Venezuela. Le président augmente les salaires des universitaires et du secteur public de 40%.

JUAN REARDON, pour www.venezuelanalysis.com

Image_1-64.png
Source : http://www.larevolucionvive.org.ve/spip.php?article1515&⟨=fr

JUAN REARDON, pour www.venezuelanalysis.com

30.04.2011. Vene­zue­la. Le pré­sident aug­mente les salaires des uni­ver­si­taires et du sec­teur public de 40%.

ven­dre­di 29 avril 2011

“Aux États-Unis et en Europe ils baissent les salaires, les cré­dits, repoussent l’âge de la retraite, licen­cient des tra­vailleurs, délo­ca­lisent les emplois, coupent dans les bud­gets octroyés à la san­té, à l’éducation – c’est comme ça que marche le monde capi­ta­liste” a rap­pe­lé Hugo Cha­vez au moment d’annoncer, après la déci­sion d’augmenter le salaire mini­mum de 26.5%, de nou­velles hausses de 40% et 45% pour les ensei­gnants et tra­vailleurs du sec­teur uni­ver­si­taire et de l’administration publique res­pec­ti­ve­ment. Cette hausse sera effec­tive dès le 1er mai 2011. Le pré­sident Cha­vez a appe­lé les tra­vailleurs à uti­li­ser leurs reve­nus de manière res­pon­sable pour com­battre la spé­cu­la­tion « car chaque fois que nous aug­men­tons les salaires, les capi­ta­listes aug­mentent leurs prix » et a deman­dé aux citoyens de « s’éloigner du consu­mé­risme à tout crin auquel nous pousse le capi­ta­lisme.”

40% d’augmentation pour les tra­vailleurs du sec­teur uni­ver­si­taire

“Nous par­lons des pro­fes­sion­nels uni­ver­si­taires ; les ouvriers, les employés et les pro­fes­seurs, tous ceux qui ont pas­sé trois ans sans aug­men­ta­tion de salaire. Hé bien nous allons aug­men­ter leurs salaires de 40% dès le 1er mai 2011, ce qui est un mon­tant consi­dé­rable” a expli­qué Cha­vez. “Un pro­fes­seur à temps plein va bien­tôt gagner 7232 Boli­vars Forts par mois [1682 DOLLARS US] alors qu’un pro­fes­seur-ins­truc­teur va gagner 3,335 BsF [776 DOLLARS US]. Et cela va au-delà du simple salaire car à ce chiffre il faut ajou­ter les béné­fices des tickets ali­men­ta­tion, et les bonus. Tout cela confon­du fait qu’un pro­fes­seur à temps plein gagne­ra envi­ron 10,000 Boli­vars forts [2,326DOLLARS US]”.

Pour cou­vrir ces aug­men­ta­tions le gou­ver­ne­ment a déga­gé 4.1 mil­liards de BsF [954 mil­lions de DOLLARS US] tout en déblo­quant près de 2.8 mil­liards de BsF [651 mil­lions de DOLLARS US] pour payer les dettes contrac­tées envers les tra­vailleurs du sec­teur uni­ver­si­taire en 2008 et en 2009.

En outre le pré­sident a signé l’octroi de 595.2 mil­lions de BsF [138 mil­lions de DOLLARS US] pour cou­vrir les manques bud­gé­taires dans les sec­teurs sui­vants du fonc­tion­ne­ment uni­ver­si­taire : ali­men­ta­tion (309 mil­lions de Boli­vars Forts), trans­port (191 mil­lion BsF), biblio­thèques et maté­riels édu­ca­tifs (54.5 mil­lions de BsF), cours inten­sifs (30 mil­lions de BsF) et fina­le­ment ser­vices médi­caux (10.7 mil­lion BsF).

Le pré­sident Cha­vez a aus­si déblo­qué 271 mil­lions de Bs Forts [63 mil­lions de DOLLARS US] pour dou­bler (de 200 à 400 Boli­vars Forts) [47 à 93 DOLLARS US] la bourse men­suelle reçue par quelques 87500 étu­diants de même qu’un cré­dit addi­tion­nel 60 mil­lions de Bs Forts [14 mil­lions de DOLLARS US] pour inté­grer 12500 étu­diants dans le groupe des véné­zué­liens.


l’Administration publique, dont les infir­mières : 45% d’augmentation

Avec la publi­ca­tion de la Gazette Offi­cielle numé­ro 39.660, les tra­vailleurs de l’administration publique béné­fi­cient aus­si de la déci­sion d’augmenter les salaires. En moyenne tous les tra­vailleurs du sec­teur public – dont ceux qui tra­vaillent dans le sys­tème public de san­té – ver­ront leurs sala­ries aug­men­ter de 45% le 1er mai 2011.

