Succès des mobilisations ces 18, 19 et 20 décembre + arrestations

Blocage du Sommet Européen + Texte suite aux arrestations qui se sont déroulées à la suite... Que penser de certains policiers ayant adressé un salut nazi dans la caserne ?

tracteurs.png

Com­mu­ni­qué de Presse : Blo­cage du Som­met Euro­péen

Il y a une semaine, lors du récent som­met euro­péen nous étions envi­ron 2000 à lan­cer un mou­ve­ment de conver­gence de luttes à Bruxelles, pour com­battre le TSCG et le trai­té Trans­at­lan­tique Etats-Unis / Europe, pour mieux conti­nuer à défendre et pro­pa­ger les alter­na­tives à l’Eu­rope de l’argent.

Voi­ci le com­mu­ni­qué de l’Al­liance D19-20 fai­sant suite aux mobi­li­sa­tions des 18,19 et 20 décembre, à la suite vous trou­ve­rez éga­le­ment un texte de Julien Artoi­se­net, cher­cheur doc­to­rant en socio­lo­gie, qui par­tage ses impres­sions suite aux arres­ta­tions qui ont sui­vi la mobi­li­sa­tion.

En atten­dant l’as­sem­blée de ren­trée pour pour­suivre la lutte, nous vous invi­tons à conti­nuer à faire pas­ser le mes­sage sur l’Al­liance, à faire tour­ner l’ap­pel à signer et les contenus/articles pro­duits sur cette jour­née de mobi­li­sa­tion.

Site Web de l’Al­liance mis à jour avec vidéos, pho­tos, com­mu­ni­qués et nou­velles :
> www.d19-20.be

Play­list des vidéos en rap­port avec l’Al­liance D19-20 :
> https://www.youtube.com/watch?list=UU-2G-Eo5_ZrVOAiWJQTw9GA&v=HDyFYt1Yn0A

Toute l’ac­tua­li­té natio­nale et inter­na­tio­nale sur l’Al­liance D19-20 :
> http://www.rebelmouse.com/D1920

L’in­for­ma­tion vu par Indy­me­dia Bruxelles :
https://bxl.indymedia.org/spip.php?page=theme&id_mot=56

L’Al­liance D19-20 vous sou­haite une bonne fin d’an­née 2013 et une année 2014 pleine de soli­da­ri­té et de luttes

Soli­dai­re­ment
 — L’Al­liance D19-20


Plus de 2000 per­sonnes se sont don­né ren­dez-vous à cinq car­re­fours du quar­tier euro­péen ce jeu­di 19 décembre à l’initiative de l’Alliance D19-20, pla­te­forme non par­ti­sane de citoyen-ne‑s, d’agriculteurs-rices, d’associations, de col­lec­tifs mili­tants et de syn­di­cats qui portent les deux reven­di­ca­tions sui­vantes : l’abandon des mesures prô­nées dans le trai­té sur la sta­bi­li­té, la coopé­ra­tion et la gou­ver­nance (TSCG) comme solu­tion de sor­tie de crise et l’arrêt des négo­cia­tions du trai­té de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis (TTIP)[[https://www.rebelmouse.com/ttip/]], menées à huis-clos et sans que les citoyen-ne‑s euro­péen-ne‑s ne puissent se pro­non­cer sur la ques­tion.

Des cen­taines d’ar­ticles, pho­tos et vidéos sur cette jour­née de mobi­li­sa­tion cir­culent déjà sur inter­net et sont dis­po­nibles via le site web de l’al­liance : www.d19-20.be.

Pour­quoi cibler ces deux trai­tés ?

