mon père, prisonnier politique palestinien pendant 13 ans

Par Shahd Abu­sa­la­ma

/

Red Pep­per


Tra­duit par Faus­to Giu­dice

EN LIEN :

Check-point israélien a l’aéroport de Bruxelles et Paris

Article

Couvrir Gaza, sous les insultes : journaliste, je ne me tairai pas

Article

Boycotter Israël ? Voici la liste de produits !

Article

Angela Davis : Si Israël se retrouve isolé, il ne pourra pas continuer son apartheid

Article

Au ministre de la coopération au développement

Article - par Dr Her­man De Ley

Ilan Pappé : Comment Israël a fait de la Palestine la plus grande prison du monde

Article

Des voix israéliennes pour une solution à un seul Etat démocratique

Article

Entretien avec Joe Sacco

Article

Israël reconnaît son mensonge sur le nucléaire Iranien

Article

Israël : la députée Hanine Zoabi interdite de se représenter

Article

Kidnapping des jeunes colons, punitions collectives pour les Palestiniens

Article

La lettre ouverte à Jane Birkin avant son concert en Israël

Article

Le boycott d’Israël à la portée de tous sur des smartphones

Article

L’UPJB ne participera pas au Brussels Jewish Film Festival

Article

La langue, outil d’oppression et de libération

Article - par Samah Jabr

Lettre de Hugo Chavez à l’ONU concernant la création de l’Etat Palestinien

Article

Lettre ouverte à la chanteuse marocaine Hindi Zahra

Article

Mandela à Gaza : “Si la seule solution est la violence, alors nous utiliserons la violence”

Article

Les Palestiniens luttent pour leurs vies. Israël se bat pour l’occupation

Article

Les vraies raisons pour lesquelles Trump quitte l’UNESCO

Article

Lettre à Messi qui n’est pas allé jouer en Israël

Article - par Car­los Bal­ma­ce­da

Reconnaitre l’Etat palestinien : appel de la société civile belge

Article

Palestine, ceux qui gardent la clé

Cinéma d’urgence
FR - 45 min 37

Les pierres de la dignité — Palestine

PVLS - Permanence vidéo des luttes sociales
- 4 min 2

Rassemblement Bruxellois en soutien à la Palestine

PVLS - Permanence vidéo des luttes sociales

Comment réussir un bon Battir’s Maklubah (Palestine)

PVLS - Permanence vidéo des luttes sociales
FR - 28 min 28 sec

Action Palestine Salon des Vacances

PVLS - Permanence vidéo des luttes sociales

Message vidéo de Stéphane Hessel : « Pour un Etat palestinien »

PVLS - Permanence vidéo des luttes sociales

‘GazaStrophe’, documentaire censuré sur france 2

Cinéma d’urgence

Des voix s’élèvent contre la formation de journalistes en Israël à l’IEJ

PVLS - Permanence vidéo des luttes sociales

From Israel with love

Cinéma d’urgence
Ciné-tract - 4 min 28

Ronaldo, un film d’animation de Bilel Allem

Cinéma d’urgence
FR - 4 min 31 sec

Ween a Ramallah

Cinéma d’urgence
Arabe - st FR - 4 min 13

Expé­rience dans le sys­tème car­cé­ral israé­lien & soli­da­ri­té avec les pri­son­niers de Pales­tine et du monde

« J’ai été condam­né à sept fois la pri­son à vie plus dix ans et je pen­sais que la pri­son de Naf­ha serait ma tombe. Heu­reu­se­ment, je ne suis pas res­té si long­temps, et j’ai été libé­ré pour épou­ser ta mère et t’a­me­ner à cette vie », dit mon père sur un ton de plai­san­te­rie. J’ai du mal à com­prendre cette litote pour par­ler d’une expé­rience incon­ce­vable pour la plu­part des gens. Il avait 19 ans lors­qu’il a été arrê­té et a pas­sé 13 ans dans le sys­tème car­cé­ral israé­lien avant sa libé­ra­tion en 1985. Treize ans, ce n’était « pas si long » par rap­port à sa peine ini­tiale, qui a été sus­pen­due dans le cadre d’un accord conclu pour échan­ger des pri­son­niers pales­ti­niens et israé­liens.

