Les fantômes du skatepark

FR - 14 min 20 sec - 2018

Un film avec :

les jeunes du ska­te­park — Robin Gazen­gel & Maxime Cha­cel
La maman — Del­phine Heck
Ancien tra­vailleur d’Ar­thur Mar­tin — Daniel Dutailly

 

Un film collectif

réa­li­sé dans le cadre d’un ate­lier de ZIN TV auprès de RwTV

animé par

Ron­nie Rami­rez & Maxime Kou­va­ras

Participants

Jean Noi­ret, Ariane Allo, André Royaux, Kha­di­ja Bel­la, Dylan Daou­di, Tho­mas Mag­giore, Fred­dy Col­let

Production :

Valen­tin Fayet & Anne-Sophie Guillaume

Musique :

L’art de la fugue de Jean Sébas­tien Bach

Sur le ska­te­park de Revin, petite ville des Ardennes fran­çaises, les rêves et inter­ro­ga­tions des jeunes ren­contrent la mémoire des anciens et les fan­tômes d’un pas­sé glo­rieux appa­raissent.

revin00.jpg

À Revin, petite ville des Ardennes fran­çaises, à la fron­tière avec la Bel­gique, le média de proxi­mi­té Revin­WebTV ras­semble prin­ci­pa­le­ment des per­sonnes à la retraite qui ont le désir de fil­mer les réa­li­tés locales. Témoins de la mémoire d’une région qui a été pen­dant long­temps le ber­ceau d’une indus­trie flo­ris­sante, ils ont l’en­vie d’im­mor­ta­li­ser cette his­toire mais aus­si de la ques­tion­ner au regard des géné­ra­tions à venir. Com­ment par­tir des pré­oc­cu­pa­tions des Revi­nois, de récits sin­gu­liers pour les trans­mettre à tra­vers le lan­gage uni­ver­sel du ciné­ma ? Une équipe de ZIN TV a été accueillie en rési­dence pour mettre en place un ate­lier vidéo en ce sens.

Deux géné­ra­tions (retrai­tés et lycéens) se sont alors ren­con­trées pour créer un film dans le cadre de cet ate­lier. C’est le besoin de don­ner la parole aux jeunes qui ont ame­né les par­ti­ci­pants d’al­ler sur un lieu sus­cep­tible d’y ren­con­trer des jeunes : le ska­te­park.

Un film se fait aus­si sur le hasard des ren­contres qui en amènent d’autres. Mais le lieu, avec sa réa­li­té par­ti­cu­lière, convoque éga­le­ment d’autres per­son­nages… Des anciens, dépo­si­taires de la mémoire de ce lieu, ancien­ne­ment occu­pé par l’usine métal­lur­gique Arthur Mar­tin. Celle-ci a été le cœur bat­tant de Revin pen­dant plus d’un siècle, elle employait dans les années 1970 près de 3.600 sala­riés. Elle passe ensuite dans les années 1980 aux mains d’Electrolux, géant mon­dial de l’électro-ménager, s’ensuivent alors plans de restruc­tu­ra­tion et délo­ca­li­sa­tion en Pologne en 2014.

Aujourd’hui il ne reste que 24 employés dans l’usine rache­tée depuis par Del­ta­dore. Les tra­vailleurs et les tra­vailleuses ne sont pas res­tés pas­sifs, bien au contraire, ils se sont bat­tus pour défendre leurs droits. Suite à la fer­me­ture de ses usines, Revin se retrouve confron­tée à un fort taux de chô­mage (près de 50% chez les jeunes de moins de 24 ans selon les don­nées de l’Insee de 2015) et à la baisse de sa popu­la­tion. Par­tir ou res­ter ? Que faire avec cette réa­li­té ? Com­ment en par­ler ? Quels liens tis­ser autour de l’histoire de la ville ? Le film pose ces ques­tions et tente par son exis­tence-même d’ouvrir le champ des pos­sibles.

revin02.jpg

EN LIEN :