Action pour la justice climatique chez BNP Paribas

Le collectif EZLN remet le couvert en décorant entièrement une banque aux couleurs de la nature. En marge de la COP 21 qui se déroule à Paris, l’Ensemble Zoologique de Libération de la Nature a encore frappé à Bruxelles, une action menée cette fois contre BNP Paribas Fortis, un autre sponsor de la Conférence climatique.

-81.jpg

Après avoir créé le buzz avec leur pre­mière action visant un conces­sion­naire Volks­wa­gen (plus de 300.000 vues sur Face­book), le col­lec­tif EZLN remet le cou­vert en déco­rant entiè­re­ment une banque aux cou­leurs de la nature.
En marge de la COP 21 qui se déroule à Paris, l’Ensemble Zoo­lo­gique de Libé­ra­tion de la Nature a mené une action contre un des spon­sors de la Confé­rence cli­ma­tique. Une cen­taine de per­sonnes dégui­sées en élé­ments de la nature sont entrées tôt ce matin dans une agence de BNP Pari­bas For­tis de la Porte de Namur pour mener une action coup de poing. En moins de cinq minutes, l’agence était entiè­re­ment re-déco­rée à l’intérieur et à l’extérieur. Des arbres et des buis­sons, tan­tôt faits de car­ton tan­tôt de bran­chages, ont été ins­tal­lés par­tout à l’intérieur, des fleurs volaient en l’air, des tapis flo­raux recou­vraient le sol mais aus­si les murs. A leur sor­tie, l’agence res­sem­blait davan­tage à une forêt qu’à une banque.

Tout comme leur pre­mière action menée contre VW, aucune dégra­da­tion maté­rielle n’a été occa­sion­née. Cette ins­tal­la­tion artis­tique vise à incar­ner le slo­gan « Nous ne défen­dons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend !» qui cha­peaute les Cli­mate Games1. L’idée que vou­lait faire pas­ser l’EZLN aujourd’hui était reprise sur l’un de leurs cali­cots : « Stop doing busi­ness with nature or nature will fight back ». L’installation repré­sen­tait donc la nature repre­nant le des­sus sur le monde de la finance qui cherche à faire de la nature une mar­chan­dise.

La sous-com­man­dante Lapin explique le choix de leur action : « BNP Pari­bas est une cham­pionne mon­diale de l’investissement dans le char­bon mais aus­si le pétrole, le gaz et les cen­trales nucléaires. Leur stra­té­gie de diver­si­fi­ca­tion éner­gé­tique est déri­soire à côté des dom­mages éco­lo­giques dont ils sont res­pon­sables. De plus, BNP Pari­bas pro­meut la pire des fausses solu­tions au défi cli­ma­tique : le sys­tème de mar­ché du car­bone ou com­ment conti­nuer à pol­luer en ache­tant des droits de pol­lu­tion aux pays du Sud ! Enfin, la banque sou­tient le TTIP, trai­té de libre-échange qui menace de faire explo­ser les émis­sions de CO2 !».

La cam­pagne menée par l’EZLN, demande la créa­tion d’un tri­bu­nal envi­ron­ne­men­tal et l’expulsion des mul­ti­na­tio­nales du cadre des négo­cia­tions. A l’instar des lob­bys phar­ma­ceu­tiques qui ont été exclus des négo­cia­tions de l’Organisme Mon­diale de la San­té, l’EZLN demande d’expulser les entre­prises pol­luantes et res­pon­sables de crimes cli­ma­tiques du cadre des négo­cia­tions. Selon lui, c’est en tenant les mul­ti­na­tio­nales à l’écart des Etats et de la socié­té civile qu’un accord à la hau­teur pour­ra être trou­vé. C’est-à-dire un accord qui pré­voit des mesures contrai­gnantes pour enca­drer les plus grosses entre­prises mon­diales et qui s’attaque à des mythes comme le libre-échange et l’agriculture indus­trielle.

L’Ensemble Zoo­lo­gique de Libé­ra­tion de la Nature

voir la pre­mière vidéo : action pour la jus­tice cli­ma­tique chez VW


Pour être tenu au cou­rant par face­book de nos pro­duc­tions, acti­vi­tés et for­ma­tions… n’hé­si­tez pas à nous “aimer”.


EN LIEN :