Honduras : un observateur électoral de l’UE dénonce…

La Mission d’observation de l’Union européenne ne mentionne nulle part que deux partis, représentant ensemble environ 50 % des électeurs, dénoncent une fraude massive et refusent d’entériner le résultat annoncé.

Mani­fes­ta­tion monstre à Tegu­ci­gal­pa

DSC_0425-aebff.jpgDSC_0428-c5b1b.jpgDSC_0434-0e42a.jpgDSC_0445-d3fba.jpg

Ce dimanche 1er décembre, à l’appel de Liber­té et refon­da­tion (LIBRE), des dizaines de mil­liers de per­sonnes sont des­cen­dues dans la rue à Tegu­ci­gal­pa. La mani­fes­ta­tion eut été encore plus impor­tante si, dans une atti­tude plus proche d’une dic­ta­ture que de celle d’un pays dont la Mis­sion d’observation de l’Union euro­péenne vient de saluer un pro­ces­sus élec­to­ral « trans­pa­rent », au cours duquel « les can­di­dats et can­di­dates de tous les par­tis ont pu exer­cer leur liber­té de réunion, d’expression et de mou­ve­ment », l’armée n’avait inter­cep­té et blo­qué les bus et cara­vanes des mili­tants venant des quatre coins du pays et en par­ti­cu­lier d’Olancho, de San Pedro Sula et de Cho­lu­te­ca.

Au cours de la mati­née, la can­di­date pré­si­den­tielle Xio­ma­ra Cas­tro et le coor­di­na­teur géné­ral de LIBRE, Manuel Zelaya, ont réité­ré leurs dénon­cia­tions sur une fraude mas­sive et ont annon­cé qu’ils contes­te­raient offi­ciel­le­ment les résul­tats du scru­tin, comme la loi élec­to­rale le leur per­met, devant le Tri­bu­nal suprême élec­to­ral, dès lun­di 2 décembre.

La jour­née a éga­le­ment été mar­quée par les obsèques de José Anto­nio Ardón, mili­tant de LIBRE assas­si­né le 30 novembre par quatre hommes mas­qués, alors qu’il par­ti­ci­pait à la pré­pa­ra­tion de cette mani­fes­ta­tion. On estime que, depuis le coup d’Etat de 2009, plus de deux cents mili­tants, sym­pa­thi­sants et cadres inter­mé­diaires de LIBRE ont été exé­cu­tés, sans qu’aucune enquête n’ait été entre­prise par les auto­ri­tés.

Par Mau­rice Lemoine

mede­lu

DSC_0447-ce695.jpgDSC_0466-47e93.jpgDSC_0482-53ae6.jpgDSC_0526-e9b04.jpgDSC_0550-edc80.jpg


DSC_0384.jpg
Xio­ma­ra Cas­tro ne renonce pas ( Tegu­ci­gal­pa, 29 novembre)

Ce dimanche 24 novembre 2013 res­te­ra dans toutes les mémoires au Hon­du­ras. Alors que, depuis plus d’un siècle, deux par­tis dominent la vie poli­tique – le Par­ti natio­nal (PN) et le Par­ti libé­ral (PL) –, neuf sont en lice ce jour pour élire un pré­sident, 128 dépu­tés et 298 maires. Par­mi eux, quatre sont nés depuis le coup d’Etat qui, le 28 juin 2009, a éjec­té du pou­voir le pré­sident Manuel Zelaya, issu du Par­ti libé­ral, mais qui, menant une poli­tique réfor­miste modé­rée et rejoi­gnant l’Alliance boli­va­rienne pour les peuples de notre Amé­rique (ALBA), fut tra­hi par une par­tie des siens, étroi­te­ment liés à la poi­gnée de familles qui consti­tuent l’oligarchie.

