Les médias disent qu’il pleut

REALISATION

Cette vidéo a été réa­li­sée dans le cadre d’un ate­lier vidéo ZIN TV en col­la­bo­ra­tion avec RWTV, une Web TV basée à Revin dans les Ardennes fran­çaises à deux pas de la fron­tière avec la Bel­gique. L’activité est inter­gé­né­ra­tion­nelle. Elle réunit des jeunes lycéens, des adultes et des retrai­tés actifs au sein de la WebTV. Ensemble, ils réa­lisent ce film col­lec­tif en trois jours.

Le 22 mars 2018, journée de grève partout en France pour la défense des services publics. A Charleville-Mézières, plus de 800 personnes se mobilisent. Au lycée Jean Moulin, une discussion entre professeurs grévistes et lycéens s'organise.

Les par­ti­ci­pants à l’a­te­lier vidéo pro­fitent de l’ac­tua­li­té pour cou­vrir la grève des ser­vices publics. Sept syn­di­cats de la fonc­tion publique (CFTC, CGC, CGT, FAFP, FO, FSU et Soli­daires) ont appe­lé à là grève et à des mani­fes­ta­tions par­tout en France le jeu­di 22 mars 2018. En cause : les réformes que sou­haite enga­ger le gou­ver­ne­ment dans le sec­teur de la fonc­tion publique, avec un recours mas­sif aux contrac­tuels – alors que les syn­di­cats demandent leur titu­la­ri­sa­tion – et la rému­né­ra­tion au mérite.

« Les pro­jets du gou­ver­ne­ment engagent de pro­fondes remises en cause des mis­sions publiques et une dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail des agent-es. C’est aus­si une menace réelle contre le sta­tut géné­ral des fonc­tion­naires et la fin pos­sible d’une Fonc­tion publique au ser­vice de l’intérêt géné­ral », estime l’intersyndicale dans un com­mu­ni­qué. A l’inverse de ces orien­ta­tions, « la qua­li­té des ser­vices publics à rendre aux usa­gers sur l’ensemble du ter­ri­toire, la défense de l’intérêt géné­ral, néces­sitent la créa­tion d’emplois qua­li­fiés pérennes et de qua­li­té, une plus grande recon­nais­sance du tra­vail et des mis­sions exer­cées par les agent-es, une amé­lio­ra­tion signi­fi­ca­tive de leurs salaires ».

Par ailleurs, plu­sieurs for­ma­tions de gauche (Alter­na­tive Liber­taire, Europe-éco­lo­gie-Les Verts, Ensemble, les dépu­tés de la France Insou­mise, Géneration.s, le NPA, le PCF…) ont publié le 19 mars un appel com­mun. « Face à ce gou­ver­ne­ment, qui veut par­ache­ver la trans­for­ma­tion d’un ser­vice public cen­sé être gui­dé par l’intérêt géné­ral en une entre­prise du CAC 40, les che­mi­nots et les che­mi­notes ne sont comp­tables de rien. Pas plus que les étudiant.es qui perdent une par­tie de leurs APL, les retraité.es qui voient la CSG aug­men­ter, les per­son­nels de soins, les enseignant.es, les chômeurs.ses ou l’ensemble des fonc­tion­naires. Pas plus que les migrant.es qui subissent une poli­tique indigne (…) Ils nous veulent dés­unis ? Nous répon­dons que nous serons dans la rue le 22 mars pour défendre l’accès au ser­vice public, à com­men­cer par le fer­ro­viaire, les che­mi­not-e‑s, mais aus­si l’ensemble des fonc­tion­naires et l’intérêt des usa­ger-e‑s. »

Les bilans de la mobi­li­sa­tion ont fait débat dans les médias et sont esti­més entre 48 000 et 65 000 à Paris et entre 300 000 et 500 000 pour toute la France.

img_2227.jpg

EN LIEN :