Manifester pour le droit au logement est-il interdit ?

Le 21 mars dernier, une manifestation pour le droit au logement devait avoir lieu à Bruxelles. Départ Gare du Midi, à 18 heures... C'était sans compter sur l'intervention massive de la police

Le 21 mars der­nier, une mani­fes­ta­tion pour le droit au loge­ment devait avoir lieu à Bruxelles. Départ Gare du Midi, à 18 heures… C’é­tait sans comp­ter sur l’in­ter­ven­tion mas­sive de la police, alors même que les “mani­fes­tants” n’a­vaient pas com­men­cé à mani­fes­ter.

Pour­quoi mani­fes­ter ?

Parce qu’il y aurait entre 15 000 et 30 000 loge­ments vides à Bruxelles, alors qu’on dénombre envi­ron 4 000 per­sonnes sans-abri.
Parce que 40 000 per­sonnes sont ins­crites sur liste d’attente pour un loge­ment social, et que les délais d’obtention variant entre 8 et 12 ans.
Enfin, parce que les loyers sur le mar­ché pri­vé n’ont ces­sé d’augmenter ces der­nières années. Mais sur­tout, parce que, mal­gré ce contexte, le gou­ver­ne­ment a fait pas­ser une loi anti-squat, le 5 octobre der­nier, qui fait ris­quer la pri­son ferme aux per­sonnes qui occu­pe­raient un bâti­ment vide pour se loger.
La loi anti-squat va dans le sens d’un mou­ve­ment de répres­sion géné­rale : la constante cri­mi­na­li­sa­tion des sans-papiers, l’installation de camé­ras de sur­veillance dans les rues, la pré­sence mili­taire dans l’espace public, l’in­ter­dic­tion de fil­mer les inter­ven­tions poli­cières sont autant d’indices d’une volon­té de contrôle glo­bale.

Info : https://squatbelgium.noblogs.org/

EN LIEN :