Arrestations de personnalités culturelles palestiniennes

Par Samidoun / Samidoun.net

Tra­duit par ZIN TV

La police israé­lienne a accu­sé le couple, qui dirige deux ins­ti­tu­tions cultu­relles dans Jéru­sa­lem occu­pée, de “finan­cer le ter­ro­risme”, selon leur avo­cat, Nas­sir Odeh. L’a­vo­cat a expli­qué que la loi israé­lienne pré­voit un large éven­tail d’ac­ti­vi­tés qu’il appelle “ter­ro­risme”, notam­ment l’ac­cep­ta­tion d’argent d’une orga­ni­sa­tion consi­dé­rée comme “ter­ro­riste” par l’É­tat juif.
La police israé­lienne a annon­cé que les déte­nus sont inter­ro­gés sur des ques­tions liées à “l’é­va­sion et la fraude fis­cales”. Selon le porte-parole de la police Micky Rosen­feld, la police a fait une des­cente dans les locaux de “deux orga­ni­sa­tions opé­rant à Jéru­sa­lem-Est qui pré­tendent être impli­quées dans des acti­vi­tés cultu­relles pales­ti­niennes. Il n’a pas pré­ci­sé quels crimes étaient liés à l’ac­cu­sa­tion de “ter­ro­risme”, mais le man­dat déli­vré par la police lors de la per­qui­si­tion du conser­va­toire, four­ni à l’AFP par un fonc­tion­naire de cette ins­ti­tu­tion, men­tionne qu’il existe des “soup­çons de blan­chi­ment de capi­taux et de finan­ce­ment du ter­ro­risme”. L’Or­ga­ni­sa­tion de libé­ra­tion de la Pales­tine (OLP) a dénon­cé les arres­ta­tions et les per­qui­si­tions, les jugeant comme fai­sant par­tie de “la cam­pagne vio­lente et sys­té­ma­tique d’Is­raël contre les Pales­ti­niens dans la Jéru­sa­lem occu­pée”. NLP

EN LIEN :

Israël inten­si­fie une fois de plus ses attaques contre les ins­ti­tu­tions cultu­relles pales­ti­niennes

Le mer­cre­di 22 juillet, les forces d’oc­cu­pa­tion israé­liennes ont pris d’as­saut le Centre cultu­rel Yabous à Jéru­sa­lem, en sac­ca­geant des dos­siers et en sai­sis­sant des biens appar­te­nant au centre. Ils ont arê­té la direc­trice du Centre cultu­rel Yabous, Rania Elias, à son domi­cile ain­si que son mari, Suhail Khou­ry, le direc­teur de l’Ins­ti­tut natio­nal de musique. Les poli­ciers et les agents de ren­sei­gne­ment israé­liens ont éga­le­ment per­qui­si­tion­né le siège du Jeru­sa­lem Arts Net­work, Sha­faq, et ont arrê­té son direc­teur Daoud al-Ghoul.

Rania Elias et son mari, Suhail Khou­ry

Le Réseau de soli­da­ri­té des pri­son­niers pales­ti­niens Sami­doun note que ces arres­ta­tions font par­tie inté­grante d’une cam­pagne israé­lienne en cours visant à fer­mer les ins­ti­tu­tions pales­ti­niennes et à éra­di­quer la culture et l’exis­tence pales­ti­niennes à Jéru­sa­lem. Elles vont de pair avec la pour­suite du net­toyage eth­nique et du géno­cide à Jéru­sa­lem par le biais de démo­li­tions de mai­sons, de confis­ca­tions de terres, d’exé­cu­tions extra­ju­di­ciaires et de révo­ca­tions de rési­dences dans le but d’ef­fa­cer le carac­tère pales­ti­nien et arabe de la ville.

Les arres­ta­tions de Rania Elias, Suhail Khou­ry et Daoud al-Ghoul montrent clai­re­ment qu’Is­raël inten­si­fie une fois de plus ses attaques contre les ins­ti­tu­tions cultu­relles pales­ti­niennes et la culture pales­ti­nienne elle-même dans la ville. Nous deman­dons ins­tam­ment à tous les artistes de s’ex­pri­mer et de se joindre à l’ap­pel pour leur libé­ra­tion immé­diate.

Le Centre cultu­rel Yabous est une ins­ti­tu­tion cultu­relle pales­ti­nienne dans la Jéru­sa­lem occu­pée qui orga­nise des pro­jec­tions de films, des repré­sen­ta­tions théâ­trales, des fes­ti­vals de contes et d’autres évé­ne­ments cultu­rels pour célé­brer le pro­fond héri­tage pales­ti­nien de Jéru­sa­lem. Récem­ment, Suhail Khou­ry a com­po­sé cette chan­son inter­pré­tée à dis­tance par le Jeru­sa­lem Girls’ Band, fil­mée sur des télé­phones por­tables au milieu de la pan­dé­mie COVID-19, en com­mé­mo­ra­tion de la Nak­ba :

