Gershon Baskin, le ‑discret- contact israelien du Hamas

Suite à l'assassinat de Ahmed Jabari, nous republions le texte de Gershon Baskin parut en octobre 2011 au moment de la libération de Guilad Shalit, négociée par Jabari.

Dans un édi­to­rial publié dans le Jéru­sa­lem Post après l’annonce de la libé­ra­tion de Gui­lad Sha­lit, Ger­shon Bas­kin, fon­da­teur du centre de recherche et d’information Israël /Palestine (CRIIP), affirme avoir été en contact régu­lier avec le Hamas pen­dant la durée de la cap­ti­vi­té de Gui­lad Sha­lit.

Ori­gi­naire des Etats-Unis, Ger­shon Bas­kin, a immi­gré en Israël à la fin des années 1970. Il a tra­vaillé avec les popu­la­tions arabes et israé­liennes, fai­sant la pro­mo­tion du dia­logue entre les deux peuples en Judée-Sama­rie et à Gaza. En 1988, il a créé le CRIIP, le seul think-tank israé­lo pales­ti­nien au monde. Dr.Baskin sou­tient la solu­tion à deux Etats démo­cra­tiques indé­pen­dant vivant en paix cote à cote. Il sou­tient le droit des Israé­liens aus­si bien que des Pales­ti­niens à l’autodétermination.

Grâce à son sta­tut de par­te­naire pri­vi­lé­gié des Pales­ti­niens, Ger­shon Bas­kin, a l’opportunité de jouer un rôle par­ti­cu­lier dans les média­tions qui ont ame­nés à la libé­ra­tion de Gui­lad Sha­lit.

Celui-ci explique dans un édi­to­rial publié au Jéru­sa­lem Post, que trois jours après la cap­ture du désor­mais capo­ral Sha­lit il a reçu un appel d’un cer­tain Pro­fes­seur M, un pro­fes­seur d’économie dans une uni­ver­si­té à Gaza, une per­sonne qu’il avait ren­con­tré six mois plus tôt dans une confé­rence au Caire. Ce pro­fes­seur se lamen­tait de la situa­tion à Gaza alors que les Israé­liens menaient l’opération Pluies d’été cen­sée libé­rer Gui­lad Sha­lit : « Ger­shon nous sommes bom­bar­dés, nous n’avons pas d’électricité, pas d’eau et nos vies sont en dan­ger, on doit faire quelque chose ». Dr. Bas­kin affir­ma qu’il était prêt à faire en sorte que Gui­lad Sha­lit soit libé­ré et ain­si mettre fin à l’opération.

Une heure plus tard, Dr. Bas­kin reçu un nou­vel appel, cette fois du Dr. Gha­zi Hamad, à l’époque porte-parole du gou­ver­ne­ment du Hamas. Jusqu’à la libé­ra­tion les deux indi­vi­dus res­tèrent en contact constant alors que le gou­ver­ne­ment israé­lien n’avait aucun contact avec le Hamas en 2006. Par la suite, Ger­shon Bas­kin contac­ta Noam Sha­lit afin de savoir s’il vou­lait par­ler à un membre du Hamas. Il répon­dit par l’affirmative et par­la avec Dr. Hamad qui lui assu­ra que Gui­lad était en vie.

A l’époque, Dr. Hamad for­mu­la une pro­po­si­tion d’échange au Dr. Bas­kin : un ces­sez le feu immé­diat, ouver­ture des pas­sages à Gaza et 1500 pri­son­niers. Le fon­da­teur et direc­teur de CRIIP a fait en sorte de contac­ter Ehud Olmert, Pre­mier ministre de l’époque, pour lui trans­mettre l’offre qu’il refu­sa comme cela aurait pu être pré­vi­sible.

