en détail :

  1. Lan­ce­ment des tra­vaux de la Com­mis­sion d’audit
  2. Les négo­cia­tions à Bruxelles : rap­port de force entre la Grèce et ses créan­ciers
  3. La capi­tu­la­tion de Tsi­pras et les consé­quences pour les Grec·que·s

La vic­toire de SYRIZA le 25 jan­vier 2015 était véri­ta­ble­ment his­to­rique. C’était la pre­mière fois depuis 40 ans qu’un autre par­ti que le PASOK ou Nou­velle Démo­cra­tie arri­vait au pou­voir. Le peuple grec avait don­né un man­dat clair au gou­ver­ne­ment de rompre avec les plans d’austérité impo­sés depuis plus de 5 ans au pays et à la popu­la­tion. Des mesures d’austérité qui ont rava­gé le pays et eu des consé­quences sociales dra­ma­tiques : une mon­tée du chô­mage sans pré­cé­dent sur­tout chez les jeunes (+ de 50%), des hôpi­taux qui ferment, plus d’accès à la médi­ca­tion, des retraité·e·s sans pen­sions, des écoles sans chauf­fage, des taux de sui­cide records, la télé­vi­sion publique grecque fer­mée du jour au len­de­main de manière uni­la­té­rale, le droit de grève limi­té, les conven­tions col­lec­tives remises en ques­tion, sans par­ler de l’émergence d’un par­ti d’extrême droite grec, Aube dorée, ter­ri­ble­ment violent et dan­ge­reux.

En tant que bel­go-grec, je res­sen­tais à la fois le mélange de méfiance et d’espoir venant d’Athènes et depuis Bruxelles l’intérêt et même l’enthousiasme des mou­ve­ments sociaux vis-à-vis de ce qui s’annonçait en Grèce. Enfin, le gou­ver­ne­ment euro­péen annon­çait des négo­cia­tions dures avec les créan­ciers pour trou­ver une alter­na­tive pos­sible aux mémo­ran­dums, ces soi-disant « plans d’aide » impo­sés jusque-là, qui en plus d’être injustes, s’étaient avé­rés tota­le­ment inef­fi­caces. Dès le mois de février 2015, j’entends par­ler de la mise en place d’une com­mis­sion d’audit au sein du par­le­ment grec à l’initiative de la pré­si­dente de la Vou­li, Zoé Kons­tan­to­pou­lou et du Pré­sident du CADTM (Comi­té pour l’Abolition des dettes illé­gi­times), Éric Tous­saint avec qui nous avions déjà col­la­bo­ré. L’objectif de cet audit était de dis­tin­guer la part légale et la part illé­gi­time, odieuse et insou­te­nable de la dette grecque avant 2015. C’est une pre­mière à ce niveau en Europe et il m’a sem­blé essen­tiel de docu­men­ter ce pro­ces­sus inédit ! Ce pro­ces­sus com­mence en grande pompe, en pré­sence du Pré­sident grec, du Pre­mier Ministre Alexis Tsi­pras, de l’ensemble des ministres du gou­ver­ne­ment, de nombreu·x·ses député·e·s grec·que·s…

J’imaginais un tra­vail sur mini­mum 1 an et demi, le temps néces­saire pour un tra­vail d’audit qui puisse aller au fond des choses. Le temps aus­si de pou­voir gagner la confiance des membres, avoir accès aux recherches…Très vite, je me suis ren­du compte que tout le monde mar­chait sur des œufs. Les rela­tions étaient déli­cates, les enjeux impor­tants et la pru­dence omni­pré­sente pour ne pas créer d’incidents diplo­ma­tiques entre le par­le­ment et le gou­ver­ne­ment.