Ces arres­ta­tions de per­son­na­li­tés cultu­relles pales­ti­niennes de pre­mier plan à Jéru­sa­lem sur­viennent éga­le­ment dans un contexte d’at­taque conti­nue des ins­ti­tu­tions civiles et sociales pales­ti­niennes par l’oc­cu­pa­tion israé­lienne, qui s’est tra­duite par des arres­ta­tions et la fer­me­ture for­cée d’or­ga­ni­sa­tions ain­si que par une cam­pagne inter­na­tio­nale de dif­fa­ma­tion qui tente de cou­per les res­sources, le finan­ce­ment et même le sou­tien moral et poli­tique aux orga­ni­sa­tions pales­ti­niennes indé­pen­dantes. Le “minis­tère des affaires stra­té­giques” israé­lien, éga­le­ment connu sous le nom de “minis­tère anti-BDS”, a ciblé les défen­seurs des droits de l’homme pales­ti­niens et les orga­ni­sa­tions de soli­da­ri­té avec la Pales­tine dans une ten­ta­tive de cou­per le sou­tien éco­no­mique au tra­vail de défense des droits, de la culture et du peuple pales­ti­niens contre la colo­ni­sa­tion israé­lienne.

Lors de la per­qui­si­tion au Yabous Cultu­ral Centre à Jéru­sa­lem-Est occu­pée (Facebook/Yabous Cultu­ral Centre )

L’U­nion euro­péenne s’est ren­due com­plice de ces attaques, modi­fiant ses direc­tives et contrats de finan­ce­ment pour impo­ser aux orga­ni­sa­tions pales­ti­niennes des normes poli­tiques condi­tion­nelles visant à les empê­cher de tra­vailler avec qui­conque fait par­tie d’un par­ti poli­tique pales­ti­nien. Cela sert non seule­ment l’ob­jec­tif de l’oc­cu­pa­tion israé­lienne d’as­sié­ger les défen­seurs pales­ti­niens des droits de l’homme mais aus­si, selon les mots de Lub­nah Sho­ma­li du Badil, “les Pales­ti­niens sont tenus de suivre un pro­gramme conçu pour plaire à nos oppres­seurs — l’É­tat d’Is­raël”.

Le centre cultu­rel Yabous et le réseau artis­tique Sha­faq de Jéru­sa­lem ont tous deux expri­mé leur sou­tien à la cam­pagne natio­nale pales­ti­nienne contre le finan­ce­ment condi­tion­nel. La Cam­pagne a publié un com­mu­ni­qué sur les arres­ta­tions, notant que ces arres­ta­tions et attaques contre les ins­ti­tu­tions pales­ti­niennes sont une “forme de ter­ro­risme intel­lec­tuel et cultu­rel pra­ti­qué par la puis­sance occu­pante contre l’exis­tence et l’i­den­ti­té pales­ti­nienne à Jerua­lem”.

Le Réseau de soli­da­ri­té avec les pri­son­niers pales­ti­niens de Sami­doun demande la libé­ra­tion immé­diate de Rania Elias, Suhail Khou­ry et Daoud al-Ghoul. En outre, nous deman­dons ins­tam­ment une action et une soli­da­ri­té inter­na­tio­nales pour obte­nir la libé­ra­tion des artistes et écri­vains pales­ti­niens et pour tenir Israël res­pon­sable de ses crimes contre le peuple pales­ti­nien.

À cette fin, nous deman­dons ins­tam­ment :

1. Des décla­ra­tions, des pho­tos de soli­da­ri­té et des repré­sen­ta­tions de groupes d’arts du spec­tacle et de musi­ciens du monde entier. Mon­trez votre soli­da­ri­té avec ces trois déte­nus — Rania Elias, Suhail Khou­ry et Daoud al-Ghoul — et tous les artistes pales­ti­niens qui conti­nuent à se pro­duire et à créer de la musique, du théâtre et de l’ex­pres­sion cultu­relle mal­gré l’oc­cu­pa­tion, la colo­ni­sa­tion, le siège et l’exil.

2. Adop­ter et mettre en œuvre le boy­cott cultu­rel d’Is­raël. Les artistes et inter­prètes inter­na­tio­naux ne doivent pas se rendre en Israël ou par­ti­ci­per à des pro­grammes finan­cés par l’am­bas­sade israé­lienne et d’autres ins­ti­tu­tions israé­liennes alors que ces mêmes ins­ti­tu­tions sont direc­te­ment com­plices du silence violent, de l’ar­res­ta­tion, de l’emprisonnement et de l’a­gres­sion d’ar­tistes et d’ins­ti­tu­tions cultu­relles pales­ti­niennes.

Nous invi­tons les artistes de conscience à se joindre à l’ap­pel à la libé­ra­tion des artistes pales­ti­niens empri­son­nés — et pour une Pales­tine libre, du fleuve à la mer !

Veuillez nous contac­ter à samidoun@samidoun.net ou sur Face­book pour nous infor­mer de vos décla­ra­tions et actions !


Plus de 12 heures après l’ar­res­ta­tin, la direc­trice du centre cultu­rel Yabous Rania Elias et le direc­teur de l’Ins­ti­tut natio­nal de musique Suhail Khou­ry ont été libé­rés. Nous n’a­vons pas de nou­velles de Daoud al-Ghoul, le direc­teur du Jeru­sa­lem Arts Net­work, Sha­faq