L’UE a déci­dé de faire payer la crise à la popu­la­tion plu­tôt qu’aux banques qui l’ont cau­sée. Elle a opté pour des poli­tiques d’austérité en évi­tant les consul­ta­tions popu­laires, les débats et en igno­rant les pro­tes­ta­tions. Depuis lors le temps a mon­tré la noci­vi­té de ces mesures. Des cher­cheurs-euses, des citoyen-ne‑s et même le FMI[[« Aide à la Grèce, le FMI recon­nait des ‘échecs notables’ », sur Le Monde.fr, 06 juin 2013.]] et l’OCDE[[« l’OCDE met en garde la zone euro contre l’austérité », dans Le Nou­vel Obser­va­teur, 28 mars 2013.]] en pointent les limites et le carac­tère des­truc­teur : contrac­tion de l’activité éco­no­mique, pertes mas­sives d’emploi, pau­pé­ri­sa­tion et pré­ca­ri­sa­tion de la popu­la­tion, etc. De plus, ces poli­tiques rap­pellent les plans d’a­jus­te­ment struc­tu­rel, impo­sés par le FMI à la plu­part des pays du « Sud » dès les années 1980. Les consé­quences socio-éco­no­miques désas­treuses de ces poli­tiques ne sont plus à démon­trer. Rati­fier le TSCG revient à enté­ri­ner les poli­tiques d’austérité, en s’obligeant, sous peine de sanc­tions, à réduire le défi­cit bud­gé­taire public à 0,5% du PIB, ce qu’aucun État-membre n’est en mesure d’accomplir dans la situa­tion actuelle.

Le trai­té trans­at­lan­tique, négo­cié en chambre et sans contrôle démo­cra­tique, repré­sente lui aus­si une menace pour les popu­la­tions euro­péennes, pour l’environnement et pour la démo­cra­tie. Ce trai­té favo­ri­se­ra les pra­tiques de dum­ping, por­tant pré­ju­dice à l’environnement, aux consom­ma­teurs et aux pro­duc­teurs euro­péens. Déjà en dif­fi­cul­té, ces der­niers seront mis en concur­rence avec les pro­duc­teurs nord-amé­ri­cains, qui suivent des normes envi­ron­ne­men­tales et sociales bien infé­rieures à leurs équi­va­lentes euro­péennes. De plus, un tel trai­té per­met­trait aux entre­prises trans­na­tio­nales de traî­ner devant des tri­bu­naux extra-judi­ciaires les Etats dont les régle­men­ta­tions (éco­no­mique, sociale, envi­ron­ne­men­tale, de régu­la­tion de la finance ou de san­té publique) seraient jugées comme entra­vant le com­merce ou empê­chant la réa­li­sa­tion de « futurs pro­fits espé­rés ». Les lob­byistes qui, eux, ont un accès pri­vi­lé­gié aux négo­cia­tions ont déjà expri­mé leur espoir de voir ce trai­té faire dis­pa­raitre les limi­ta­tions euro­péennes à l’importation de pro­duits comme les OGM ou les viandes gon­flées aux hor­mones et net­toyées au chlore[[Wallach, Lori M., « Le trai­té trans­at­lan­tique, un typhon qui menace les Euro­péens », dans Le Monde Diplo­ma­tique, novembre 2013.]].

Dérou­le­ment des mobi­li­sa­tions [[CADTM, « Alliance D19-20, une étape réus­sie pour la conver­gence des luttes contre l’austérité en Bel­gique et en Europe », http://cadtm.org/Alliance-D19-20-une-etape-reussie]]

Avec un public d’en­vi­ron 300 per­sonnes, le mee­ting du 18 décembre fut un grand suc­cès. Orga­ni­sé en par­te­na­riat avec le réseau Alter Sum­mit, il a comp­té sur la par­ti­ci­pa­tion de Susan Georges du réseau ATTAC, mais aus­si de sept Euro­péen-ne‑s venu-e‑s témoi­gner de la situa­tion sociale et poli­tique de leurs pays et sec­teurs de tra­vail res­pec­tifs. L’ambiance du mee­ting était dyna­mique et com­ba­tive, lais­sant augu­rer de bonnes choses pour le len­de­main, ain­si que pour des actions futures…

Et de fait, l’action du 19 fut un grand suc­cès. L’Alliance a, comme pré­vu, blo­qué à par­tir de 7h du matin cinq car­re­fours stra­té­giques grâce à des trac­teurs et autres véhi­cules, mais sur­tout grâce à la pré­sence de près de 2000 per­sonnes pour l’ensemble de la mobi­li­sa­tion. Les nom­breuses forces poli­cières mobi­li­sées ont réus­si à nous inter­dire l’accès à plu­sieurs zones ; le Som­met n’a pas été blo­qué en tant que tel. Cepen­dant, les objec­tifs ont été atteints : ras­sem­bler dif­fé­rents sec­teurs de la popu­la­tion pour apprendre à tra­vailler ensemble et orga­ni­ser une action com­mune, poser une action d’ampleur plus radi­cale que ce à quoi nous avons par­ti­ci­pé ces der­nières années et sen­si­bi­li­ser un public de plus en plus large sur des sujets peu connus et pas débat­tus, mal­gré leurs consé­quences catas­tro­phiques. L’énergie de la veille était bien pré­sente aux dif­fé­rents piquets, ain­si que lorsque l’en­semble des mani­fes­tants a for­mé un cor­tège pour rejoindre le point de blo­cage le plus proche du Som­met, à côté du parc du Cin­quan­te­naire.