Je ne me sou­viens pas que mon père ait jamais mon­tré de regret ou de cha­grin pour les années qui lui ont été volées. Il pense que c’est la base de ses prin­cipes solides, de son carac­tère fort, de ses ami­tiés intimes et de sa vision éman­ci­pa­trice de la vie. J’ai tou­jours été fière d’être sa fille et je le serai tou­jours. C’est un révo­lu­tion­naire, et en tant que réfu­gié pales­ti­nien, la pen­sée révo­lu­tion­naire a été une par­tie orga­nique de son édu­ca­tion.

Il est né dans une famille dépos­sé­dée de Beit Jer­ja, quatre ans après le net­toyage eth­nique de la Pales­tine par Israël en 1948, un évé­ne­ment que nous appe­lons la Nak­ba (catas­trophe). Il a gran­di dans le camp de réfu­giés de Jaba­lia, où l’op­pres­sion colo­niale israé­lienne a défi­ni tous les aspects de la vie quo­ti­dienne.

C’est la pre­mière pho­to de mon père Ismaïl en 1983 à Naf­ha dans le Néguev après 12 ans de déten­tion. De ce fait, il n’existe aucune pho­to de mon père entre 20 et 30 ans.

La puissance triomphante de la révolution

Il est arrê­té au camp de Jaba­lia le 23 jan­vier 1972. Dans son livre With My Own Eyes [fr. Avo­cate israé­lienne, je témoigne ] (1975), l’a­vo­cate ger­ma­no-israé­lienne Feli­cia Lan­ger raconte l’his­toire de sa cap­ture : « Ils l’ont traî­né jus­qu’au poste de police de Gaza tout en le bat­tant à coups de matraque tout le long du che­min ». Il a été asper­gé d’eau extrê­me­ment froide et les sol­dats ont conti­nué à l’at­ta­quer à coups de matraque par­tout, au point qu’il a per­du l’ouïe. « Cela a conti­nué pen­dant dix jours … Puis ils ont mena­cé de me ban­nir à Amman, où je serais tué, si je ne par­lais pas », lui a‑t-il dit.

Comme beau­coup d’autres Pales­ti­niens, mon père a été auto­ma­ti­que­ment jugé par un tri­bu­nal mili­taire israé­lien, où les juges et les pro­cu­reurs sont des sol­dats israé­liens en uni­forme. Les Pales­ti­niens sont tou­jours d’une manière ou d’une autre cou­pables de contes­ter l’au­to­ri­té du régime d’oc­cu­pa­tion mili­taire. Selon le groupe israé­lien de défense des droits humains B’t­se­lem, les tri­bu­naux mili­taires israé­liens « sont fer­me­ment ancrés du côté israé­lien du dés­équi­libre de pou­voir et sont un des sys­tèmes cen­traux de main­tien du contrôle sur le peuple pales­ti­nien ».

Le 30 novembre 1972, le pro­cu­reur a deman­dé au tri­bu­nal de mener une « guerre sérieuse contre le ter­ro­risme » et d’in­fli­ger la peine la plus sévère à mon père et à ses cama­rades, tous accu­sés d’ap­par­te­nir au Front popu­laire de libé­ra­tion de la Pales­tine, de ten­dance mar­xiste. Selon Lan­ger, le pro­cu­reur a décla­ré avoir fait preuve de clé­mence en « ne deman­dant pas la peine de mort ». Avant de rendre son ver­dict, le juge a per­mis à mon père et à ses cama­rades de faire une der­nière décla­ra­tion, mais a aver­ti : « Je ne veux pas entendre de dis­cours poli­tique ». Son cama­rade Abdel-Rah­man, aujourd’­hui mari de ma tante mater­nelle, a décla­ré que cela ne ser­vait à rien puis­qu’ils ne recon­nais­saient pas la juri­dic­tion israé­lienne. Une émeute a écla­té dans la salle d’au­dience et les accu­sés se sont vu inter­dire de faire d’autres com­men­taires. Au milieu de tout cela, mon père a crié sa croyance dans « le pou­voir triom­phant de la révo­lu­tion » pour obte­nir jus­tice pour eux et pour la Pales­tine. Mal­gré une sen­tence qui pro­met­tait la mort en pri­son, il a main­te­nu sa foi en une issue révo­lu­tion­naire de son épreuve.

