TEARS OF GAZA // Vrijheids Festival des Libertés 2011

Mots-clés

Dérangeant, puissant et émotionnellement dévastant, Tears of Gaza n'est pas un documentaire classique. Festival des libertés, décembre 2011.

Déran­geant, puis­sant et émo­tion­nel­le­ment dévas­tant, Tears of Gaza n’est pas un docu­men­taire clas­sique. Ici, pas d’a­na­lyse ou de com­men­taires. Juste la réa­li­té insou­te­nable d’une guerre. Fil­mé par plu­sieurs Pales­ti­niens pen­dant les bom­bar­de­ments sur Gaza en 2008 et 2009, le docu­men­taire se concentre sur l’im­pact de ces attaques sur la popu­la­tion civile. Bien que cette stra­té­gie pour­rait en cho­quer plus d’un, elle se révèle une méthode effi­cace pour détruire le mythe des guerres propres, for­ma­tées pour pas­ser au jour­nal télé­vi­sé. Des évé­ne­ments simi­laires se sont pro­duits à Dresde, Tokyo, Bag­dad ou Sara­je­vo. Le film contient des scènes très vio­lentes.

Best film award, Gaza Film Fes­ti­val, 2010 • Public award, Göte­borg Film Fes­ti­val (Swe­den), 2011

Sui­vi d’une dis­cus­sion avect Lara Dera­maix (Avo­cats Sans Fron­tières).
Par­te­na­riat : ASF et l’U­nion des Pro­gres­sistes Juifs de Bel­gique.

EN LIEN :