Selon les tableaux parus dans la “Gace­ta Ofi­cial”, les pro­fes­sion­nels de Type 1 du Sec­teur Public – une caté­go­rie qui com­prend les infir­mières récem­ment for­mées – ver­ront leurs salaire inté­gral aug­men­ter de l’actuel niveau de 3598 BsF à 4,779 BsF [de 837 à 1,111 DOLLARS US], plus les béné­fices des tickets d’alimentation. Les pro­fes­sion­nels du sec­teur public des types 2 et 3 Public ver­ront leur salaire inté­gral aug­men­ter de 3,763 à 5,011 Bs F [875 à 1,165 DOLLARS US] par mois et de 3819 à 5017 Bs F [888 à 1,166 DOLLARS US], res­pec­ti­ve­ment.

Les autres employés du sec­teur public béné­fi­cient de tickets d’alimentation qui variant sui­vant le nombre de jours tra­vaillés sur un mois don­né. Pour les mois qui comptent 31 jours, les tra­vailleurs obtiennent 27 tickets [pour une valeur de 1026 Bs F (239 DOLLARS US)] alors que pour les mois de 30 jours ou moins ils obtiennent 26 tickets [pour une valeur de 988 BsF (230 DOLLARS US)].

Ces tickets ali­men­ta­tion – com­mu­né­ment appe­lés Ces­ta Tickets – peuvent être dépen­sés dans n’importe quel éta­blis­se­ment public d’alimentation et chez les nom­breux com­mer­çants pri­vés qui l’acceptent.

Comme résul­tat de l’augmentation géné­rale de salaire, un groupe d’infirmières en grève de la faim depuis le mois der­nier ont mis fin à leur mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion. Leur exi­gence ini­tiale d’un salaire men­suel mini­mum de 5000 Bs F [1163 DOLLARS US] n’a pas été satis­faite tota­le­ment, mais la res­pon­sable de la lutte Ana María Velas­quez a célé­bré cette aug­men­ta­tion et a insis­té sur le fait que leur “objec­tif a été atteint.”


Mesure du “panier ali­men­taire de base”

S’exprimant sur Tele­SUR le mer­cre­di soir, Elias El Juri, pré­sident de l’Institut Natio­nal des Sta­tis­tiques (INE), a repla­cé ces aug­men­ta­tions de salaire dans le contexte des achats d’aliments de base par la famille moyenne véné­zué­lienne : “Le panier ali­men­taire de base [néces­saire pour cou­vrir les besoins d’une famille] est actuel­le­ment esti­mé à 1589 BsF (370 DOLLARS US). Le salaire mini­mum est de 1548 BsF (360 DOLLARS US) mais l’addition à ce mini­mum légal des béné­fices [tickets d’alimentation, bonus, etc.] fait que le mon­tant mini­mum actuel gagné par le tra­vailleur atteint 2523 BsF (587 DOLLARS US) – ce qui est suf­fi­sant pour cou­vrir les besoins ali­men­taires de base et d’autres coûts”.

El Juri a expli­qué que selon l’INE, une famille véné­zué­lienne “nor­male” gagne­ra au moins deux salaires mini­mum, soit à peu près 5000 BsF (1163 DOLLARS US) grâce aux aug­men­ta­tions pré­vues cette année.

En ce qui concerne les inquié­tudes liées à la spé­cu­la­tion El Juri a décla­ré “Nous avons besoin de poli­tiques pour affron­ter un sec­teur com­mer­çant qui, sou­vent, ne se satis­fait pas de gains de 10 à 15% – mais veut par contre des marges de pro­fit de 40 % … nous devons gagner le com­bat contre la spé­cu­la­tion”.

Pro­té­ger la hausse des salaires

Dans la ligne des com­men­taires de El Juri Cha­vez a deman­dé ce mer­cre­di “une puis­sante cam­pagne contre la spé­cu­la­tion, pour que l’augmentation de salaires ne finisse pas dans les mains des spé­cu­la­teurs.”

Pour sa part Augus­to Mon­tiel, Pré­sident de l’Institut de Défense des Droits des Consom­ma­teurs de Biens et Ser­vices (INDEPABIS) a mis en garde le sec­teur pri­vé contre des hausses de prix liées à cette aug­men­ta­tion de salaires. Il a expli­qué que 280 ins­pec­teurs sont déployés sur tout le ter­ri­toire et que des “comi­tés contre la spé­cu­la­tion” ont été mis sur pied pour détec­ter les hausses de prix illé­gales. L’institut a mis en place une ligne directe (0800-recla­ma) pour que les consom­ma­teurs puissent repor­ter les délits de spé­cu­la­tion sur les prix.

Source : http://venezuelanalysis.com/news/6158

Tra­duc­tion : Thier­ry Deronne