Action pour la justice climatique chez VW

Une trentaine d'activistes perturbent un concessionnaire Volkswagen et veulent la justice climatique pour les plus gros pollueurs de la planète.

Opé­ra­tion Vival­di — Nature vs. Cars // Cli­mate Games

Action pour la jus­tice cli­ma­tique chez VW. Une tren­taine d’ac­ti­vistes per­turbent un conces­sion­naire Volks­wa­gen et veulent la jus­tice cli­ma­tique pour les plus gros pol­lueurs de la pla­nète.

Opé­ra­tion VIVALDI 01 : Nature vs. Cars
VW fait par­tie d’une bande orga­ni­sée de cri­mi­nels cli­ma­tiques.

Au tra­vers des lob­by ACEA et BIOFRAC, VW et ses com­plices ont com­mis plu­sieurs crimes cli­ma­tiques…

1. Ils ont retar­dé de 10 ans un cadre de régu­la­tion obli­ga­toire en matière d’é­mis­sions de CO2.

2. Ils imposent les agro­car­bu­rants comme fausse solu­tion à la crise cli­ma­tique.

3. A cause d’eux, les taux admis­sibles d’émission de CO2 des auto­mo­biles ont été revus à la hausse.

4. Et ils ont aus­si tri­ché sur les normes de pol­lu­tion de leurs véhi­cules depuis 10 ans.

Tout le monde peut être jugé pour un crime qu’il a com­mis.

Pour­quoi pas les mul­ti­na­tio­nales et les cor­po­ra­tions ?

Les États ne feront rien. Si on n’a­git pas, per­sonne ne le fera à notre place.

Exi­geons la jus­tice cli­ma­tique.

Exi­geons le retrait des gros pol­lueurs des négo­cia­tions cli­ma­tiques.

www.climategames.net


Pour être tenu au cou­rant par face­book de nos pro­duc­tions, acti­vi­tés et for­ma­tions… n’hé­si­tez pas à nous “aimer”.


-81.jpg

Com­mu­niqué de presse De l’E.Z.L.N.

Ensemble Zoo­lo­gique de Libé­ra­tion de la Nature

Volks­wa­gen, cible d’activistes à Bruxelles pour dénoncer les crimes cli­ma­tiques
01.12.2015

Au jour de l’ouverture de la COP 21, une tren­taine d’animaux de la forêt, de la savane et des mon­tagnes ont fait une action ciblée contre Volks­wa­gen pour reven­di­quer plus de jus­tice cli­ma­tique.

A l’heure où s’ouvrait la 21ème conférence des Nations-Unies pour le cli­mat, un groupe d’activistes non-vio­lents pénétrait à l’intérieur du plus impor­tant conces­sion­naire Volks­wa­gen de Bruxelles pour dénoncer leurs crimes cli­ma­tiques de façon poétique et humo­ris­tique.

Déguisés en ani­maux ou en éléments de la nature, les acti­vistes ont mimé une opération de sac­cage à l’intérieur du conces­sion­naire D’Ieteren, situé à Ixelles. Aucun dégât matériel n’a été occa­sionné dans le cadre de cette action qui se vou­lait non-vio­lente et médiatique.

Pour incar­ner leur slo­gan « Nous sommes la nature qui se défend », le concer­to « Quatre Sai­sons » de Vival­di fut choi­sit comme accom­pa­gne­ment musi­cal de cette action. Des arbres lançaient des feuilles en l’air, des singes plaçaient des peaux de bananes aux pneus des voi­tures alors que des mou­tons ligo­taient une ber­line à l’aide de fils de laine.

La vidéo de leur action a été postée sur le site Climategames.net, pla­te­forme de réseautage de tous les acti­vistes qui se mobi­lisent actuel­le­ment en marge de la COP 21.

Bap­tisé « Ensemble Zoo­lo­giques de Libération de la Nature » (EZLN), ce col­lec­tif de citoyens et de citoyennes agit à hau­teur de ses moyens en vue de dénoncer l’impunité dont jouissent les mul­ti­na­tio­nales res­pon­sables de crimes cli­ma­tiques. Il s’agit également de pro­mou­voir l’idée de « jus­tice cli­ma­tique ». Cela pas­se­ra entre autre par la pos­si­bi­lité de condam­ner les gros pol­lueurs de la planète, publiques et privés, pour les crimes envi­ron­ne­men­taux qu’ils com­mettent. Un tri­bu­nal com­pa­rable à la Cour Pénal Inter­na­tio­nale pour­rait être mis en place à cet effet. Les pays de l’hémisphère Sud, prin­ci­pales vic­times des dérèglements cli­ma­tiques pour­raient par ailleurs, exi­ger des réparations de la part des pays occi­den­taux industrialisés, prin­ci­paux res­pon­sables du réchauffement cli­ma­tique, du sac­cage de leurs res­sources natu­rels et des énergies fos­siles. Selon eux, il n’y aura pas de jus­tice cli­ma­tique tant que les res­pon­sables poli­tiques accep­te­ront d’avoir les plus gros pol­lueurs de la planète assis à la table des négociations. Tout comme les législations sur le tabac se sont faites sans les mul­ti­na­tio­nales du tabac ou tout comme l’OMS tient les mul­ti­na­tio­nales phar­ma­ceu­tiques à dis­tance de son tra­vail, les Conférences des Nations-Unies sur le cli­mat devront être organisée à l’écart des acteurs privés n’ayant aucun intérêt à voir se des­si­ner un accord contrai­gnant, socia­le­ment juste et ambi­tieux.

Ensemble Zoo­lo­gique de Libération Natio­nale

Contact presse : 0487631355

Info sur les Cli­ma­te­Games : https://www.climategames.net/fr/home

EN LIEN :