Pen­dant la fin de cam­pagne, deux can­di­dats à la magis­tra­ture suprême ont tenu le haut du pavé : pour le Par­ti natio­nal (PN), Juan Orlan­do Hernán­dez (dit « JOH »), pré­sident d’un Congrès mono­po­li­sé par ceux-là même qui, en 2009, ont rom­pu l’ordre ins­ti­tu­tion­nel ; pour Liber­té et refon­da­tion (LIBRE), une for­ma­tion vieille d’à peine dix-huit mois issue du mou­ve­ment de résis­tance aux put­schistes, Mme Xio­ma­ra Cas­tro, épouse de M. Zelaya (qui ne peut se repré­sen­ter).

Tan­dis que les médias locaux – La Tri­bu­na, La Pren­sa, El Heral­do, l’ensemble des chaînes de radio et de télé­vi­sion, à de rares excep­tions près – semblent se livrer à un concours pour savoir lequel se mon­tre­ra le plus hos­tile à l’égard de LIBRE, la ten­sion monte inexo­ra­ble­ment entre les tenants d’un libé­ra­lisme sau­vage, dans une socié­té en voie de mili­ta­ri­sa­tion (le PN), et les par­ti­sans d’un socia­lisme démo­cra­tique ayant entre autres objec­tifs la convo­ca­tion d’une Assem­blée natio­nale consti­tuante (LIBRE).

Au soir du 24, bien que cha­cun s’accorde à consta­ter qu’aucune vio­lence ou débor­de­ment n’a affec­té la jour­née, les coups de théâtre ne manquent pas. Alors que les bureaux de vote ferment à 17 heures, une pre­mière rumeur monte du siège du Par­ti natio­nal, vers 18 heures : « JOH » l’a empor­té.

Pour­tant, à 18 h 47, depuis le luxueux hôtel Pla­za Juan Car­los où le Tri­bu­nal suprême élec­to­ral (TSE) a éta­bli ses quar­tiers, son pré­sident, M. David Mata­mo­ros, annonce aux médias que, peu de résul­tats étant remon­tés jusque-là, il revien­dra faire une décla­ra­tion « à 21 heures, ou avant si 20 % des votes ont été dépouillés ». Puis il pré­cise qu’à par­tir de 19 heures, « les son­dages “sor­tie des urnes” peuvent être dif­fu­sés ».

Il n’en faut pas plus pour que, à 19 h 25, l’euphorie s’empare de l’hôtel Cla­rion où les jour­na­listes ont été convo­qués : Mme Xio­ma­ra Cas­tro y annonce que, sur la foi de ces son­dages, elle est « la pro­chaine pré­si­dente du Hon­du­ras », avec 29 % des voix (il n’y a qu’un tour). Sans ten­ter de contrô­ler le plai­sir qui monte en eux, les mili­tants de LIBRE rugissent lit­té­ra­le­ment de joie.

DSC_0256.jpg

A 20 h 34, douche froide : sur un peu plus de 20 % des actes élec­to­raux, le TSE cré­dite le PN de 34,07 % et LIBRE de 28,36 %. Mais, curieu­se­ment, on apprend que, figu­rant par­mi les résul­tats désor­mais reçus à Tegu­ci­gal­pa, 19 % des actes ont été écar­tés, diri­gés vers un cha­pitre inti­tu­lé « actes spé­ciaux » et ne seront pas publiés. Coor­di­na­teur géné­ral de LIBRE, M. Zelaya s‘inquiète : « A 19 %, il ne s’agit pas d’erreurs ponc­tuelles ; il faut envi­sa­ger la nul­li­té du pro­ces­sus. » Le can­di­dat à la fonc­tion de desi­gna­do (une sorte de vice-pré­sident), Enrique Rei­na, pré­voit immé­dia­te­ment une réunion avec les obser­va­teurs inter­na­tio­naux.

Le moins qu’on puise dire est que ceux-ci ne manquent pas, l’élection du pré­sident en exer­cice, M. Por­fi­rio « Pepe » Lobo (PN), en novembre 2009, quatre mois après le golpe, ayant été très contes­tée. Pas moins de sept cent cin­quante se trouvent sur place, dont cent quatre-vingt « offi­ciels », la plu­part envoyés par l’Organisation des Etats amé­ri­cains (OEA), le Centre Car­ter et l’Union euro­péenne (quatre-vingt-dix-neuf per­sonnes pro­ve­nant de vingt-six pays membres et de la Nor­vège).