Ismaïl Abu­sa­la­ma avec ses filles, Shahd (à droite) et Majd

Échange de prisonniers du 21 mai 1985

Il retient ses larmes en me racon­tant l’his­toire de sa libé­ra­tion, 13 ans plus tard. « Je ne peux pas oublier le moment où le repré­sen­tant des pri­son­niers a com­men­cé à crier les noms des per­sonnes à libé­rer », dit-il, les yeux rivés sur la pein­ture qu’il a faite pen­dant son empri­son­ne­ment — des fleurs en flo­rai­son et des bar­be­lés par­mi les noms des membres de sa famille.

Le pro­ces­sus d’é­change a com­men­cé après la cap­ture par Ahmad Jibril du Front popu­laire de libé­ra­tion de la Pales­tine — Com­man­de­ment géné­ral (FPLP-CG) de trois sol­dats israé­liens (Yosef Grof, Nis­sim Salem et Hezi Shai) pen­dant la pre­mière guerre du Liban. Après une longue négo­cia­tion, un accord a été conclu pour qu’Is­raël libère 1 150 pri­son­niers en échange des trois Israé­liens que Jibril déte­nait en cap­ti­vi­té. Mon père a été inclus dans l’ac­cord et a été libé­ré à l’âge de 33 ans. Par­mi les autres pri­son­niers libé­rés figu­raient le révo­lu­tion­naire de l’Ar­mée rouge japo­naise Kozo Oka­mo­to, qui avait été condam­né à la pri­son à vie, et Ahmed Yas­sin, le fon­da­teur du Hamas, qui avait été condam­né à 13 ans en 1983.

Le pri­son­nier char­gé de lire la liste des déte­nus libé­rés était Omar Al Qasim, né à Jéru­sa­lem, membre diri­geant du Front démo­cra­tique pour la libé­ra­tion de la Pales­tine (FDLP) qui a joué un rôle cru­cial dans le Mou­ve­ment des pri­son­niers pales­ti­niens à par­tir de 1968 en tant que l’un des pre­miers pri­son­niers poli­tiques pales­ti­niens. Il était au départ enthou­siaste, espé­rant être libé­ré lui aus­si. Chaque fois qu’il pro­non­çait un nom, un cri de joie fai­sait trem­bler les murs de la pri­son. Peu à peu, l’ expres­sion de son visage a com­men­cé à chan­ger, lut­tant pour par­ler lors­qu’il a réa­li­sé que son nom n’é­tait pas inclus. Mon père pense qu’il s’a­gis­sait d’une forme de tor­ture psy­cho­lo­gique mise en scène par le direc­teur de la pri­son israé­lienne. Al Qas­sim est mort quatre ans plus tard de négli­gence médi­cale dans une cel­lule israé­lienne après 31 ans de résis­tance en cap­ti­vi­té.

Mon père décrit ce moment char­gé d’é­mo­tion comme aigre-doux. Le bon­heur des pri­son­niers libé­rés était incom­plet à l’idée de lais­ser les autres pri­son­niers dans cet endroit hor­rible où le soleil ne brille jamais. «  Nous étions comme une grande famille qui par­ta­geait tout. Nous avons col­lec­ti­ve­ment fait face à la même dou­leur et nous nous sommes unis pour lut­ter pour une cause », me dit-il. « Bien que je sois libre main­te­nant, mon âme sera tou­jours avec mes cama­rades qui res­tent là-bas ».

L’his­toire se répète. Le 18 octobre 2011, nous avons vécu un évé­ne­ment his­to­rique simi­laire avec un accord d’é­change de pri­son­niers impli­quant le sol­dat israé­lien Gilad Sha­lit, qui a été cap­tu­ré par la résis­tance alors qu’il était sur le toit d’un char israé­lien qui enva­his­sait Gaza. Tout comme ce qui s’est pas­sé avec Sha­lit, la cap­ture de trois Israé­liens en 1982 a pro­vo­qué un tol­lé dans l’o­pi­nion publique israé­lienne et les médias inter­na­tio­naux, mais les mil­liers de pri­son­niers pales­ti­niens sont pas­sés inaper­çus.

