Vendée Globe : prendre la mer ou être mère, il faut choisir, par Paris-Match

La navigatrice Samantha Davies a bénéficié d’un traitement de faveur, typique du sexisme qui règne dans le petit monde des grands médias.

Samantha-Davies_articlephoto.jpg
par Julien Salingue, le 20 novembre 2012

Source de l’ar­ticle : acri­med

Le départ de la course autour du monde à la voile en soli­taire, le Ven­dée Globe, a été don­né le 10 novembre der­nier. Quelques jours plus tard, Paris-Match publiait dans sa ver­sion papier et sur son site une inter­view de la navi­ga­trice Saman­tha Davies (contrainte à l’abandon depuis). Et le moins que l’on puisse dire est qu’elle a béné­fi­cié d’un trai­te­ment de faveur, typique du sexisme qui règne dans le petit monde des grands médias.

Saman­tha Davies est la seule femme à avoir pris le départ du Ven­dée Globe. Ce que Paris-Match n’a pas man­qué de lui rap­pe­ler en posant des ques­tions qui en disent long sur la concep­tion que cer­tain-e‑s se font de la répar­ti­tion des rôles au sein de nos socié­tés. En témoignent les ques­tions qui ont été posées à la navi­ga­trice, que nous repro­dui­sons dans leur inté­gra­li­té, et qui se passent de com­men­taires :

- « Com­ment s’est pas­sé le départ  ? »

- « Vous repre­nez part à la course la plus dan­ge­reuse du monde. Être mère ne vous a pas cal­mée  ? »

- « Êtes-vous prête à prendre autant de risques qu’avant  ? »

- « Et votre com­pa­gnon, le navi­ga­teur Romain Atta­na­sio, il ne gri­mace pas de vous voir quit­ter le foyer  ? »

- « On a un sen­ti­ment de sur­pro­tec­tion quand on vient de don­ner la vie. Vous ne culpa­bi­li­sez pas de lais­ser votre bébé durant trois mois  ? »

- « Quand même, trois mois sans sa mère, c’est beau­coup… »

- « Pour un spon­sor, n’est-ce pas un han­di­cap de sou­te­nir une jeune maman  ? »

- « Com­ment allez-vous res­ter en contact avec Ruben [son fils]  ? »

- « Avez-vous trou­vé le temps de vous entraî­ner après la nais­sance de Ruben  ? »

- Isa­belle Autis­sier, Flo­rence Arthaud, Ellen MacAr­thur… Ces navi­ga­trices n’avaient pas de bébé à la mai­son lorsqu’elles ont pris la mer. Vous êtes un cas à part. »

Épouse et mère, voi­là le rôle assi­gné aux femmes par Paris-Match. Qui n’est mal­heu­reu­se­ment pas, dans ce domaine « un cas à part ».

Julien Salingue
SIDE_4120579_1_apx_470_.jpg