Action BNP Paribas — Evasion Fiscale

Mots-clés

Une trentaine de personnes du collectif qui vole qui? se sont rendues dans une agence bruxelloise de BNP Paribas Fortis pour une saisie pour le moins originale...une première pour commencer à récupérer les milliards d’euros que la banque place dans les paradis fiscaux.

Une tren­taine de per­sonnes se sont ren­dues dans une agence bruxel­loise de BNP Pari­bas For­tis ce matin et sont repar­ties avec… des meubles ! Des chaises, une table, des plantes, etc. : une pre­mière sai­sie pour com­men­cer à récu­pé­rer les mil­liards d’euros que la banque place dans les para­dis fis­caux afin de per­mettre à ses plus riches clients d’échapper à l’impôt. La licence ban­caire leur a sym­bo­li­que­ment été reti­rée par l’apposition de scel­lés pour fraude fis­cale à très grande échelle et pré­ju­dice à l’intérêt géné­ral, deux des crimes qui figurent dans la longue liste des faits d’armes de cette banque.

For­cé­ment, les banques s’expriment peu sur le sujet. Et pour cause, les sommes men­tion­nées par plu­sieurs sources sont abys­sales. Rien qu’en Bel­gique, l’évasion fis­cale — notam­ment orches­trée par les banques – entraî­ne­rait de 10 à 20 mil­liards d’euros de manque à gagner pour l’État et le finan­ce­ment des ser­vices publics.

Quand les banques nous pissent des­sus, l’État nous dit qu’il pleut et accuse la glou­ton­ne­rie du peuple qui aurait vidé ses caisses. Résul­tat : l’État coupe dans toutes les dépenses publiques tan­dis qu’il conti­nue à sau­ver les banques. Une rapide com­pa­rai­son entre ces 10 mil­liards et les quelques 250 mil­lions qu’il entend récu­pé­rer en sai­gnant plus de 35 000 chômeur.se.s ne laisse pla­ner aucun doute sur ses prio­ri­tés.

En Bel­gique comme ailleurs, l’État est au cou­rant des agis­se­ments de la banque depuis des années et ne fait rien contre cela. Il va fal­loir que la popu­la­tion s’en occupe elle-même. « Nous revien­drons cher­cher le reste » annonce une ban­de­role lais­sée sur place…

Géné­reux, les militant.e.s ont offert à la direc­tion un peu de lec­ture sur la confis­ca­tion de la démo­cra­tie par la finance en leur remet­tant les livres Ban­co­cra­tie, Le livre noir des banques, Banques qui pillent, banques qui pleurent.… Ils-elles sont ensuite reparti.e.s avec le mobi­lier sous le bras jusqu’au centre-ville, où ils-elles ont remis leur butin à la popu­la­tion. Le mobi­lier a été ins­tal­lé dans l’espace public avec un écri­teau « Ceci n’est pas un siège, mais un début de réap­pro­pria­tion. ».

Cette action fait écho à une opé­ra­tion simi­laire menée jeu­di der­nier dans une agence HSBC de Bayonne, par l’association Bizi. Si les 180,6 mil­liards d’euros d’évasion fis­cale d’HSBC révé­lés par l’affaire Swiss­leaks font aujourd’hui la une de l’actualité, ils ne consti­tuent en réa­li­té que la par­tie émer­gée de l’iceberg. Toutes les grosses banques jouent le même jeu. BNP Pari­bas, la cible du jour, n’est pas en reste puisqu’elle compte 214 filiales dans les para­dis fis­caux.

Ce n’est un secret pour per­sonne, toutes les grosses banques ont des inves­tis­se­ments et des pra­tiques scan­da­leuses et néfastes sur les plans sociaux, éco­lo­giques et finan­ciers. Leur rôle devrait être de finan­cer des pro­jets socia­le­ment utiles et non pas de tra­vailler à enri­chir leurs action­naires. C’est pour­quoi il est impé­ra­tif de reti­rer la licence ban­caire à ces cri­mi­nels en col blanc, de socia­li­ser le sec­teur ban­caire (en le pla­çant sous le contrôle des tra­vailleurs et des usa­gers) et d’annuler la dette qu’ils ont eux même créée.

Il ne fait nul doute que les banques excellent dans le par­tage d’informations et de pra­tiques lorsqu’il s’agit de spé­cu­ler, cacher et voler… Qu’elles se ras­surent, nous en tirons bon ensei­gne­ment. De Bayonne à Bruxelles, d’Athènes à la City, de Madrid à Ber­lin : que les banques sur­veillent leur mobi­lier…

EN LIEN :