Dérivations, revue de critique urbaine

Un espace de débat sur la ville, à Liège et ailleurs, dont les pages sont ouvertes aux contributions issues de toutes les sensibilités démocratiques qui souhaitent s’y exprimer.

Revue_De_rivations.jpg

Le pro­jet de la Revue Déri­va­tions avance bien : le som­maire du pre­mier numé­ro est presque bou­clé. Et, vu l’a­bon­dance d’ar­ticles inté­res­sants qui leurs sont arri­vés, ils ont même dû revoir la pagi­na­tion à la hausse (de 128 à 160 pages). Sauf mau­vaise sur­prise, l’é­chéance du 20 sep­tembre sera res­pec­tée. Une revue de débats, plu­ra­liste et ouverte, renaît donc à Liège.

Main­te­nant, ils ont vrai­ment besoin d’un coup de pouce de votre part, pour pou­voir pas­ser la com­mande chez l’im­pri­meur sans prendre un trop gros risque : sous­cri­vez à la revue, ça ne coûte que 12,50 euros, invi­tez vos amis à sous­crire, aidez-les à faire connaître le pro­jet.

Une revue, c’est comme une fleur : sans amour et sans eau fraiche, elle dépé­rit.

À vous de jouer…

Sous­crire au pre­mier numé­ro


RevueD.jpg

Au som­maire du numé­ro 1

Il est trop tôt pour tout dévoi­ler l’ensemble du som­maire du pre­mier numé­ro, mais signa­lons déjà les contri­bu­tions sui­vantes.

Le dos­sier prin­ci­pal sera consa­cré à la Place Cocke­rill et aux enjeux du par­king à Liège, avec notam­ment des contri­bu­tions d’Abdelkader Bou­te­mad­ja, d’Hélène Van Ngoc, Gil Hono­ré, Gwe­naël Breës, Marie Schip­pers, Antoine Faja, Pierre Morel,…

Un article de Sébas­tien Char­lier et Tho­mas Moor sur les enjeux de la réno­va­tion de la Cité admi­nis­tra­tive de la Ville de Liège.

Un article de Bap­tiste Del­hau­teur sur la sculp­ture monu­men­tale.

Un article de Laurent Nisen sur les usages du Ravel.

Un article d’Alfonso Vigliot­ti et Mathilde Col­lin sur la puis­sance et les limites du ciné­ma dans les quar­tiers.

Dans la rubrique « Archive », un retour dans les années ’80, à l’époque du com­bat des « péni­chards » pour le main­tien des péniches au centre de la ville, pré­sen­té par Alain Leens.

La rubrique pho­to­gra­phique, tenue, pour débu­ter, par Nico­las Bomal, autour de la démo­li­tion de tours de Droixhe.

Une chro­nique des­si­née d’Harald Frans­sen.

Une chro­nique de Jean-Pierre Col­li­gnon, alias l’indispensable Mon­sieur Jean-Pierre.

Une carte blanche sur le déve­lop­pe­ment du site de Bavière.

Un article de Georges-Eric Lan­tair et Alain Richard sur « l’affaire Mata­dor », à Mons.

Une enquête de Luca Pid­diu sur l’attribution des fonds FEDER.

Une rubrique inti­tu­lée « La page des libraires », avec des contri­bu­tions de tous les libraires indé­pen­dants lié­geois (Carotte, Comp­toir du livre, Entre­temps, Livre aux tré­sors, Paren­thèse, Pax et Toutes direc­tions).

Et, enfin, une fic­tion de Pas­cal Leclercq.


revue-derivations.jpg

Une revue, pour­quoi ?

La créa­tion de la revue Déri­va­tions pour­suit plu­sieurs objec­tifs.

D’abord, créer un espace de débat dans la sphère lié­geoise, non seule­ment sur les ques­tions urbaines, mais aus­si sur le deve­nir de Liège, de ses habi­tants, et de sa région en géné­ral. Nous vou­lons être un lieu où les argu­ments trouvent à se confron­ter, à se ren­con­trer, à s’affiner : à ce titre, nos pages seront ouvertes aux contri­bu­tions issues de toutes les sen­si­bi­li­tés démo­cra­tiques qui sou­hai­te­ront s’y expri­mer. Nous sommes en effet convain­cus qu’un tel espace manque gra­ve­ment à Liège. Et que la ville souffre — en est-ce la cause ou la consé­quence ? — d’un manque criant de culture du débat, mal­gré la richesse de sa vie asso­cia­tive.

Ensuite, nous sou­hai­tons docu­men­ter les grandes ques­tions urbaines lié­geoises, pour don­ner à nos lec­teurs des clés de lec­ture sur des enjeux qui touchent au deve­nir com­mun et qui sont par­fois bien peu lisibles. Ce rôle, nous vou­lons le jouer non seule­ment par l’analyse — socio­lo­gique, urba­nis­tique, éco­no­mique, his­to­rique,… — ou par la pros­pec­tive, mais aus­si en mul­ti­pliant les regards sur la ville : à ce titre, des formes d’écriture lit­té­raires, le des­sin, la pho­to­gra­phie, etc trou­ve­ront place dans nos pages.

Enfin, nous sou­hai­tons deve­nir un lieu d’ouverture du débat lié­geois sur des ques­tions plus larges, plus éloi­gnées ou plus théo­riques, mais qui contri­buent à déter­mi­ner la ville dans laquelle nous vou­lons vivre.

Revue Déri­va­tions