Comment différencier une invasion de l’OTAN d’un mouvement social

Un mouvement social ne provoque pas le massacre de 60.000 personnes parmi son propre peuple.

Image_4-63.png

Par Luis BRITTO GARCIA (écri­vain véné­zué­lien)

articles de LBG en fran­çais

Cer­tains médias pré­sentent l’invasion de l’OTAN et des Etats-Unis contre la Libye comme un mou­ve­ment social. Pour ceux qui ne savent pas faire la part des choses, sug­gé­rons quelques pistes :

Un mou­ve­ment social majo­ri­taire triomphe seul et n’a pas besoin de l’invasion d’une coa­li­tion impé­ria­liste de 42 pays pilleurs pen­dant plus de six mois pour s’imposer.

Un mou­ve­ment social est com­po­sé de gens faits de chair et de sang, et non de vic­times ima­gi­naires de soi-disant bom­bar­de­ments non confir­més par les jour­na­listes de Tele­sur, ni par les satel­lites Russes ni par ceux du Penta­gone.

Un mou­ve­ment social sur­git spon­ta­né­ment du peuple et non des plans du Penta­gone pour enva­hir la Libye dénon­cés depuis 2001 par le géné­ral Wes­ley Clark.

Un mou­ve­ment social n’obtient pas la pro­tec­tion de cette mafia de puis­sances hégé­mo­niques appe­lée l’ONU.

Un mou­ve­ment social n’est pas diri­gé par des monarques, des ter­ro­ristes inté­gristes, des mer­ce­naires étran­gers ni d’ex-ministres du gou­ver­ne­ment auquel il s’appose.

Un mou­ve­ment social n’est pas pré­sen­té par Barack Oba­ma comme « un modèle pour les rela­tions inter­na­tio­nales » et ne reçoit pas l’appui de l’armée d’occupation euro­péenne appe­lée l’OTAN.

Un mou­ve­ment social ne com­mence pas par assas­si­ner son propre chef, comme l’a fait le CNT avec son pre­mier pré­sident, Abdel You­nis.

Un mou­ve­ment social ne dis­pose pas de porte-avions, de navires de guerre, de bom­bar­diers, de mis­siles télé­gui­dés, d’hélicoptères de com­bat et d’avions sans pilotes.

Un mou­ve­ment social n’applique pas à ses com­pa­triotes la stra­té­gie de bom­bar­de­ments ter­ro­ristes de la popu­la­tion civile inau­gu­rée par la Luft­waffe nazi contre la ville de Guer­ni­ca.

Un mou­ve­ment social ne répète pas ce mas­sacre à 20.000 reprises lors de mis­sions aériennes contre son propre pays.

Un mou­ve­ment social ne bom­barde pas sys­té­ma­ti­que­ment les hôpi­taux, les aque­ducs, les écoles, les quar­tiers rési­den­tiels et les moyens de com­mu­ni­ca­tion.

Un mou­ve­ment social ne séquestre pas des jour­na­listes indé­pen­dants ni ne les expulse pour les empê­cher de témoi­gner sur ce qui se passe.

Un mou­ve­ment social ne se livre pas à l’assassinat ciblé des diri­geants de son pays et n’offre pas une récom­pense d’un mil­lion et demi d’euros pour leurs têtes.

Un mou­ve­ment social ne déploie pas des avo­cats, des lob­bys et des influences pour que la Cour Pénale Inter­na­tio­nale émette des man­dats d’arrêt contre ses adver­saires.

Un mou­ve­ment social ne pro­voque pas le mas­sacre de 60.000 per­sonnes par­mi son propre peuple.

Un mou­ve­ment social n’a pas de com­plices finan­ciers inter­na­tio­naux capables de confis­quer 270 mil­liards de dol­lars de réserves de son propre pays.

Un mou­ve­ment social n’offre pas les res­sources de son pays à une nuée de socié­tés mul­ti­na­tio­nales.

Un mou­ve­ment social n’est jamais appuyé incon­di­tion­nel­le­ment par les mono­poles et mul­ti­na­tio­nales de l’information.

Un mou­ve­ment social ne dis­pose pas de came­ra­men, de scé­na­ristes, de maquilleurs, d’acteurs, de cos­tu­miers et de met­teurs en scène pour fil­mer au Qatar de fausses scènes de vic­toire.

Un mou­ve­ment social ne détruit pas et ne sac­cage pas les sièges diplo­ma­tiques des pays amis.

Un mou­ve­ment social ne tue pas sys­té­ma­ti­que­ment des com­pa­triotes parce qu’ils ont le peau noire, comme le font les forces du CNT

Un mou­ve­ment social n’est pas diri­gé par Ber­lus­co­ni, Sar­ko­zy, Came­ron, Mer­kel et Rass­mus­sen.

Un mou­ve­ment social n’est pas recon­nu pré­ma­tu­ré­ment comme gou­ver­ne­ment par les puis­sances impé­ria­listes avant même d’avoir obte­nu le contrôle de tout le ter­ri­toire.

S’il est facile de dis­tin­guer une inva­sion de l’OTAN d’un mou­ve­ment social, il est encore plus facile de dis­tin­guer un imbé­cile d’une canaille. L’imbécile ignore les faits énu­mé­rés plus haut. La canaille les connaît mais per­siste à dire que l’invasion de la Libye est un mou­ve­ment social.

Luis Brit­to Gar­cia

Source : [blog de Luis Brit­to Gar­cia
->http://luisbrittogarcia.blogspot.com/2011/10/como-diferenciar-una-invasion-de-la.html]

Note De La Tra­duc­tion : “ça m’étonnerait que ça tra­verse le blin­dage crâ­nien de nos intel­lec­tua­loïdes occi­den­taux” par VD pour le Grand Soir avec pro­ba­ble­ment un peu plus de fautes et de coquilles que d’habitude.

URL de cet article 14853
http://www.legrandsoir.info/comment-distinguer-une-invasion-de-l-otan-d-un-mouvement-social.html