Anniversaire de l’occupation Ebola : 1 an passé mais rien à célébrer ?

Le 4 février 2016, les membres du collectif Ebola ont marché à travers les rues de Bruxelles pour «fêter» le 1er anniversaire de l'occupation.

Ais­sa­tou et son enfant dor­maient dans la rue jus­qu’au jour ou elle a trou­ver refuge dans un bâti­ment à Place Que­te­let de Saint-Josse. Depuis jan­vier 2015 des sans papiers venant de la Gui­née, du Sier­ra Leone et du Libe­ria, les trois pays tou­chés par le virus Ebo­la, occupent ce bâti­ment du col­lec­tif EBOLA.

Le 4 février 2016, les membres du col­lec­tif ont mar­ché à tra­vers les rues de Bruxelles pour “fêter” le 1er anni­ver­saire de l’oc­cu­pa­tion.

Le virus Ebo­la a désta­bi­li­sé les 3 pays, en plus de la guerre et la répres­sion. Ils se retrouvent dans l’in­ca­pa­ci­té de retour­ner dans leurs pays, ils réclament le res­pect des droits de l’en­fant, les droits d’a­sile ain­si leurs droits fon­da­men­taux mais aus­si l’ar­rêt des expul­sions et la régu­la­ri­sa­tion des tous les sans papiers.


Ver­jaar­dag van de bezet­ting Ebo­la — Eén jaar, maar niets om te vie­ren ?

Ais­sa­tou en haar kind slie­pen op straat tot de dag dat ze hun toev­lucht kon­den nemen in het gebouw op het Que­te­let­plein in Sint-Joost. Sinds janua­ri 2015 ves­tig­den men­sen zon­der papie­ren ‑afkom­stig uit Gui­née, Sier­ra Leone en Libe­ria, de drie lan­den geraakt door het Ebo­la virus — zich in het gebouw van het Col­lec­tief EBOLA. 4 Februa­ri 2016 trok het Col­lec­tief door de stra­ten van Brus­sel om de 1ste ver­jaar­dag van hun bezet­ting te “vie­ren”.

Het virus Ebo­la des­ta­bi­li­seerde de drie lan­den, naast oor­log en repres­sie die sinds lange tijd door deze lan­den raast. Zij kun­nen niet terug­ke­ren naar hun land van ori­gine. Ze eisen het res­pect van de rech­ten van het kind, het recht op asiel alsook het res­pect van hun fun­da­men­tele rech­ten. Ze vra­gen ook de stop­zet­ting van ged­won­gen uit­zet­tin­gen en de regu­la­ri­sa­tie van alle men­sen zon­der papie­ren.

EN LIEN :