#merciaurevoir

par le Col­lec­tif Bris­tol

150 affiches repré­sen­tant 5 ministres du gou­ver­ne­ment Michel Ier ont été col­lées dans le centre-ville de Bruxelles.

Ce matin, 150 affiches repré­sen­tant 5 ministres du gou­ver­ne­ment Michel Ier ont été col­lées dans le centre-ville de Bruxelles. Cette action est la pre­mière de ce genre menée par le col­lec­tif d’artistes “Bris­tol”.
Toutes les pho­tos et les vidéos de l’ac­tion sont dis­po­nibles sur ce lien . Vous y trou­ve­rez aus­si les affiches et les mes­sages vocaux.

charles_michel_propre.jpg

Les affiches en grand for­mat repré­sentent les dif­fé­rents ministres dans une situa­tion où ils subissent direc­te­ment les consé­quences de leurs poli­tiques menées sur les 5 der­nières années. Des numé­ros de télé­phone sont éga­le­ment affi­chés ren­voyant vers le répon­deur des ministres concer­nés, recons­ti­tuées pour l’occasion.

pacheco.jpg

On peut y voir notam­ment le Pre­mier ministre Charles Michel fai­sant la file pour obte­nir un reve­nu d’intégration, Marie-Chris­tine Mar­ghem dans un monde post-apo­ca­lyp­tique, consé­quence de l’inaction face au réchauf­fe­ment cli­ma­tique ou encore Mag­gie de block dans un hôpi­tal sur­char­gé, consé­quence des coupes d’austérité effec­tuées sur le sec­teur de la san­té.

À tra­vers cette action, le col­lec­tif dénonce la décon­nexion entre les mesures poli­tiques, ceux qui les prennent et les impacts concrets sur la vie des citoyens.

merciaurevoir.jpg

Comme nous l’explique Camille, la porte-parole : “Il est par­ti­cu­liè­re­ment conster­nant que la majo­ri­té des mesures prises par ce gou­ver­ne­ment impacte les plus fra­gi­li­sés de notre socié­té et que l’impact néga­tif qu’elles peuvent entraî­ner sur nos vies ne soit jamais vrai­ment consi­dé­ré. Il est temps de dire « Mer­ci et au revoir » à ce gou­ver­ne­ment et se mobi­li­ser pour ne plus jamais avoir cela”.

Quand un homme/femme poli­tique qui gagne très bien sa vie, qui n’a jamais connu la pau­vre­té et l’exclusion sociale, décide d’effectuer un blo­cage des salaires et un saut d’index, tout le monde sait qu’il/elle ne sera jamais affecté(e). Est-ce que les mesures seraient les mêmes si eux-mêmes étaient les pre­mières vic­times de ces poli­tiques ? Je ne pense pas.

sou­ligne Camille du col­lec­tif.

img_0239.jpg

Le col­lec­tif Bris­tol illustre, avec son action, les mul­tiples régres­sions sociales qu’ont entraî­nées les mesures du pré­cé­dent gou­ver­ne­ment.

Ain­si tout y passe, le plan d’austérité déci­dé par Koen Geens dans le sec­teur de la jus­tice, les régres­sions sur le pou­voir d’achat (saut d’index, blo­cage des salaires), le non-res­pect des obli­ga­tions de la Bel­gique concer­nant la réduc­tion de CO2, la désas­treuse ges­tion de la poli­tique migra­toire par Theo Fran­cken, le tax shift de Charles Michel, les 1,7 mil­liard d’euros de coupe dans les soins de san­té par Mag­gie De Block.

img_0203-r90.jpg

La poli­tique menée ces der­nières années est à des années-lumière de ce qu’il faut faire pour répondre à l’urgence cli­ma­tique et sociale. Il est urgent d’opérer un chan­ge­ment de cap radi­cal. C’est la rai­son pour laquelle nous appe­lons l’ensemble des acteurs artis­tiques, mais aus­si les citoyens, à se mobi­li­ser le 12 mai pour la der­nière marche pour le cli­mat et la jus­tice sociale avant les élec­tions pour leur dire.

#Mer­ciAu­Re­voir”.

Atta­ché de presse : Brieuc Wathe­let 0473/30.84.80