Venezuela, première mesure et premier acte… de résistance !

Menacés, les travailleurs de la télévision de l’Assemblée Nationale ANTV ont réagi aux déclarations faites par le chef politique de droite Henry Ramos Allup.

-101.jpg

Au Vene­zue­la, ce lun­di 7 décembre des tra­vailleurs de la télé­vi­sion de l’As­sem­blée natio­nale ANTV ont réagi aux décla­ra­tions faites par le chef poli­tique de droite Hen­ry Ramos Allup.

Com­mu­ni­qué des tra­vailleurs d’ANTV

-100.jpg Nous, la famille d’ANTV, famille issue de cette école de com­mu­ni­ca­tion qui a for­mé des cen­taines d’hommes et des femmes. Toute cette équipe tech­nique et humaine est la fenêtre du peuple, la fenêtre qui informe la patrie de ce qui se passe dans la glo­rieuse Assem­blée natio­nale de la Répu­blique boli­va­rienne du Vene­zue­la.

Cette famille est indi­gnée par les décla­ra­tions faites par le chef poli­tique de droite Hen­ry Ramos Allup, avec une haine déchaî­née, il appelle “la honte” notre deuxième foyer : Fon­da­tion de Télé­vi­sion de l’Assemblée Natio­nale.

Vous Mr. Ramos Allup, appelle “honte” les pères et mères de famille, “honte” les jour­na­listes, came­ra­mans, tech­ni­ciens et per­son­nel admi­nis­tra­tif qui ont un enga­ge­ment pro­fond pour leur pays.

Il appelle “honte” ceux qui coexistent au jour le jour dans ces cou­loirs de l’As­sem­blée natio­nale avec les par­le­men­taires ayant des idées poli­tiques adverses.

Il nous a appe­lé “honte”, ceux qui avec nos études et dévoue­ment nous nous don­nons pour être des jour­na­listes légis­la­tifs. Il a appe­lé “honte” les hommes et les femmes qui ont consa­cré leurs vies à répandre les lois de notre pays.

Nous reje­tons sa menace et son manque de dis­tri­bu­tion du triomphe, qui essaye de pro­vo­quer la vio­lence envers cette équipe de pro­fes­sion­nels de la com­mu­ni­ca­tion. Nous com­pre­nons que vous refu­sez d’émettre en direct les ses­sions de l’As­sem­blée Natio­nale, mais jamais nous ne com­pren­drons ou ne per­met­trons de nous cou­per la liber­té d’expression avec laquelle nous Véné­zué­liens vivons aujourd’­hui.

Vous avez déclen­ché une haine qui, par consé­quent, avons reçu des menaces de quelques-uns, très vio­lents. Voi­là pour­quoi, nous vous fai­sons res­pon­sable de ce qui pour­rait nous arri­ver à cha­cun des tra­vailleurs de la Fon­da­tion de télé­vi­sion de l’As­sem­blée natio­nale, de tous ceux qui portent fiè­re­ment le logo sur la poi­trine. Nous avons appris du meilleur maître à être res­pec­tueux et d’ac­cep­ter les résul­tats de la Com­mis­sion élec­to­rale natio­nale et de conti­nuer son exemple jusqu’au bout.

Vive la liber­té et la démo­cra­tie !

Que vivent Boli­var et Cha­vez !


Pour être tenu au cou­rant par face­book de nos pro­duc­tions, acti­vi­tés et for­ma­tions… n’hé­si­tez pas à nous “aimer”.

EN LIEN :