Peu après, des poli­ciers ont arrê­té des acti­vistes qui sou­hai­taient pour­suivre paci­fi­que­ment le blo­cage et empê­cher l’arrivée des diri­geants au Som­met. Les médias les ont dési­gnés comme fai­sant par­tie de la « mou­vance anar­chiste ». Or, il s’agissait essen­tiel­le­ment de jeunes – membres d’organisations ou non – pré­oc­cu­pés par leur ave­nir. Par ailleurs, d’autres per­sonnes ont éga­le­ment été arrê­tées alors que cer­taines venaient voir ce qu’il se pas­sait, mani­fes­ter leur soli­da­ri­té avec les arrê­té-e‑s ou encore pas­saient par là, sachant qu’il était pré­vu et auto­ri­sé que la mani­fes­ta­tion de dis­loque dans le parc du Cin­quan­te­naire.

Les membres de l’Alliance D19-20 sont très pré­oc­cu­pés par la manière dont se sont dérou­lées ces arres­ta­tions. Des poli­ciers en civil ne por­tant pas de signe dis­tinc­tif per­met­tant de les iden­ti­fier ont arrê­té – par­fois de manière très vio­lente – cer­tains mili­tants. Pour l’instant, la col­lecte des témoi­gnages est en cours. Une des per­sonnes arrê­tées, Julien Ardoi­se­net, doc­to­rant en socio­lo­gie, par­tage ses impres­sions sur ce qu’il a vécu et la façon dont le sujet a été trai­té par la presse (pièce jointe).

Et après…

Le 20 décembre, les par­le­ments wal­lon et bruxel­lois ont rati­fié à l’arrachée le TSCG. Des actions sym­bo­liques por­tées par l’Alliance D19-20 y ont éga­le­ment eu lieu. Deux membres de l’Alliance ont notam­ment pris la parole au par­le­ment bruxel­lois, afin de confron­ter les par­le­men­taires à la gra­vi­té de leur vote[[Une abs­ten­tion au Par­le­ment wal­lon. Dix votes contre à Bruxelles, dont une au PS (Sfia Bouar­fa), deux à Eco­lo (dont Jean-Claude Defos­sé) et quatre Spa.]].

Tous-tes les par­ti­ci­pants-es à ces actions ont affir­mé leur volon­té de mar­quer un pre­mier pas dans la longue bataille qui s’annonce contre ces poli­tiques euro­péennes qui nuisent à la popu­la­tion. L’Alliance D19-20 a prou­vé qu’une conver­gence des luttes est pos­sible en Bel­gique et donne ren­dez-vous à toute per­sonne sou­hai­tant la rejoindre en 2014. En atten­dant, elle invite à conti­nuer à signer l’appel et à s’informer sur son site web.


Texte rédi­gé par Julien Artoi­se­net, cher­cheur doc­to­rant en socio­lo­gie, qui par­tage ses impres­sions suite aux arres­ta­tions qui ont sui­vi la mobi­li­sa­tion du 19 décembre dans le parc du Cin­quan­te­naire

Arrestation_D19_-_4.png

Par­lons aus­si des arres­ta­tions arbi­traires : beau­coup de presses parlent
de « mou­vance anar­chiste ».

Pour une défense col­lec­tive du D19-20 : nous sommes tous concer­nés.
Je suis cher­cheur doc­to­rant en socio­lo­gie et je suis venu au blo­cage dans le cadre de ma recherche sur les orga­ni­sa­tions agri­coles. J’ai ter­mi­né la jour­née comme citoyen de seconde zone. Plu­sieurs points méritent d’être sou­le­vés :
Ces arres­ta­tions arbi­traires sont le résul­tat d’un déni d’exis­tence et de démo­cra­tie.