Par la suite, l’éditorialiste au Jéru­sa­lem Post se ren­dit à Gaza afin de voir le Dr. Hamad en per­sonne. A l’époque la prio­ri­té était de rece­voir un signe de vie de Gui­lad Sha­lit. Pour cela, Dr. Bas­kin déci­da de deman­der à Noam Sha­lit de rédi­ger une lettre à Kha­led Meshaal, se trou­vant à Londres à l’époque. Noam Sha­lit rédi­gea une lettre citant le Coran. Quelques jours plus tard, une lettre manus­crite de Gui­lad Sha­lit fut trans­mise par l’intermédiaire des Egyp­tiens à Israël, et au média­teur israé­lien Ofer Dekel (un ancien offi­ciel du Shin-Beth).

M. Dekel expli­qua à Ger­shon Bas­kin qu’il était pré­fé­rable que les ini­tia­tives de média­tion pri­vées cessent. Les Egyp­tiens deman­dèrent de leur coté à Dr. Bas­kin de conti­nuer. Il conti­nua.

Sur­ement grâce à son insis­tance et à de nom­breuses lettres envoyées à Kha­led Meshaal et au Dr. Hamad, le Hamas fit par­ve­nir un enre­gis­tre­ment audio de Gui­lad Sha­lit. Ger­shon Bas­kin aurait près de 500 pages de com­mu­ni­ca­tions avec des membres du Hamas et sur­tout Gha­zi Hamad. Cette liai­son Bas­kin-Hamad aurait per­mis de limi­ter l’augmentation de la vio­lence entre le Hamas et Israël à plu­sieurs reprises, notam­ment lors des récents atten­tats d’Eilat.

Du point de vue de Dr. Bas­kin, l’arrivée de David Mei­dan en rem­pla­ce­ment d’Ofer Dekel a per­mis une grande avan­cée des négo­cia­tions. M. Mei­dan et Ger­shon Bas­kin ont rédi­gé un docu­ment de prin­cipes pour une reprise sérieuse des négo­cia­tions en 2011. Ces contacts étaient éta­blis indi­rec­te­ment avec Ahmed Jaa­bri, le lea­der d’Izzadim Kas­sam le groupe s’occupant de la déten­tion de Sha­lit et en charge des négo­cia­tions. Celui-ci accep­ta de se rendre en Egypte pour négo­cier direc­te­ment avec les Egyp­tiens. Dr. Bas­kin explique que la suite « les jour­naux l’ont racon­té » : c’est-à-dire l’acceptation par M. Jaa­bri de la libé­ra­tion de Gui­lad Sha­lit et de la rédac­tion par l’Etat d’Israël de la liste des 1027 ter­ro­ristes libé­rés. Le Hamas pous­sait M.J aabri pour que l’accord soit fina­li­sé. Le moment-clé fut la déci­sion de Benya­min Neta­nya­hou d’accepter la libé­ra­tion des 1027 pri­son­niers en contre­par­tie de celle de Gui­lad Sha­lit.

Ger­shon Bas­kin conclut son édi­to­rial par ces mots d’espoirs, fai­sant réfé­rence à son inter­mé­diaire durant ces cinq années de média­tion dans l’ombre, Gha­zi Hamad : « Il était par­ti­cu­liè­re­ment heu­reux que Gui­lad soit libé­ré et puisse retrou­ver sa famille. Gha­zi et moi, avions des diver­gences d’opinions sur de nom­breuses ques­tions poli­tiques. Mais nous ne dif­fé­rons pas sur l’importance de la confiance entre les par­tis rivaux durant des négo­cia­tions, et nous par­ta­geons la même valeur d’humanité, de com­pas­sion et d’espoir pour la paix. J’espère que Gha­zi et moi conti­nue­rons à res­ter en contact mais cette fois, afin de tra­vailler à la réa­li­sa­tion d’une vrai d’une paix entre nos deux peuples ».

(source : http://www.guysen.com/article_Gershon-Baskin-le-discret-contact-israelien-du-Hamas_16604.html)