Les fantômes du skatepark

Un film avec :

les jeunes du ska­te­park — Robin Gazen­gel & Maxime Cha­cel
La maman — Del­phine Heck
Ancien tra­vailleur d’Ar­thur Mar­tin — Daniel Dutailly

 

Un film collectif

réa­li­sé dans le cadre d’un ate­lier de ZIN TV auprès de RwTV

animé par

Ron­nie Rami­rez & Maxime Kou­va­ras

Participants

Jean Noi­ret, Ariane Allo, André Royaux, Kha­di­ja Bel­la, Dylan Daou­di, Tho­mas Mag­giore, Fred­dy Col­let

Production :

Valen­tin Fayet & Anne-Sophie Guillaume

Musique :

L’art de la fugue de Jean Sébas­tien Bach

Sur le skatepark de Revin, petite ville des Ardennes françaises, les rêves et interrogations des jeunes rencontrent la mémoire des anciens et les fantômes d’un passé glorieux apparaissent.

revin00.jpg

À Revin, petite ville des Ardennes fran­çaises, à la fron­tière avec la Bel­gique, le média de proxi­mi­té Revin­WebTV ras­semble prin­ci­pa­le­ment des per­sonnes à la retraite qui ont le désir de fil­mer les réa­li­tés locales. Témoins de la mémoire d’une région qui a été pen­dant long­temps le ber­ceau d’une indus­trie flo­ris­sante, ils ont l’en­vie d’im­mor­ta­li­ser cette his­toire mais aus­si de la ques­tion­ner au regard des géné­ra­tions à venir. Com­ment par­tir des pré­oc­cu­pa­tions des Revi­nois, de récits sin­gu­liers pour les trans­mettre à tra­vers le lan­gage uni­ver­sel du ciné­ma ? Une équipe de ZIN TV a été accueillie en rési­dence pour mettre en place un ate­lier vidéo en ce sens.

Deux géné­ra­tions (retrai­tés et lycéens) se sont alors ren­con­trées pour créer un film dans le cadre de cet ate­lier. C’est le besoin de don­ner la parole aux jeunes qui ont ame­né les par­ti­ci­pants d’al­ler sur un lieu sus­cep­tible d’y ren­con­trer des jeunes : le ska­te­park.

Un film se fait aus­si sur le hasard des ren­contres qui en amènent d’autres. Mais le lieu, avec sa réa­li­té par­ti­cu­lière, convoque éga­le­ment d’autres per­son­nages… Des anciens, dépo­si­taires de la mémoire de ce lieu, ancien­ne­ment occu­pé par l’usine métal­lur­gique Arthur Mar­tin. Celle-ci a été le cœur bat­tant de Revin pen­dant plus d’un siècle, elle employait dans les années 1970 près de 3.600 sala­riés. Elle passe ensuite dans les années 1980 aux mains d’Electrolux, géant mon­dial de l’électro-ménager, s’ensuivent alors plans de restruc­tu­ra­tion et délo­ca­li­sa­tion en Pologne en 2014.

Aujourd’hui il ne reste que 24 employés dans l’usine rache­tée depuis par Del­ta­dore. Les tra­vailleurs et les tra­vailleuses ne sont pas res­tés pas­sifs, bien au contraire, ils se sont bat­tus pour défendre leurs droits. Suite à la fer­me­ture de ses usines, Revin se retrouve confron­tée à un fort taux de chô­mage (près de 50% chez les jeunes de moins de 24 ans selon les don­nées de l’Insee de 2015) et à la baisse de sa popu­la­tion. Par­tir ou res­ter ? Que faire avec cette réa­li­té ? Com­ment en par­ler ? Quels liens tis­ser autour de l’histoire de la ville ? Le film pose ces ques­tions et tente par son exis­tence-même d’ouvrir le champ des pos­sibles.

revin02.jpg

EN LIEN :