Un des buts de l’ac­tion D19-20 était de se faire entendre auprès des diri­geants. Aucun des trois sol­li­ci­tés (Di Rupo, De Gucht, Van Rom­puy) n’a accep­té de nous ren­con­trer. Ce déni d’exis­tence et de démo­cra­tie explique la volon­té de ceux qui auraient vou­lu blo­quer paci­fi­que­ment les voi­tures de cer­tains diri­geants qui arri­vaient encore après 14h. Au lieu de rece­voir les citoyens, c’est la police qui nous a fina­le­ment accueillis. Une par­tie des arres­ta­tions ont aus­si été le résul­tat d’actes de soli­da­ri­té de citoyens venus sou­te­nir les pre­miers arrê­tés.

Cer­taines presses se font l’é­cho de l’i­déo­lo­gie sécu­ri­taire des forces de l’ordre
Il faut dénon­cer les ten­ta­tives de stig­ma­ti­sa­tion qui sont faites par la police et repro­duites par beau­coup de médias (La Libre, Le Soir, L’a­ve­nir, Rtl…) notam­ment en uti­li­sant l’é­ti­quette « mou­vance anar­chiste » qui fait peur à beau­coup de gens et qui a pour effet de nous dis­qua­li­fier auprès de ces per­sonnes, le terme d’ « anar­chie » étant très sou­vent per­çu comme syno­nyme de désordre et de dan­ger plu­tôt que comme un ensemble d’i­dées poli­tiques. Nous ne sommes pas des citoyens de seconde zone et per­sonne ne l’est. L’ab­sence de débat public avec les diri­geants sur les deux trai­tés remis en cause explique les actions menées. La voix qui a été por­tée ce jour-là mérite d’être enten­due et pas d’être répri­mée.

Pour répondre à cette stig­ma­ti­sa­tion, il faut abso­lu­ment mon­trer la diver­si­té des pro­fils des per­sonnes qui ont été arrê­tées. Ca per­met de gran­dir la cause et de la cré­di­bi­li­ser en mon­trant que tout le monde est concer­né par cet évé­ne­ment.

Dénon­cer des com­por­te­ments liber­ti­cides

A côté de la presse stig­ma­ti­sante, c’est la liber­té de la presse indé­pen­dante qui est aus­si en jeu ici. La volon­té mani­feste de ne pas lais­ser fil­mer cet évé­ne­ment arbi­traire est anti-démo­cra­tique et liber­ti­cide. Un came­ra­man qui vou­lait nous fil­mer s’est vu empê­cher de le faire par un four­gon qui s’est tout de suite inter­po­sé entre nous et la camé­ra. Les com­por­te­ments de cer­tains poli­ciers doivent aus­si nous inquié­ter : que pen­ser de celui qui nous a adres­sé un salut nazi dans la caserne ?

Ne pas se lais­ser impres­sion­ner et refu­ser la divi­sion parce que l’en­jeu en vaut la peine

Si ce type d’ar­res­ta­tion crée sûre­ment plus de cohé­sion et de déter­mi­na­tion chez les mani­fes­tants direc­te­ment concer­nés, c’est aus­si un signal clair envoyé au reste de la popu­la­tion : conten­tez-vous de ce qu’on vous donne sinon on vous pri­ve­ra de liber­té. Cette volon­té de dis­sua­sion et de divi­sion doit être aus­si dénon­cée comme stra­té­gie uti­li­sée pour per­pé­tuer la domi­na­tion en cours.

Arrestation_D19_-_6.png

D19-20 : Nous sommes tous concer­nés

Enfin, avec cet évé­ne­ment, l’al­liance D19-20 est peut-être mise à l’é­preuve d’elle-même. La volon­té de conver­gence et de déter­mi­na­tion annon­cée au départ doit prendre le pas sur le poten­tiel de divi­sion qu’une telle situa­tion peut engen­drer. Nous sommes tous concer­nés : la démo­cra­tie ne peut être réa­li­sée sans pos­si­bi­li­té de mani­fes­ter en dehors des auto­ri­sa­tions légales lorsque les citoyens ne sont pas enten­dus et sont niés dans leurs pré­oc­cu­pa­tions poli­tiques.

L’al­liance D19-20 se jus­ti­fie d’au­tant plus que ces arres­ta­tions ont eu lieu : elles sont le symp­tôme d’un sys­tème poli­tique aveugle et non adap­té à la construc­tion d’un espace public digne de ce nom. La police doit être un ser­vice public qui défend l’ordre démo­cra­tique et pas le joker d’une classe diri­geante inca­pable de jus­ti­fier cer­taines de leurs posi­tions.