L’objectif de la Com­mis­sion était avant tout de pou­voir sor­tir un rap­port pré­li­mi­naire en trois mois afin de pou­voir le pré­sen­ter avant le début des négo­cia­tions en juin 2015. Plu­sieurs ses­sions ont eu lieu et les membres qui se sont enga­gés de manière volon­taire dans cette aven­ture ont tra­vaillé d’arrache-pied pour par­ve­nir à fina­li­ser ce pre­mier docu­ment. Du 21 au 26 juin 2015, les som­mets euro­péens et les réunions de l’Eurogroupe s’enchainent à Bruxelles. Les créan­ciers menacent de cou­per les liqui­di­tés du pays s’il n’y a pas d’accord avant le 30 juin 2015. Les négo­cia­tions font place à un nou­veau rap­port de force entre la Grèce et ses créan­ciers. Le 26 juin 2015, Tsi­pras sur­prend tout le monde. Il annonce un réfé­ren­dum pour le 5 juillet et encou­rage les Grecs à reje­ter le plan négo­cié en votant « non », « Oxi » ! Même les Grec·que·s les plus scep­tiques sur Tsi­pras et SYRIZA ont res­sen­ti que quelque chose se pas­sait.

D’accord ou pas sur l’objet de ce réfé­ren­dum qui remet­tait en ques­tion la pro­po­si­tion négo­ciée pour un nou­veau mémo­ran­dum, le résul­tat fut sans équi­voque : 62 % des Grec·que·s ont dit « non » à ce plan négo­cié. C’était un vote cou­ra­geux car les liqui­di­tés des banques grecques avaient été cou­pées, les banques étaient sous contrôle de capi­tal et les retraits étaient limi­tés à 60 euros par jour, ame­nant quo­ti­dien­ne­ment des files gigan­tesques devant les auto­mates. Les lea­ders euro­péens mena­çaient la Grèce d’une sor­tie de la zone euro, les médias pri­vés grecs fai­saient tout pour que le « oui » l’emporte. Et per­sonne n’avait mani­fes­te­ment ima­gi­né un tel résul­tat. Mal­gré ce résul­tat sans pré­cé­dent, Tsi­pras ne l’a pas pris en compte et finit par signer le 12 juillet un nou­vel accord encore pire que celui sou­mis au vote des Grec·que·s, puisqu’il impo­sait de nou­velles cou­pures dans les pen­sions, une perte de sou­ve­rai­ne­té de la Grèce au niveau légis­la­tif avec des pro­jets de loi de cen­taines de pages adop­tés en des temps records qui ont sui­vi la signa­ture.

Tout cela a été res­sen­ti comme un coup de mas­sue par les Grec·que·s, mais aus­si par les mou­ve­ments sociaux en Europe qui sui­vaient tout ça de près. Je crois que ce film tra­duit l’espoir et la colère que toute cette expé­rience a sus­ci­tés. Main­te­nir une trace de cette mémoire, de ce qui s’est pas­sé per­met de ne pas oublier, de main­te­nir notre indi­gna­tion vis-à-vis de cette tra­hi­son vivante et peut ser­vir à tirer les conclu­sions néces­saires. Il faut res­ter méfiant, même avec un gou­ver­ne­ment dont le pro­gramme poli­tique pré­tend défendre l’intérêt de la popu­la­tion par la négo­cia­tion avec les par­te­naires euro­péens.

/ Séquence n°1 : 00:00:00 -> 13 29 : Lan­ce­ment des tra­vaux de la Com­mis­sion d’audit //

Le film s’ouvre sur le dis­cours inau­gu­ral d’Alexis Tsi­pras, au len­de­main de la vic­toire his­to­rique du par­ti Syri­za aux élec­tions natio­nale de jan­vier 2015. C’est à une foule enthou­sias­mée et rem­plie d’espoirs qu’il annonce une ère nou­velle, qui veut rompre avec les plans d’austérité et les mémo­ran­dums impo­sés depuis 5 ans par la Troï­ka. C’est éga­le­ment dans ce contexte que se crée la Com­mis­sion pour la véri­té sur la dette, sous l’impulsion de Zoé Kons­tan­to­pou­lou et d’Éric Tous­saint, avec pour mis­sion de dis­tin­guer la par­tie odieuse, illé­gi­time, illé­gale et insou­te­nable de la dette.

