Pour la libération de Mounir et Jiyed

Près de 150 personnes rassemblées pour exiger la libération de Mounir Tahri, militant syndical et l'artiste Jiyed Cheikhe, arrêtés le 9 février lors d'une opération violente de la police à l'asbl culturelle flamande Globe Aroma

Près de 150 per­sonnes ras­sem­blées pour exi­ger la libé­ra­tion de Mou­nir Tah­ri, mili­tant syn­di­cal et l’ar­tiste Jiyed, arrê­tés le 9 février lors d’une opé­ra­tion vio­lente de la police à l’as­bl cultu­relle fla­mande Globe Aro­ma.

Des repré­sen­tants de la CSC ont visi­té nos deux mili­tants. D’a­près leurs témoi­gnages, on aurait dit que l’at­ten­tion de la direc­tion a été détour­née par le contrôle admi­nis­tra­tif pour que les poli­ciers puissent mener une opé­ra­tion de contrôles et d’ar­res­ta­tions des per­sonnes à l’in­té­rieur de l’AS­BL. C’est une pre­mière”.

Mou­nir vit et tra­vaille depuis 12 ans en Bel­gique. Il y a aus­si déve­lop­pé un enga­ge­ment fort en faveur de l’é­ga­li­té des droits pour tous les tra­vailleurs. Mais il est jugé « illé­gal » par l’État.

Jiyed est un artiste mau­ri­ta­nien. Il est venu en Bel­gique avec son frère et sont tous deux diplô­més en jour­na­lisme avec une pas­sion pour la lit­té­ra­ture. Ils écrivent leurs propres poèmes et récitent de la poé­sie arabe.

L’arrestation de mili­tants syn­di­caux et d’artistes doit nous aler­ter au plus haut point. Nous fran­chis­sons un pas. Celui d’une atteinte à la liber­té de s’associer et de créer.

La CSC-FGTB, le MOC et le CEPAG et toutes les orga­ni­sa­tions de la plate-forme de sou­tien aux sans papiers demandent la libé­ra­tion immé­diate des per­sonnes arrê­tées.

EN LIEN :