Soirée greco-turque pour la paix à Bruxelles

Réa­li­sa­tion : PVLS — Per­ma­nence vidéo des luttes sociales

Si le mot « paix », « ειρήνη » en grec, « barış » en turc, est souvent utilisé de manière creuse, abusive et démagogique par les puissants, ce terme n’est pas un vain mot pour l’humanité.

Si le mot « paix », « ειρήνη » en grec, « barış » en turc, est sou­vent uti­li­sé de manière creuse, abu­sive et déma­go­gique par les puis­sants, ce terme n’est pas un vain mot pour l’humanité.

C’est un idéal dont les peuples turcs et grecs ont tou­jours rêvé et qu’il est plus que jamais urgent de défendre en ces temps de repli sur soi, de haine de l’autre ali­men­tée par le fana­tisme eth­nique, natio­na­liste et reli­gieux. Les deux peuples ont connu les mêmes tra­gé­dies. Grecs et Turcs ont été arra­chés de leurs terres suite aux échanges de popu­la­tion pré­vus par le trai­té de Lau­sanne. Ils ont subi des juntes mili­taires et le fas­cisme au XXe siècle.Ces cin­quante der­nières années, ils se sont retrou­vés sur les che­mins de l’exil en Europe de l’ouest mais sans vrai­ment se fré­quen­ter.

Le 15 décembre 2018, des Grecs et des Turcs de Bruxelles ont déci­dé d’or­ga­ni­ser une soi­rée pour réap­prendre à se connaître, à redé­cou­vrir leurs ori­gines com­munes, leurs chan­sons com­munes, leurs gas­tro­no­mies com­munes, leurs expres­sions com­munes, leurs joies, leurs peines et leurs espé­rances com­munes. C’est aus­si pour faire par­ta­ger ce moment de plai­sir avec les nom­breux amis non Grecs et non Turcs qui se sont trou­vés dans la même salle.

Le but de l’i­ni­tia­tive est de faire rap­pro­cher les deux peuples et de pas­ser un mes­sage d’a­mi­tié et de coopé­ra­tion, de mettre au clair qu’ils sont des voi­sins et pas d’en­ne­mi et qu3ils sont face à un enne­mi com­mun, les bour­geois qui les exploitent et qui fait des guerres pour ser­vir ses propres inté­rêts : exploi­ter des terres et des res­sources, vendre des armes, tirer du pro­fit de la main d’œuvre.
Pro­chain objec­tif du col­lec­tif : une assem­blée pour déci­der les évè­ne­ments et actions pro­chains.

EN LIEN :