Victoire en front commun des travailleurs ISS à l’ULB

Les deux journées de décembre réclamés par les grévistes seront finalement payée au prix de trois jours de grève... En tous cas, le début d'une solidarité qui prépare de nouveaux combats et de nouvelles victoires.

-910.jpg

« Quand on parle du ménage, on parle d’énormément de choses : le net­toyage de toutes les sur­faces, des toi­lettes, le vidage des pou­belles, les petits entre­tiens et le net­toyage des car­reaux. Pour 5 895 600 d’euros annuels. Je rap­pelle qu’on à 405 000 mètres car­rés pour nos cam­pus. C’est une grosse somme mais çà fait énor­mé­ment de mètres car­rés.»

Mar­tin Casier, ancien vice-pré­sident de l’ULB en 2012

Après trois jours de grève, les tra­vailleurs-es d’ISS ont fina­le­ment rem­por­té gain de cause ! La socié­té ISS (Inter­na­tio­nal Ser­vice Solu­tions — mul­ti­na­tio­nale de net­toyage, lea­der mon­dial du faci­li­ty ser­vices pré­sente dans plus de 77 pays avec un chiffre d’affaire qui s’élevait à 10 mil­liards en 2016) a cédé!!!! La direc­tion d’ISS cède sur tous les points reven­di­qués en front com­mun par le per­son­nel de net­toyage du cam­pus du Sol­bosch. Mais il faut res­ter vigi­lant. Le mépris et les menaces per­sistent envers les ouvrières qui osent par­ler à la presse et les délé­gués syn­di­caux qui font leur tra­vail. L’ISS s’est enga­gée à payer les 2 jours de congés extra-légaux récla­mé par les tra­vailleurs, ils s’en­gagent aus­si à leur four­nir des vête­ments adé­quat de tra­vail, du maté­riel et des pro­duits, et à revoir les plan­nings de net­toyage, inte­nables.

Les reven­di­ca­tions des tra­vailleurs-euses ISS-ULB étaient les sui­vantes :
 — Paye­ment des jours fériés extra-légaux
 — Du maté­riel pour net­toyer
 — Non au har­cè­le­ment par les contrô­leurs
 — Rem­pla­ce­ment du per­son­nel en congé mala­die et en inca­pa­ci­té de tra­vail.

Cette pre­mière vic­toire a ren­for­cé la lutte des tra­vailleurs du net­toyage, qui ont reçu le sou­tien de nom­breux étu­diants et tra­vailleurs de l’ULB, dont le cercle d’His­toire de l’ULB. Il s’a­git désor­mais de veiller à ce que l’ISS tienne ses enga­ge­ments et de conti­nuer à lut­ter pour des condi­tions de tra­vail dignes, en dénon­çant les abus, contrôles et pres­sions liés en par­tie à l’ex­ter­na­li­sa­tion du net­toyage à des mul­ti­na­tio­nales qui aug­mentent leurs pro­fits en exté­nuant les tra­vailleurs !

Une mani­fes­ta­tion s’est tenue aujourd’­hui devant le Foyer orga­ni­sé par les étu­diants dont la repré­sen­ta­tion étu­diante tar­dait à se posi­tion­ner sur le cas d’ISS-Sol­bosch. Comme avec le conflit “Mc Kin­sey”, les étu­diants font face à des iner­ties internes. Les votes des membres du BEA ne sont d’ailleurs pas publics. Sur la rapi­di­té et la trans­pa­rence, un chan­tier s’ouvre.

Le sou­tien du comi­té des tra­vailleurs sans-papiers fût par­ti­cu­liè­re­ment émou­vant : Mus­ta­pha a témoi­gné de son cas en tra­vaillant comme exploi­té chez ISS en 2007, ain­si que Moham­med qui lors de son inter­ven­tion a mani­fes­té sa soli­da­ri­té en expli­quant les enjeux de la lutte contre le dum­ping sociale, l’u­ni­té de tous les tra­vailleurs et la reven­di­ca­tion du per­mis de tra­vail. On es tous des tra­vailleurs avec ou sans papiers. L’u­nion fait la force et la jeu­nesse semble encore faire preuve de cou­rage.

Les deux jour­nées de décembre récla­més par les gré­vistes seront fina­le­ment payée au prix de trois jours de grève… Une vic­toire sym­bo­lique au prix d’une perte de reve­nu pour les travailleurs(euses). En tous cas, le début d’une soli­da­ri­té qui pré­pare de nou­veaux com­bats et de nou­velles vic­toires.

-911.jpg


Pour être tenu au cou­rant des pro­duc­tions, acti­vi­tés et for­ma­tions de ZIN TV, n’hé­si­tez pas à nous “aimer” par face­book .

EN LIEN :