A 21 h 03, sur la base de ces résul­tats plus que par­tiels, le Par­ti natio­nal et « JOH » se pro­clament qua­si offi­ciel­le­ment vic­to­rieux. Dès lors, dans la nuit étoi­lée de la capi­tale, la polé­mique com­mence à enfler. LIBRE conteste les résul­tats.

Vers 22 heures, à cinq minutes d’intervalle, dans l’imposant centre de presse ins­tal­lé dans l’hôtel qui abrite le TSE, nous fai­sons deux ren­contres qui, à elles seules, pour­raient résu­mer la jour­née (et celles qui vont suivre). Lors de la pre­mière, aper­ce­vant notre accré­di­ta­tion de jour­na­liste, deux obser­va­trices natio­nales, de ce qu’on appelle « la socié­té civile », s’approchent de nous : « Ce que nous avons vu ne nous plait pas, on ne veut pas le cau­tion­ner. Il y a une fraude évi­dente. On va faire un rap­port, mais à quoi ser­vi­ra-t-il ? » A quelques pas de là, nous croi­sons Mme Ulrike Luna­cek, chef de la Mis­sion d’observation élec­to­rale de l’Union euro­péenne (MOE UE), que les pro­tes­ta­tions de LIBRE semblent indis­po­ser : « Tout ce que nous avons pu obser­ver dans les bureaux de vote et la trans­mis­sion des don­nées est cor­rect, nous confie-t-elle en sou­riant. Il faut res­pec­ter les règles du jeu. LIBRE, avec son poids, pour­ra jouer un rôle impor­tant au Congrès, y com­pris en pas­sant des alliances. Et il y aura une pro­chaine fois. Mais ce pays ne peut pas s’offrir le luxe d’une crise. » Puis, inter­ro­gée par les médias hon­du­riens, elle demande « de la patience aux can­di­dats pré­si­den­tiels » et met l’accent sur la trans­pa­rence du pro­ces­sus ain­si que sur la par­ti­ci­pa­tion mas­sive des citoyens. Dès cet ins­tant, pour elle, et bien qu’on n’en soit qu’aux pré­mices du dépouille­ment, l’affaire semble tran­chée.

Il faut attendre 23 h 17 pour que M. Mata­mo­ros déclare : 54,47 % des actes ayant été exa­mi­nés, « JOH » est « en tête » (34,14 % des suf­frages), pré­cé­dant Mme Cas­tro (28,43 %), le can­di­dat du Par­ti libé­ral Mau­ri­cio Vil­le­da (21,03%) et le diri­geant du tout nou­veau Par­ti anti­cor­rup­tion, M. Nas­ral­la (15,73 %). En divul­guant ce der­nier résul­tat de la jour­née, M. Mato­mo­ros fait savoir que ce « résul­tat par­tiel » ne per­met pas de pro­cla­mer un vain­queur, mais, sur­tout, pour ceux qui savent entendre, que le TSE a consta­té des « inco­hé­rences » por­tant « sur au moins 20 % des actes élec­to­raux ».

D’après le repré­sen­tante de LIBRE auprès du conseil consul­ta­tif du TSE, Mme Rixi Mon­ca­da, il exis­te­rait une « mani­pu­la­tion des don­nées réelles » et « plus de mille neuf cents actes [qui pour­raient repré­sen­ter quatre cent mille voix] de dépar­te­ments où LIBRE arrive en tête n’ont pas été incor­po­rés au sys­tème de comptage[[Le pré­sident du TSE a annon­cé le 25 que les ano­ma­lies signa­lées étaient réso­lues, mais sans pré­ci­ser ni leur nombre ni leur pro­ve­nance.]] ». Il convient de pré­ci­ser que, depuis de nom­breux mois, les diri­geants de LIBRE mettent en doute la fia­bi­li­té du Sys­tème inté­gré de scru­tin et de divul­ga­tion élec­to­ral (Siede) per­met­tant le trans­fert des résul­tats des bureaux de vote par scan­ner. « On a fait des essais, nous avait confié M. Ricar­do Del­ga­do, secré­taire aux rela­tions inter­na­tio­nales de LIBRE, quelques jours avant le scru­tin, et la capa­ci­té de trans­mis­sion a été de 30 %. »