L’objectif du pre­mier accord de prêt de 2010 était de pro­té­ger les inté­rêts des grandes banques pri­vées

Cette pre­mière séquence suit alors une par­tie de l’enquête qui dévoile rapi­de­ment des inco­hé­rences. Il appa­raît notam­ment qu’une grande par­tie des sommes soi-disant ver­sées à la Grèce n’ont jamais été per­çues par celle-ci. L’audition de deux per­son­nages clés, de Phi­lippe Legrain et Panayio­tis Rou­mé­lio­tis, ont éga­le­ment mis en avant les pres­sions exer­cées par la France et l’Allemagne, deux puis­sances tota­le­ment oppo­sées à une réduc­tion de la dette en 2010. Enfin, l’enquête révèle le coût social et éco­no­mique ter­rible engen­dré par les mesures d’austérité impo­sées.

Mal­gré la per­ti­nence de l’enquête et la volon­té du gou­ver­ne­ment de rompre avec l’austérité et les mémo­ran­da, la pré­sen­ta­tion offi­cielle du rap­port en pré­sence d’Alexis Tsi­pras et de 12 ministres ne sou­lève que peu d’enthousiasme…


Qui est Zoé Kons­tan­to­pou­lou ?

Zoé Kons­tan­to­pou­lou est avo­cate de for­ma­tion et devient dépu­tée de Syri­za dès 2012. Dans le cadre de ce pre­mier man­dat par­le­men­taire, elle s’attaque aux affaires de cor­rup­tion et de fraude fis­cale. Elle sera notam­ment la rap­por­teure d’une com­mis­sion d’enquête par­le­men­taire consti­tuée sur l’affaire des fichiers HSBC. Lors de l’élection du 25 jan­vier 2015 de Syri­za, Zoé Kons­tan­to­pou­lou est élue, à une large majo­ri­té (235 sur 298) pré­si­dente de la Vou­li (le par­le­ment grec). Elle devient ain­si la plus jeune pré­si­dente du par­le­ment de son pays et la deuxième femme à occu­per cette fonc­tion. Très vite après sa prise de fonc­tion, elle remet en place une com­mis­sion sur les répa­ra­tions de guerre alle­mande et remet à l’ordre du jour plu­sieurs dos­siers judi­ciaires lais­sés au fond du pla­card. Et bien évi­dem­ment, c’est sous son ini­tia­tive, le 4 avril 2015, que la com­mis­sion pour la véri­té sur la dette grecque est créée. La pré­si­dence de Zoé Kons­tan­to­pou­lou à la tête du par­le­ment grec prend fin en sep­tembre 2015, puisque à la suite de la signa­ture du 3e mémo­ran­dum, elle quitte le par­ti de Syri­za.


Pour­quoi dit-on qu’une grande par­tie des sommes octroyées par la Grèce n’ont jamais été per­çues par la Grèce ?

La plu­part des sommes octroyées à la Grèce n’ont pas été ver­sées sur un compte grec pour le fonc­tion­ne­ment de l’État, mais sur un compte spé­ci­fique de la BCE pour ensuite être ver­sées aux créan­ciers. Une requête offi­cielle a été envoyée au Pré­sident de la Banque cen­trale grecque, M. Stour­na­ras pour répondre à des ques­tions élé­men­taires dans un tra­vail d’audit. Stour­na­ras a refu­sé de don­ner l’accès aux docu­ments et aux infor­ma­tions sur les tran­sac­tions ban­caires en lien avec les prêts, en invo­quant le secret ban­caire. Pour­quoi cette absence de coopé­ra­tion de Stour­na­ras ? Car une grande par­tie des sommes soi-disant ver­sées à la Grèce n’ont jamais été per­çues par la Grèce.


Qui a été inter­ro­gé par la Com­mis­sion pour la véri­té sur la dette grecque ? Et qu’ont dévoi­lé ces audi­tions ?

1) Phi­lippe Legrain – Audi­tion du 12 juin 2015
Mon­sieur Legrain a assu­mé de février 2011 à février 2014 la fonc­tion de conseiller éco­no­mique de José Manuel Durão Bar­ro­so, pré­sident de la Com­mis­sion euro­péenne à cette époque.

