Des mouvements sociaux planifient des contestations de masse contre la politique de paupérisation

Des participants de nombreux pays et régions du monde viendront à Francfort pour se joindre à ces journées de protestation.

Image_2-136.png
Décla­ra­tion de la confé­rence d’ac­tion euro­péenne à Franc­fort du 26 février 2012 :

Les 400 par­ti­ci­pants de la confé­rence d’ac­tion du 24 au 26 février ont déci­dé de lan­cer un appel à des jour­nées de contes­ta­tion du 17 au 19 mai contre le régime de crise de l’u­nion euro­péenne. Nous nous oppo­sons à la dévas­ta­tion de la Grèce et d’autre pays, à la pau­pé­ri­sa­tion et la pri­va­tion de leur droits de mil­lions de citoyens. Nous dénon­çons éga­le­ment l’a­bo­li­tion de fac­to des pro­cé­dures démo­cra­tiques suite aux déci­sions de la troï­ka, com­po­sée de la BCE, de l’UE et du FMI.

Les jour­nées de contes­ta­tion de Franc­fort suc­cèdent alors direc­te­ment à la jour­née d’ac­tion euro­péenne du 12 mai et à l’an­ni­ver­saire de la pre­mière assem­blée des indi­gnés à Madrid (le 15 mai). Nous mani­fes­tons ain­si notre soli­da­ri­té avec les euro­péens qui se défendent depuis des mois contre le régime de dette de la troï­ka et des attaques contre leur vie et leur ave­nir. Pen­dant ce laps de temps des mani­fes­ta­tions contre le som­met du G8 et de l’O­TAN auront lieu à Chi­ca­go.

Nous avons choi­si la ville de Franc­fort en rai­son de son rôle impor­tant comme siège de la BCE et d’autres banques et consor­tiums puis­sants alle­mands et mul­ti­na­tio­naux.

Le 17 mai, nous allons occu­per des endroits et des places publiques au centre ville afin de nous appro­prier de l’es­pace pour des dis­cus­sions de fond et un échange d’i­dées. Le len­de­main, notre colère quant à la poli­tique de la troï­ka se mani­fes­te­ra concrè­te­ment par le blo­quage du fonc­tion­ne­ment quo­ti­dien des banques franc­for­toises. Puis le 19 mai, nous nous ras­sem­ble­rons dans une grande mani­fes­ta­tion pour démon­trer l’am­pleur de la contes­ta­tion. Des par­ti­ci­pants de nom­breux pays et régions du monde vien­dront à Franc­fort pour se joindre à ces jour­nées de pro­tes­ta­tion.

Pour une réus­site des contes­ta­tions, une mobi­li­sa­tion sou­te­nue par le plus d’ac­ti­vistes pos­sible est indis­pen­sable : le mou­ve­ment Occu­py, des ini­tia­tives de chô­meurs et des alliances contre la crise, des syn­di­ca­listes, des acti­vistes d’At­tac, des mou­ve­ments éco­lo­gistes et paci­fistes, des groupes anti­ra­cistes et anti­fas­cistes de gauche, des asso­cia­tions d’immigrés, des orga­ni­sa­tions de jeu­nesse et d’é­tu­diants, des acti­vistes des dif­fé­rents com­bats locaux comme des acti­vistes du par­tie DIE LINKE.

La période de mobi­li­sa­tion inclut la jour­née d’ac­tion euro­péenne du 31 mars, le 1er mai et les com­bats sala­riaux en Alle­magne avec les­quels nous sommes soli­daires.

Source de l’ar­ticle : blo­cku­py