Le retour des zombies

orga­ni­sé par

BYE BYE TINA

Réa­li­sa­tion : PVLS — Per­ma­nence vidéo des luttes sociales

Mots-clés

Les 31 octobre 2018, des zombies vêtus de costume-cravate envahissent la ville, errant de banque en banque. Ils avaient déjà surgi il y a 10 ans, et on les croyait partis, comblés par tout l'argent que nous leur avons donné pour les sauver. Mais ils n'en ont pas eu assez. Ils reviennent.

Les 31 octobre 2018, des zom­bies vêtus de cos­tume-cra­vate enva­hissent la ville, errant de banque en banque. Ils avaient déjà sur­gi il y a 10 ans, après la chute de Leeh­man Bro­ther, et on les croyait par­tis, com­blés par tout l’argent que nous leur avons don­né pour les sau­ver. Mais ils n’en ont pas eu assez. Ils reviennent. Ils cherchent un moyen de com­bler leur soif insa­tiable de pro­fits.

Le monde de la finance et des plus riches est un monde de morts-vivants.
Les zom­bies se sont effon­drés face à notre refus de ce monde.

une vidéo : www.zintv.org
plus d’in­fo : www.byebyetina.be
Pho­to : http://www.krasnyicollective.com/

byebyetinaweb-30.jpg

L’action menée par un col­lec­tif d’activistes vise à dénon­cer l’impasse mor­ti­fère dans laquelle finan­ciers et gou­ver­nants nous mènent. A l’effondrement en cours, à la perte de sens, à la pol­lu­tion des sols, de l’air, de la nour­ri­ture, aux des­truc­tions sans fin de toutes les formes de vie, ils nous opposent plus de pro­fits dans l’intérêt de quelqu’uns, nous condam­nant à une vie de morts-vivants.

Comme l’affirme Camille, membre du col­lec­tif : Ces zom­bies sont inca­pables de trou­ver les solu­tions à leur mal. Au contraire, ils semblent s’entêter à vou­loir uti­li­ser exac­te­ment les mêmes pra­tiques qui les ont menés à perdre toute forme d’humanité. Parce que c’est bien leur croyance irrai­son­née dans une éco­no­mie basée sur une crois­sance sans fin et leur addic­tion à la spé­cu­la­tion et à l’argent qui les a menés là.

Un témoin, Charles, hor­ri­fié à la vue d’une nou­velle sor­tie de finan­ciers zom­bie, pense pour­tant que des solu­tions existent pour évi­ter de nou­velles scènes de ce type : Il fau­drait que ces âmes per­dues et toutes celles qui les suivent. acceptent de sor­tir de leurs vieux sché­mas, qu’ils com­prennent qu’un chan­ge­ment de para­digme leur serait plus salu­taire ! Mal­heu­reu­se­ment ils semblent trop pris par leurs tour­ments que pour pen­ser à de telles pos­si­bi­li­tés…

Dix ans après l’explosion de bulles spé­cu­la­tives qui avait ain­si mené à une crise finan­cière sans pré­cé­dents et avait ame­né de nom­breux pays à ren­flouer les dettes des banques à grands ren­forts d’argent public, la sor­tie au grand jour de ces vieux démons semble à l’image de la pro­chaine crise finan­cière qu’on nous annonce. Le col­lec­tif des zom­bies, nous invite, par cette action, à bri­ser l’envoûtement de la finance, des chiffres et du pro­fit sans fin. Ce mes­sage s’adresse aux poli­tiques, mana­gers, ban­quiers… mais aus­si et sur­tout nous tous et toutes qui sommes pris dans cette croyance qu’“il n’y a pas d’alternatives”.

 

EN LIEN :