DSC_0223.jpg
Ulrike Luna­cek, chef de la Mis­sion d’observation de l’UE

De tout le pays, au fur et à mesure que le TSE annonce des résul­tats bien­tôt jugés « irré­ver­sibles » en faveur de M. Orlan­do Hernán­dez, remonte une lita­nie de dénon­cia­tions qui vont de l’achat de votes à la réten­tion de résul­tats favo­ri­sant LIBRE par les res­pon­sables des bureaux de vote appar­te­nant au Par­ti natio­nal, le tra­fic des accré­di­ta­tions des repré­sen­tants des par­tis auprès des urnes[[Neuf par­tis étaient en lice et cer­tains n’ayant pas la base sociale suf­fi­sante pour avoir un repré­sen­tant dans chaque bureau de vote, ont don­né ou ven­du leurs accré­di­ta­tions au Par­ti natio­nal, lui per­met­tant d’accroître son poids dans la ges­tion locale du scru­tin.]], la par­ti­ci­pa­tion des morts et le décès des vivants… Le scan­dale prend une telle ampleur que, le 25 novembre, M. Zelaya déclare : « Il est cer­tain que nous avons per­du dans beau­coup d’urnes, mais il est tout aus­si cer­tain que nous avons gagné dans des mil­liers d’autres, et nous ne sommes pas dis­po­sés à renon­cer à notre vic­toire », avant de mena­cer de des­cendre dans la rue. Plus éton­nant en appa­rence, M. Nas­ral­la, avec ses plus de 15 % des voix en repré­sen­ta­tion du Par­ti anti­cor­rup­tion, se joint à LIBRE pour dénon­cer « une fraude ahu­ris­sante » et évoque l’« ins­tal­la­tion d’une dic­ta­ture au Hon­du­ras ».

Dans un tel contexte, c’est avec beau­coup d’intérêt qu’est atten­du le rap­port pré­li­mi­naire de la Mis­sion d’observation de l’Union euro­péenne. Pré­sen­té le 26 novembre et com­men­té, entre autres, par Mme Luna­cek, dans une salle où se pressent les médias, celui-ci men­tionne un cer­tain nombre de dys­fonc­tion­ne­ments consta­tés durant la cam­pagne : registre élec­to­ral ni pré­cis ni fiable (le nom de 30 % des citoyens y figu­rant étant sujet à cau­tion), manque de trans­pa­rence dans lefi­nan­ce­ment des partis,inégalité de trai­te­ment dans les médias. Tou­te­fois, sem­blant esti­mer qu’il s’agit là d’aspects somme toute secon­daires, ce docu­ment offre comme infor­ma­tion prin­ci­pale, repre­nant le titre du rap­port, qu’après « une cam­pagne opaque et inégale », « le vote et le dépouille­ment ont été transparents[[Misión de Obser­va­ción Elec­to­ral de la Unión Euro­pea, « Decla­ra­ción pre­li­mi­nar – Una vota­ción y recuen­to trans­pa­rentes tras une cam­paña opa­ca y desi­gual », Tegu­ci­gal­pa, 26 novembre 2013.]] ». Et, à la sur­prise de beau­coup, il ne men­tionne nulle part que deux par­tis, repré­sen­tant ensemble envi­ron 50 % des élec­teurs, dénoncent une fraude mas­sive et refusent d’entériner le résul­tat annon­cé.

