Conférence/débat avec Vincent Engel : Le désir de mémoire

06.03 2020 / 20h15 - 23h
UPJB - 61, rue de la Victoire, 1060 Bruxelles
Confé­rence-débat avec Vincent Engel autour de son der­nier essai :
« Le désir de mémoire : contre l’instrumentalisation de la mémoire de la Shoah » (Edi­tions Kar­tha­la).

En col­la­bo­ra­tion avec le jour­nal « Résis­tanceS »Depuis 75 ans, l’Occident tente de digé­rer le désastre abso­lu qu’il a pro­vo­qué et subi à la fois : la Shoah. Tout ce qui fon­dait la fier­té, l’orgueil de l’Europe – sa culture, ses valeurs, sa « civi­li­sa­tion » – a été remis en cause, bou­le­ver­sé par ce crime sans pré­cé­dent. L’idée de la « solu­tion finale », sa mise en œuvre active, la tolé­rance pas­sive ; com­ment cela a‑t-il été pos­sible ?

Depuis 75 ans, nous ten­tons de com­prendre ce « pas­sé qui ne passe pas », pour reprendre les mots de Ricoeur. Mais nous vou­lons que les jeunes en fassent un élé­ment fon­da­teur de leur mémoire. Jamais sans doute, dans l’histoire de l’humanité, la jeu­nesse n’a été som­mée de répondre à un devoir aus­si impé­rieux et extra­va­gant. Le « devoir de mémoire » est deve­nu un dogme qu’il est mal­ve­nu de remettre en ques­tion, sous peine d’être accu­sé de révi­sion­nisme, voire de néga­tion­nisme.

Pour­tant, cela ne va pas de soi. Pour­tant, les jeunes ne com­prennent plus pour­quoi ils « doivent » faire mémoire de la Shoah plus que d’autres géno­cides, plus que d’autres drames.

Pour­tant, il est néces­saire de se sou­ve­nir.

Si l’on met le « devoir » de côté, on est alors en mesure de réflé­chir à ce qu’est la mémoire ; com­ment elle s’articule au réel, com­ment elle est ins­tru­men­ta­li­sée, quels sont ses parts d’omission, quel est le rôle de l’oubli dans la remé­mo­ra­tion…

Tel est le pro­pos de cet essai : toute mémoire est d’abord un récit construit sur un réel défi­ni­ti­ve­ment hors de por­tée. Si l’on veut qu’une mémoire soit vivante, si l’on veut qu’elle ne soit pas exclu­si­ve­ment tour­née vers la mort, il convient de poser les termes d’une mémoire qui aide à vivre. Il convient de sub­sti­tuer le désir au devoir.

Vincent Engel est pro­fes­seur à l’université de Lou­vain, écri­vain, dra­ma­turge et chro­ni­queur. Très impli­qué dans le débat public, il col­la­bore au col­lec­tif Car­ta Aca­de­mi­ca, prô­nant un enga­ge­ment dans le débat public des uni­ver­si­taires. Il tra­vaille sur la lit­té­ra­ture des camps depuis plus de 30 ans.

Modé­ra­teur : Laurent Vogel« Le désir de mémoire : contre l’instrumentalisation de la mémoire de la Shoah » « Le désir de mémoire : contre l’instrumentalisation de la mémoire de la Shoah »