Dans son audi­tion, celui-ci confirme que l’objectif du pre­mier accord de prêt de 2010 était de pro­té­ger les inté­rêts des grandes banques pri­vées. Il rap­pelle à ce pro­pos les chiffres de l’exposition des banques euro­péennes à la dette grecque en se basant sur les chiffres offi­ciels de la Banque cen­trale euro­péenne (BCE) : en 2010, les banques fran­çaises et alle­mandes déte­naient res­pec­ti­ve­ment 20 et 17,2 mil­liards d’euros de titres grecs. Il a affir­mé par ailleurs que le pro­gramme de rachat de la BCE de ces titres concour­rait au même des­sein, à savoir aider les banques pri­vées à se débar­ras­ser à bon prix de la dette grecque. En guise de conclu­sion, Phi­lippe Legrain a décla­ré : « J’encourage le gou­ver­ne­ment à ne pas accep­ter les condi­tions des créan­ciers en rai­son des souf­frances éco­no­miques et de la colo­ni­sa­tion poli­tique déjà impo­sées au peuple grec ».


2) Pana­gio­tis Rou­me­lio­tis – Audi­tion du 15 juin 2015

Éco­no­miste grec, P. Rou­me­lio­tis fut repré­sen­tant de la Grèce au FMI de mars 2010 à décembre 2011. Il était donc par­tie pre­nante des négo­cia­tions por­tant sur le pre­mier mémo­ran­dum et confirme l’enjeu majeur que repré­sen­tait pour une série de diri­geants euro­péens la pro­tec­tion des grandes banques, par­ti­cu­liè­re­ment fran­çaises et alle­mandes, d’une restruc­tu­ra­tion de la dette grecque en 2010 : « Il y a eu des ren­contres secrètes, dans des hôtels, entre des repré­sen­tants du FMI et des repré­sen­tants fran­çais et alle­mands pour dis­cu­ter de la par­ti­ci­pa­tion des banques à une éven­tuelle restruc­tu­ra­tion. Ces dis­cus­sions ont eu lieu avant la déci­sion du pre­mier memo­ran­dum et elles ont abou­ti au choix de ne pas restruc­tu­rer ! (…) M. Tri­chet – à l’époque pré­sident de la BCE — était par­mi ceux qui ont mené bataille contre une restruc­tu­ra­tion en mena­çant la Grèce de lui cou­per les liqui­di­tés. En réa­li­té, M. Tri­chet bluf­fait pour sau­ver les banques fran­çaises et alle­mandes !

P. Rou­me­lio­tis affirme que si elles avaient fait face à leurs res­pon­sa­bi­li­tés, les banques auraient assu­mé de lourdes pertes. Au contraire, selon ses propres cal­culs, elles ont réa­li­sé un béné­fice d’un mil­liard d’euros tan­dis que la Grèce assu­mait 1,4 mil­liards de pertes. Au-delà des banques pri­vées, les res­pon­sa­bi­li­tés des autres créan­ciers est enga­gée dans ce dos­sier pour l’économiste : « Oui, la res­pon­sa­bi­li­té existe. Non seule­ment il faut qu’ils (les créan­ciers) recon­naissent leurs res­pon­sa­bi­li­tés mais il faut voir la par­tie de la dette pour laquelle ils sont res­pon­sables. Ils refusent de recon­naître leurs erreurs car s’ils le fai­saient la Grèce pour­rait deman­der la répa­ra­tion des dégâts. »


Com­ment est per­çu et com­mu­ni­qué le tra­vail de la Com­mis­sion pour la Véri­té de la dette grecque en Grèce ?

La pré­sen­ta­tion offi­cielle du rap­port a lieu en pré­sence d’Alexis Tsi­pras et de 12 ministres. Mais il n’y a clai­re­ment pas d’enthousiasme pour ce rap­port. En com­pa­rai­son, l’audit de la dette en Équa­teur était sou­te­nu acti­ve­ment par le chef d’État avec 4 réunions inter­mé­diaires en sa pré­sence. Lors de la confé­rence de presse fil­mée dans le docu­men­taire, les jour­na­listes inter­rogent l’efficacité des tra­vaux de cette com­mis­sion dans le cadre des négo­cia­tions avec les créan­ciers et sa visi­bi­li­té sachant que les médias mains­tream en Grèce sont la pro­prié­té de six ou sept familles impli­quées dans la crise de la dette. Les médias de masse pri­vés ont dès le début vou­lu décré­di­bi­li­ser le tra­vail de la Com­mis­sion par des attaques directes vis-à-vis des membres et de Zoé Kons­tan­to­pou­lou. Le seul canal de dif­fu­sion des tra­vaux de la Com­mis­sion auprès de la popu­la­tion grecque était la télé­vi­sion du Par­le­ment et quelques médias alter­na­tifs.