Doit-on accep­ter que ces diri­geants élus ne nous rendent pas des comptes, aucun de ceux inter­pel­lés n’ayant accep­té la demande du D19-20 ? Com­ment nous faire entendre dans un contexte où une cer­taine presse stig­ma­tise, tout comme la police, des mili­tants qui cherchent à s’a­dres­ser aux diri­geants ? Ce n’est pas l’af­faire de quelques per­sonnes appar­te­nant à “la mou­vance anar­chiste” comme le pré­tendent cer­tains, mais bien celle de tous ceux pré­oc­cu­pés par notre ave­nir.

Arrestation_D19_-_8.pngCes arres­ta­tions tota­le­ment illé­gi­times doivent être dénon­cées col­lec­ti­ve­ment par l’al­liance D19-20. Une des toutes pre­mières posi­tions cou­ra­geuses de l’al­liance D19-20 était qu’on ne bou­ge­rait pas tant qu’on ne serait pas reçu. Il faut recréer de la soli­da­ri­té autour de ce point. C’est la cré­di­bi­li­té et la déter­mi­na­tion de l’al­liance qui sont aus­si en jeu.
Sur la presse concer­née (La Libre, Le Soir, L’a­ve­nir, Rtl, la DH) :
Énor­mé­ment d’ar­ticles de presse ont relayé la même infor­ma­tion : les per­sonnes concer­nées appar­te­naient toutes à “la mou­vance anar­chiste”. On a affaire à une entre­prise de stig­ma­ti­sa­tion et de dis­qua­li­fi­ca­tion de cer­tains qui ont vou­lu por­ter des idées poli­tiques s’op­po­sant à l’Eu­rope néo­li­bé­rale pro­duc­trice d’aus­té­ri­té. D’a­près ces médias, les ‘gen­tils mani­fes­tants’ seraient ceux qui ont res­pec­té la règle de la dis­lo­ca­tion du cor­tège pré­vue à 14h, ceux qui ont vou­lu conti­nuer paci­fi­que­ment l’ac­tion sont des méchants “anar­chistes”. Cette éti­quette est clai­re­ment uti­li­sée comme stig­mate, l’i­déo­lo­gie domi­nante ayant contri­bué à en faire un sym­bole de désordre et de dan­ger. Aucune de ces presses n’é­taient pré­sentes sur place pen­dant ces arres­ta­tions et elles ont toutes prises pour argent comp­tant les dires de la police qui nous qua­li­fiait d’a­nar­chistes. Ces pra­tiques anti-jour­na­lis­tiques font de ces médias les porte-paroles des forces de l’ordre et de l’i­déo­lo­gie sécu­ri­taire. Le nombre de presses concer­nées confirme à nou­veau un manque de plu­ra­lisme plus qu’in­quié­tant. Ce déni de recon­nais­sance de citoyens en tant que tels, d’une part, et la lutte sym­bo­lique qui vise à dis­sua­der qui­conque vou­drait por­ter des idées poli­tiques en dehors du cadre impo­sé par les auto­ri­tés pour pou­voir mani­fes­ter, d’autre part, sont tous deux l’en­ne­mi de la démo­cra­tie.

Quelques liens élo­quents d’ar­ticles :

• http://www.lalibre.be/actu/international/sommet-europeen-dislocation-du-cortege-des-manifestants-52b2fe733570105ef7d80f66 (“acti­vistes de la mou­vance anar­chiste”) ;

• http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20131220_00407250 (“acti­vistes de la mou­vance anar­chiste”);

• http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/sommet-europeen-79-arrestations-dans-la-mouvance-anarchiste-52b31d3d35701baedaa46865 (“arres­ta­tions dans la mou­vance anar­chiste”)

• http://www.lesoir.be/385144/article/actualite/fil-info/fil-info-belgique/2013 – 12-20/­som­met-euro­peen-79-arres­ta­tions-admi­nis­tra­tives-et-3-arres­ta­tions (“acti­vistes de la mou­vance anar­chiste”)

• http://www.rtl.be/info/monde/europe/1056506/sommet-europeen-79-arrestations-administratives-et-3-arrestations-judiciaires (“acti­vistes de la mou­vance anar­chiste”)

arrestation_sans_brassard.jpg
arrestations.jpg