Lettre ouverte au ministre de la défense De Crem

Par : Harchaoui Brahim (Union arabe des étudiants), Luk Vervaet (Égalité), Mourad Berhili (professeur de français, président Vzw Guembetta) Ali Salem Elshabli (Le Mouvement de la jeunesse libyenne) Ludo De Brabander (Vrede vzw)

Mon­sieur le Ministre,

Cela fera bien­tôt quatre mois que la Force aérienne belge par­ti­cipe à la guerre de l’O­TAN contre la Libye.

Tout comme lors du déclen­che­ment de la guerre contre l’I­rak et contre l’Af­gha­nis­tan, la guerre contre la Libye a été lan­cée sur base de men­songes. Sous le pré­texte de “rai­sons huma­ni­taires”, de « la pro­tec­tion de la popu­la­tion civile », un pays sou­ve­rain est à nou­veau bom­bar­dé et occu­pé. Deux sources au-des­sous de tout soup­çon nous disent que l’O­TAN a tout autre chose en tête.
Le ministre ita­lien des Affaires étran­gères, M. Fran­co Frat­ti­ni, a deman­dé le mois der­nier d’arrêter l’ef­fu­sion de sang. Il a deman­dé l’ar­rêt immé­diat des bom­bar­de­ments de l’O­TAN, main­te­nant qu’il devient clair qu’ils causent une catas­trophe huma­ni­taire. Il a deman­dé l’ou­ver­ture des zones de pas­sage pour l’aide huma­ni­taire et médi­cale aux popu­la­tions civiles de Tri­po­li, de Mis­ra­tah, Al-Zawya et Zli­tan Bre­ga …

Mais vous-même, ain­si que le gou­ver­ne­ment belge, avez reje­té cette demande et choi­si le camp de Came­ron et de Jup­pé, qui veulent conti­nuer les bom­bar­de­ments sans arrêt.

Amr Mous­sa, le Secré­taire géné­ral de la Ligue arabe, qui, au début, avait sou­te­nu l’in­ter­ven­tion de l’O­TAN, a décla­ré dans le jour­nal bri­tan­nique The Guar­dian (21 juin), qu’ « il ne sup­porte plus de voir les enfants libyens abat­tus par des mis­siles de l’O­TAN”. Il a deman­dé “un ces­sez-le-feu sous sur­veillance inter­na­tio­nale.”

Mais vous-même, ain­si que le gou­ver­ne­ment belge, avez choi­si de sim­ple­ment conti­nuer les bom­bar­de­ments et la par­ti­ci­pa­tion belge à cette guerre illé­gale.
C’est pour­quoi vous por­tez une double res­pon­sa­bi­li­té.

D’a­bord, et avant tout, pour les vic­times civiles libyennes, qui tombent chaque jour comme résul­tat direct des raids aériens de l’O­TAN. Ces vic­times le sont dou­ble­ment : elles sont aus­si les vic­times d’un silence com­plet des médias.
Ensuite, il y va de la sécu­ri­té des citoyens belges. Par votre par­ti­ci­pa­tion à cette guerre illé­gale, vous et le gou­ver­ne­ment belge expo­sez la popu­la­tion à des repré­sailles de la part des diri­geants libyens. Ceux-ci ont mena­cé l’Eu­rope de repré­sailles mili­taires si les mas­sacres impi­toyables de l’O­TAN conti­nuent. Ce n’est pas notre sou­hait et nous vous exhor­tons à évi­ter ce scé­na­rio du pire. La conti­nua­tion de votre guerre pré­pare une esca­lade et vous arri­ve­rez à créer un front contre l’O­TAN, en Libye et dans les pays du Sud. Le dis­cré­dit de « l’Oc­ci­dent », de l’Eu­rope et de la Bel­gique, ne fera qu’aug­men­ter.
L’OTAN n’est pas en Libye pour pro­té­ger la popu­la­tion civile mais pour réa­li­ser un chan­ge­ment de régime. L’ar­me­ment des rebelles prouve de façon concluante que vous et vos alliés pre­nez par­ti et vio­lez ain­si de façon fla­grante la réso­lu­tion de l’O­NU. A cet égard, nous pou­vons éga­le­ment men­tion­ner le fait que le conseiller du pré­sident fran­çais Nico­las Sar­ko­zy, Ber­nard-Hen­ri Lévy, a décla­ré au Pre­mier ministre israé­lien que le « Conseil natio­nal inté­ri­maire de Ben­gha­zi entend nouer une rela­tion nor­male avec Israël ». Vos inté­rêts néo-colo­niaux et géos­tra­té­giques sont intrin­sè­que­ment liés à la situa­tion actuelle.
Nous, les signa­taires de cette lettre, vous deman­dons de renon­cer à ces plans colo­niaux. Nous sommes unis dans notre appel à faire ces­ser immé­dia­te­ment cette guerre parce que nous sommes pro­fon­dé­ment par­ti­sans d’une solu­tion paci­fique et négo­ciée.

Cette solu­tion doit :
· garan­tir la sou­ve­rai­ne­té de la Libye,
· sau­ve­gar­der les droits poli­tiques, sociaux et démo­cra­tiques du peuple libyen et res­tau­rer l’u­ni­té de la Libye
· don­ner à la Libye la pos­si­bi­li­té d’être plei­ne­ment inclue dans la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale,
· com­pen­ser la Libye pour tous les dégâts que votre guerre d’a­gres­sion a cau­sés.
Mon­sieur le ministre, nous espé­rons que vous com­pren­drez que, comme en Irak et en Afgha­nis­tan, la ques­tion libyenne ne va pas être réso­lue par vos armes. Il ne fait aucun doute que cette guerre injuste est vouée à l’é­chec et que le peuple libyen pré­vau­dra.

Cor­dia­le­ment,

Har­chaoui Bra­him (Union arabe des étu­diants), Luk Ver­vaet (Éga­li­té), Mou­rad Berhi­li (pro­fes­seur de fran­çais, pré­sident Vzw Guem­bet­ta) Ali Salem Elsha­bli (Le Mou­ve­ment de la jeu­nesse libyenne) Ludo De Bra­ban­der (Vrede vzw)