// Séquence n°2 : 13 29 -> 20 33 : Les négo­cia­tions à Bruxelles : rap­port de force entre la Grèce et ses créan­ciers //

Du 21 au 26 juin les réunions s’enchaînent à Bruxelles. Les créan­ciers menacent de cou­per les liqui­di­tés du pays s’il n’y a pas d’accord avant le 30 juin 2015. Le 26 juin 2015, Alexis Tsi­pras sur­prend tout le monde avec l’annonce d’un réfé­ren­dum. Il appelle les Grecs à dire « Oxi », « Non » pour reje­ter le nou­veau plan impo­sé par les créan­ciers.

La semaine avant le réfé­ren­dum, les créan­ciers lancent une véri­table cam­pagne de pres­sions. La BCE refuse d’accorder la liqui­di­té aux banques grecques, ame­nant ain­si à un contrôle des capi­taux, qui limite les retraits ban­caires à 60 euros par jour. Les médias domi­nants font de la pro­pa­gande en pré­sen­tant le « oui » comme majo­ri­taire. Chaque jour des ras­sem­ble­ments ont lieu au centre d’Athènes. Mal­gré cette pres­sion, le résul­tat du réfé­ren­dum est sans équi­voque : 62% des Grecs disent « non ». Un résul­tat reçu sans enthou­siasme du côté de Tsi­pras et du gou­ver­ne­ment.

// Séquence n°3 : 20:33 -> 25:52 : La capi­tu­la­tion de Tsi­pras et les consé­quences pour les Grec·que·s. //

Le 13 juillet 2015, après les pres­sions constantes de la Com­mis­sion euro­péenne, Tsi­pras finit par signer la pro­po­si­tion impo­sée par l’Eurogroupe. Il a refu­sé d’utiliser l’arme de la sus­pen­sion du paie­ment et s’est enfer­mé dans sa logique de capi­tu­la­tion. Le rap­port de la Com­mis­sion d’audit n’a donc pas été uti­li­sé pour les négo­cia­tions, reste à savoir pour­quoi.

En octobre 2015, à la suite de nou­velles élec­tions légis­la­tives, le pré­sident du Par­le­ment grec à peine entré en fonc­tion annonce la fin « offi­cielle » de la com­mis­sion d’audit. Il retire toute trace de son exis­tence sur le site inter­net du par­le­ment.

 

  1. L’Europe et la zone euro ne sont pas réfor­mables. Un gou­ver­ne­ment qui veut rompre avec l’austérité doit déso­béir aux ins­ti­tu­tions et aux trai­tés euro­péens.
  2. Le mou­ve­ment social doit conti­nuer à s’auto-organiser pour faire pres­sion sur un gou­ver­ne­ment même s’il se pré­sente comme allié ou ami.

La Com­mis­sion d’audit de la dette grecque conti­nue la bataille, mais elle ne pour­ra la gagner seule. Des audits citoyens s’organisent par ailleurs dans d’autres pays euro­péens et dans le monde pour exi­ger le non-paie­ment des dettes illé­gi­times. (Cf. la vidéo « Grèce : pour­quoi la capi­tu­la­tion ? Une autre voie est pos­sible », page 90)

 

Télécharger l'outil en pdf

Accès à l'outil en ligne :

Nos ressources sont consultables et téléchargeables gratuitement sur notre site mais nous vous demandons de bien vouloir remplir le formulaire ci-dessous. Les informations que vous nous donnez seront gardées strictement confidentielles, elles nous permettront de pouvoir adapter nos outils aux besoins des utilisateurs et de vous informer des formations et ateliers organisés autour ces thématiques.
Merci de votre intérêt !






Souhaitez-vous également vous inscire à la newsletter de ZIN TV ? Oui