Le boycott d’Israël à la portée de tous sur des smartphones

Buycott : d'un maniement facile à tous les citoyens consommateurs, l’arme du boycott vient de se doter d’une nouvelle application pour smartphone qui permet de filtrer ses achats

buycott-new.jpg

Elle vise le pou­mon éco­no­mique d’Israël et frappe là où ça fait mal, l’arme redou­table du boy­cott insuffle éga­le­ment l’esprit de résis­tance par­tout dans le monde, au point d’ébranler les fon­da­tions d’un Etat cri­mi­nel, qui se croyait invul­né­rable der­rière son rem­part de l’impunité d’exception.

La for­te­resse israé­lienne n’est pas impre­nable pour le mou­ve­ment Boy­cott, Dés­in­ves­tis­se­ments sanc­tions (BDS), qui a trou­vé son talon d’Achille et appuie des­sus jusqu’à ce qu’il rompe depuis 2005, date de son émer­gence sur le devant de la scène publique. D’un manie­ment facile et se vou­lant acces­sible à tous les citoyens et consom­ma­teurs, l’arme du boy­cott vient de se doter d’une nou­velle appli­ca­tion pour smart­phone « Buy­cott » qui per­met à tout uti­li­sa­teur de fil­trer ses achats en scan­nant avec son télé­phone un code-barres, et d’identifier les socié­tés qui pac­tisent avec Israël pour mieux les boy­cot­ter. Ain­si, gageons que, grâce à ce pro­gramme, Coca Cola et Sodas­tream Inter­na­tio­nal ne vont plus pétiller long­temps…

BDS sou­haite inten­si­fier la par­ti­ci­pa­tion citoyenne directe dans le cadre de la grande cam­pagne de sen­si­bi­li­sa­tion « Pro­mou­voir la liber­té et la jus­tice en Pales­tine ». Publiée il y a quelques jours, une cam­pagne inti­tu­lée Long live Pales­tine boy­cott Israel attire déjà près de 150 000 membres.

Le monde entier se met à l’heure du boy­cott, comme c’est le cas en Nor­vège, où le minis­tère des Finances a bla­ck­lis­té deux des ruches bour­don­nantes et indus­trieuses de l’E­tat hébreu que sont Afri­ca Israël Invest­ment et sa filiale Danya Cebus, des socié­tés de tra­vaux publics impli­quées dans la construc­tion de colo­nies dans les Ter­ri­toires occu­pés..

Frap­pées d’une dis­grâce qui n’en finit pas de s’étendre bien au-delà des fjords, ces deux entre­prises israé­liennes ont été exclues par le Fonds sou­ve­rain d’investissements nor­vé­gien, qui gère 810 mil­liards de dol­lars d’actifs, de sa liste des inves­tis­se­ments pour cause de vio­la­tion grave des droits indi­vi­duels.

Tom­bant comme un cou­pe­ret sur Israël, cette mesure de rétor­sion vient conso­li­der, en l’amplifiant, la grande action du boy­cott euro­péen des firmes israé­liennes, ain­si mises au ban de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale pour pros­pé­rer en pié­ti­nant les Pales­ti­niens et en bafouant le droit inter­na­tio­nal.

La Nor­vège emboîte le pas à PGGM, un fonds de pen­sion hol­lan­dais, à la tête de plus de 200 mil­liards de dol­lars, qui a, pour sa part, liqui­dé ses inves­tis­se­ments dans cinq banques israé­liennes, au motif qu’elles financent la construc­tion de colo­nies dans les ter­ri­toires occu­pés pales­ti­niens, et que par consé­quent elles frayent dans les eaux troubles de l’illégalité et capi­ta­lisent sur la néga­tion des droits de l’Homme.

La sphère aca­dé­mique est éga­le­ment venue gon­fler les rangs de BDS, à tra­vers l’un des prin­ci­paux syn­di­cats amé­ri­cains de cher­cheurs et d’en­sei­gnants, tan­dis que la plus grande Église pro­tes­tante du Cana­da a exhor­té ses parois­siens à boy­cot­ter trois entre­prises israé­liennes ins­tal­lées dans des colo­nies (Aha­va, Keter Plas­tic et SodaS­tream) et à faire pres­sion sur les dis­tri­bu­teurs qui vendent leurs pro­duits au Cana­da. De son côté, le gou­ver­ne­ment rou­main a refu­sé d’en­voyer sa main d’œuvre en Israël, faute d’avoir eu l’assurance que ses ouvriers ne seraient pas employés à la construc­tion de loge­ments dans les colo­nies illé­gales.

Dif­fi­cile, aujourd’hui, pour Neta­nya­hou et sa légion de lau­da­teurs, de mini­mi­ser, mépri­ser ou nier l’ampleur et la réso­nance pla­né­taire du mou­ve­ment BDS, et ce même der­rière les œillères très opaques de la cruau­té, la tête bien enfon­cée dans le sable, et des boules Quies dans les oreilles…

Pour trou­ver les mises à jour sur l’ap­pli­ca­tion BDS : http://bdsapp.org/index/

Source de l’ar­ticle : oum­ma