Affiche de Burhan Kar­kout­ly, vers 1985

Détention administrative et résistance

Le dés­équi­libre des pou­voirs entre l’au­to­ri­té occu­pante et le peuple occu­pé est tou­jours mini­mi­sé par la cou­ver­ture média­tique inter­na­tio­nale de ces évé­ne­ments. Les sol­dats israé­liens sont pré­sen­tés comme ayant été kid­nap­pés par des « ter­ro­ristes ». Pen­dant ce temps, des mil­liers de pri­son­niers poli­tiques pales­ti­niens lan­guissent dans les pri­sons israé­liennes, leurs droits fon­da­men­taux à un pro­cès équi­table, aux soins médi­caux et aux visites de leur famille ou de leur avo­cat étant bafoués — sans par­ler du contexte tou­jours pré­sent du colo­nia­lisme des colons israé­liens, du siège et de l’oc­cu­pa­tion mili­taire.

Le sort des pri­son­niers reste au cœur de la cause pales­ti­nienne, d’au­tant plus qu’Is­raël uti­lise la déten­tion pour écra­ser la résis­tance. Depuis la Nak­ba, plus d’un mil­lion de Pales­ti­niens ont été empri­son­nés, y com­pris des enfants. La puis­sance occu­pante jus­ti­fie ce recours à la déten­tion admi­nis­tra­tive en affir­mant qu’elle détient des infor­ma­tions secrètes. Ces infor­ma­tions ne sont pas com­mu­ni­quées aux déte­nus admi­nis­tra­tifs ni à leurs avo­cats, ce qui laisse de nom­breux pri­son­niers pales­ti­niens dans une situa­tion inhu­maine, sans pro­cès ni incul­pa­tion offi­cielle.

Mon père a tou­jours dit que « « les pri­son­niers sont des mar­tyrs vivants » et que les pri­sons israé­liennes sont des « tombes pour les vivants ». Les pro­tes­ta­tions natio­nales exi­geant la libé­ra­tion de tous les pri­son­niers pales­ti­niens ont pra­ti­que­ment fait par­tie inté­grante de mon édu­ca­tion.

Mal­gré les nom­breuses injus­tices de la cap­ti­vi­té, le mou­ve­ment des pri­son­niers pales­ti­niens n’a jamais été bri­sé, avec des efforts de résis­tance incluant des grèves de la faim orga­ni­sées. La posi­tion adop­tée par les déte­nus est une source d’ins­pi­ra­tion tant en Pales­tine que dans le monde entier, sur­tout si l’on tient compte du fort sen­ti­ment d’in­ter­na­tio­na­lisme que l’on retrouve dans les efforts de soli­da­ri­té avec la Pales­tine. Ange­la Davis, par exemple, a rap­pe­lé que « la soli­da­ri­té venant de Pales­tine a été une source majeure de cou­rage » pen­dant son empri­son­ne­ment au début des années 1970.

La pan­dé­mie de Covid-19 a mis en lumière les droits des pri­son­niers dans le monde entier. Des USA à la Pales­tine, nom­breux sont ceux qui constatent les injus­tices ins­ti­tu­tion­nelles du com­plexe indus­triel car­cé­ral et les niveaux de pro­fit réa­li­sés, et qui ont com­men­cé à remettre en ques­tion ce sys­tème de manière beau­coup plus cri­tique qu’au­pa­ra­vant . Nous ima­gi­nons enfin la pos­si­bi­li­té d’un monde dans lequel de telles ins­ti­tu­tions n’existent plus. Plus que jamais, il est temps de s’or­ga­ni­ser au niveau local, natio­nal et inter­na­tio­nal pour les droits et la liber­té des pri­son­niers pales­ti­niens.

Leur liber­té sera un triomphe pour l’hu­ma­ni­té.