Nous sommes tous Grecs

L'évolution récente des négociations montre clairement que les créanciers veulent à tout prix faire plier la résistance du peuple grec. Face à l’UE et les institutions internationales qui refusent de respecter le choix démocratique du peuple grec, des manifestations s'organisent partout en Europe pour exprimer un soutien sans faille aux Grecs qui ont dit non à l'austérité!

L’é­vo­lu­tion récente des négo­cia­tions montre clai­re­ment que les créan­ciers veulent à tout prix faire plier la résis­tance du peuple grec. Face à l’UE et les ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales qui refusent de res­pec­ter le choix démo­cra­tique du peuple grec, des mani­fes­ta­tions s’or­ga­nisent par­tout en Europe pour expri­mer un sou­tien sans faille aux Grecs qui ont dit non à l’aus­té­ri­té !

La Grèce est la preuve concrète que les poli­tiques d’austérité et de pré­ca­ri­sa­tion ne fonc­tionnent pas. Six années de coupes bud­gé­taires sans pré­cé­dent, de dés­in­ves­tis­se­ment dans le sec­teur public et de poli­tique sala­riale régres­sive ont conduit le pays au déman­te­le­ment de toute struc­ture sociale, à l’aug­men­ta­tion du chô­mage fla­grante et à la pau­vré­té extrême.
Face à l’UE et les ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales qui refusent de res­pec­ter le choix démo­cra­tique du peuple grec, nous expri­mons notre sou­tien sans faille à ce peuple qui a dit non à l’aus­té­ri­té, ain­si que notre oppo­si­tion à ceux qui cherchent à lui impo­ser les mêmes recettes néo­li­bé­rales : tou­jours plus d’austérité, tou­jours plus de chô­mage, tou­jours plus d’inégalités.

La Grèce a le droit de réta­blir les conven­tions col­lec­tives et le Code du tra­vail déman­te­lés par la Troï­ka ; la Grèce a le droit de prendre des mesures sociales d’ur­gence pour com­battre la pau­vre­té et d’ar­rê­ter les pri­va­ti­sa­tions ; la Grèce a le droit, comme tous les autres peuples d’Eu­rope, de faire un audit de sa dette publique et d’exiger l’annulation des dettes illé­gi­times.

EN LIEN :