Caroline Fourest, les fours crématoires et la Syrie

Le problème, c’est qu’un journaliste doit recouper ses sources...

Image_2-127.png
Lun­di 27 février 2012, par Alain Gresh

Le 25 février, dans sa chro­nique heb­do­ma­daire du Monde, « Les yeux ouverts sur la Syrie », Caro­line Fou­rest écrit : « D’après Al-Ara­biya, des oppo­sants au régime ira­nien affirment que leur gou­ver­ne­ment a four­ni un four cré­ma­toire à son allié syrien. Ins­tal­lé dans la zone indus­trielle d’Alep, il tour­ne­rait à plein régime… Pour brû­ler les cadavres des oppo­sants ? »

On ne pré­sente plus Caro­line Fou­rest, porte-parole de l’islamophobie « de gauche », tou­jours sou­cieuse d’équilibre et de rai­son, sur­tout quand il s’agissait de jus­ti­fier les dic­ta­tures égyp­tienne ou tuni­sienne. Depuis, elle est par­tie en guerre contre le pré­sident Mon­cef Mar­zou­ki et le gou­ver­ne­ment tuni­sien avec une hargne qu’elle n’a jamais eue contre la dic­ta­ture de Ben Ali.

Mais reve­nons à son « infor­ma­tion » sur la Syrie. Un four cré­ma­toire ? Si, comme cela est évident, l’information est fausse (à sup­po­ser qu’il veuille en construire un, le gou­ver­ne­ment syrien a‑t-il vrai­ment besoin de l’aide de Téhé­ran pour ce faire ?), elle pour­ra répli­quer : mais j’ai pris mes pré­cau­tions, j’ai cité une source. Le pro­blème, c’est qu’un jour­na­liste doit recou­per ses sources et se deman­der pour­quoi Al-Ara­biya, chaîne inféo­dée à l’Arabie saou­dite publie une telle « infor­ma­tion ». Et qui est le groupe d’opposants ira­niens ? Elle ne le dit pas. Est-ce que ce sont les Moud­ja­hi­din du peuple ? Consti­tuent-ils une source cré­dible ?

Un four cré­ma­toire fait évi­dem­ment pen­ser au géno­cide nazi. En repre­nant ces termes, Fou­rest sait qu’elle faci­lite l’équation : régime ira­nien = régime nazi, ce qui est le dis­cours de tous ceux qui pré­parent une inter­ven­tion mili­taire contre « le nou­vel Hit­ler ».

Iro­ni­que­ment, dans la page d’à côté du quo­ti­dien est publié un billet de Michaël Szad­kows­ki, « Syrie : la guerre des com­men­taires », repris, sous une autre forme, par le blog Rezo­nances, celui des média­teurs du Monde.fr

Il dénonce, à juste titre, la pro­pa­gande du régime syrien, dont l’outrance est patente. « Au Monde.fr, nous ne sommes pas dupes non plus, devant ce nou­veau cas de remise en cause du tra­vail tra­di­tion­nel des jour­na­listes. Les stra­té­gies de com­mu­ni­ca­tion du régime de Bachar Al-Assad sont éla­bo­rées au plus haut niveau et visent à dis­cré­di­ter l’opposition syrienne en fai­sant pas­ser le plus lar­ge­ment pos­sible le mes­sage : il s’agit de “bandes armées” ter­ro­ristes ». Mais si cette pro­pa­gande est outran­cière, cela jus­ti­fie-t-il toute action de l’opposition ? L’occultation de l’usage de la vio­lence, y com­pris confes­sion­nelle, par cer­taines de ses com­po­santes ? La pro­pa­gande de cer­taines forces d’opposition ?

Et que pense le média­teur du Monde de cette « infor­ma­tion » sur le four cré­ma­toire ? Et-ce une infor­ma­tion « déga­gée de toute idéo­lo­gie » comme l’est, paraît-il, celle du monde.fr ?

Source de l’ar­ticle : blog du Diplo