Unasur : vers une dédollarisation des échanges

L’unité régionale face à la crise mondiale au sommet du 3 décembre des Présidents des pays membres de l’Unasur, au Venezuela

27 novembre 2011, par Estelle Leroy-Debia­si

unasur.jpg En vue de la pro­chaine réunion le 3 décembre des Pré­si­dents des pays membres de l’Unasur, le Conseil Sud-amé­ri­cain éco­no­mie et de Finances de l’Unasur qui s’est tenu à Bue­nos Aires cette semaine a vali­dé un cer­tain nombre de thèmes au coeur de la ren­contre de Cara­cas.

Les pays de l’Unasur doivent tra­vailler ensemble pour amor­tir autant que pos­sible l’impact de la crise ; ils doivent miser sur des poli­tiques com­munes et des mesures leur per­met­tant d’augmenter et de faci­li­ter le com­merce intra-régio­nal , à l’instar du déve­lop­pe­ment de la Ban­co del Sur, ou du recours à une mon­naie com­mune pour les tran­sac­tions intra-régio­nales.

Voi­là deux des prin­ci­paux axes de la pro­chaine réunion des Pré­si­dents des pays membres de l’Unasur qui va se tenir le 3 décembre à Cara­cas, au Vene­zue­la. « Si nous par­ve­nons à avan­cer nous aurons non seule­ment une réponse adé­quate à la conjonc­ture, mais aus­si un nou­vel ordre dans nos pays afin d’aller au delà du court terme » a sou­li­gné le ministre argen­tin de l’économie, Ama­do Bou­dou. La coor­di­na­tion des poli­tiques éco­no­miques entre les membres de l’Unasur fait par­tie de la stra­té­gie régio­nale pour faire face à la crise.

Concer­nant la Ban­co del Sur, il ne manque plus que le vote à la chambre des dépu­tés de l’Uruguay , pour pas­ser à la vitesse supé­rieure. L’Uruguay sera ain­si – aux cotés du Vene­zue­la, Équa­teur, Boli­vie et Argen­tine — le cin­quième Etat ayant approu­vé l’organisme, ce qui repré­sen­te­ra 66,3% du capi­tal, et per­met­tra d’activer la mise en œuvre de cette ins­ti­tu­tion finan­cière régio­nale , dotée d’un capi­tal total de 20 mil­liards de dol­lars. La Secré­taire géné­rale de l’Unasur, la colom­bienne María Emma Mejía s’est dite confiante « en ce que d’ici le 15 décembre , la Chambre des Dépu­tés de Uru­guay approuve le pro­jet de créa­tion de cet orga­nisme régio­nal, ce qui a été déjà fait au Sénat ».

Quant aux méca­nismes finan­ciers pos­sibles pour sub­sti­tuer une autre mon­naie au dol­lar dans les tran­sac­tions entre les pays membres de l’Unasur, plu­sieurs options existent. Il s’agit de la créa­tion d’un ou plu­sieurs sys­tèmes de paie­ment et de com­pen­sa­tion effi­cients afin de dimi­nuer le temps et le coût des tran­sac­tions dans le com­merce intra-régio­nal. C’est déjà le cas entre le Bré­sil et l’Argentine, à la suite d’un accord signé en 2006, et en vigueur depuis 2008, avec le sys­tème SML. Un autre méca­nisme existe aus­si entre les pays de l’Alba avec le Sucre.

Autre thème à débattre, la coor­di­na­tion des pays membres dans l’usage des réserves de change, comme fond anti­cy­clique, alors qu’elles ont atteint 600.000 mil­lions de dol­lars. L’objectif est d’avoir un outil qui peut assis­ter les pays membres s’ils sont l’objet de spé­cu­la­tions finan­cières sur leur mon­naie. « Il y a trois pos­tures dif­fé­rentes sur la pro­po­si­tion de cor­don­ner la ges­tion des réserves. tou­te­fois le thème est rete­nu », a pour­sui­vi Bou­dou, qui a ajou­té « il est impor­tant de mon­trer que dans la région il y a un consen­sus pour affron­ter une crise qui aura un impact glo­bal ».

Enfin, la Secré­taire Géné­rale de l’ Una­sur, a rap­pe­lé que le30 novembre, à Bra­si­lia, les ministres de Infra­struc­ture vont fina­li­ser un ambi­tieux plan régio­nal, qui a deman­dé dix ans de col­la­bo­ra­tion et qui par­ti­ci­pe­ra vrai­ment à l’intégration de la région « avec 31 pro­grammes d’actions prio­ri­taires sélec­tion­nés pour un inves­tis­se­ment de 16 mil­liards de dol­lars ». Il favo­ri­se­ra l’accès aux ser­vices publics et aux infra­struc­tures.
[
El Correo->http://www.elcorreo.eu.org/?Unasur-vers-une-dedolarisation-des-echanges] avec Téla­met Pàgi­na 12, Paris 27 novembre 2011