Un jour­na­liste s’en étonne — Gior­gio Truc­chi -, de l’agence bré­si­lienne Ope­ra Mun­di. Ques­tion appa­rem­ment déli­cate. N’ayant mani­fes­te­ment pas l’intention de se lais­ser entraî­ner dans un débat théo­lo­gique, Mme Luna­cek tourne autour du pot, argue que les contes­ta­taires peuvent dépo­ser des recours devant les ins­tances adé­quates – c’est-à-dire le TSE – et, sou­rire de rigueur vis­sé aux lèvres, n’en dit pas plus sur la ques­tion.

S’ajoutant à la prise de posi­tion de l’OEA, qui va dans le même sens, cette onc­tion de l’Union euro­péenne au can­di­dat du Par­ti natio­nal a d’immédiates réper­cus­sions. M. Juan Orlan­do Hernán­dez reçoit les féli­ci­ta­tions, et donc la recon­nais­sance, des Etats-Unis, du Panamá, de la Colom­bie, du Gua­te­ma­la, du Cos­ta Rica et même du… Nica­ra­gua san­di­niste ! Dif­fi­cile de reve­nir en arrière, désor­mais.

Le 27 novembre, le PAC et le Par­ti inno­va­tion et uni­té (Pinu) dénoncent le TSE qui, sans consul­ter le conseil consul­ta­tif, et donc les par­tis, orga­nise à minuit une « ses­sion spé­ciale » pour exa­mi­ner les « actes élec­to­raux inco­hé­rents ». Pris la main dans le sac, le TSE affirme que, suite à cette inter­ven­tion, ce petit tra­vail entre amis ne sera pas pris en consi­dé­ra­tion. Comme beau­coup d’autres, le juge espa­gnol Bal­ta­sar Garzón, membre d’une mis­sion de la Fédé­ra­tion inter­na­tio­nale des ligues des droits de l’homme (FIDH), décla­re­ra bien­tôt : « Le pro­ces­sus élec­to­ral au Hon­du­ras a été très pré­oc­cu­pant. Du point de vue de la mis­sion dont j’ai fait par­tie, nous sommes ame­nés à dire qu’il y a eu fraude élec­to­rale par dif­fé­rents méca­nismes et dif­fé­rentes voies. » Mais, cha­cune de ces dénon­cia­tions est immua­ble­ment sui­vie d’une contre-dénon­cia­tion du TSE. Ain­si, ce même 27 novembre, rap­port aux accu­sa­tions lan­cées par LIBRE et le PAC, M. Mata­mo­ros assure que le pro­ces­sus élec­to­ral a été vali­dé par l’observation inter­na­tio­nale à tra­vers l’Union euro­péenne, l’OEA, le Centre Car­ter, etc. Ce qui est cen­sé clore tout débat. Moyen­nant quoi, c’est donc dans l’indifférence géné­rale que la can­di­date dépu­tée de LIBRE à Copán, Mme Elvia Argen­ti­na Valle, sonne à nou­veau le toc­sin, le 28 novembre, tard dans la soi­rée : « Il y a quelques minutes, le TSE a com­men­cé un recomp­tage des actes et des votes sans la pré­sence des obser­va­teurs des par­tis poli­tiques aux­quels, sur ordre des magis­trats, on a inter­dit l’accès des lieux. »

CSC_0116.jpg

Tout aurait été pour le mieux dans le meilleur des mondes pour le pou­voir en place et déci­dé à y res­ter si, le ven­dre­di 29 au matin, une sorte de bombe n’avait explo­sé. Alors qu’un groupe d’observateurs de l’UE se pré­pa­rait à prendre l’avion du retour, l’un d’entre eux s’est confié à une poi­gnée de jour­na­listes, dans l’aéroport de Tegu­ci­gal­pa. « Je ne peux pas vous par­ler au nom de l’Union euro­péenne, a‑t-il com­men­cé, mais un cer­tain nombre d’observateurs dont je fais par­tie ont un peu honte de ce rap­port qui ne reflète pas les obser­va­tions que nous avons fait dimanche et les jours pré­cé­dents. » Jour­na­liste et anthro­po­logue autri­chien ayant une longue expé­rience de l’Amérique cen­trale et du Hon­du­ras, M. Léo Gabriel n’y va pas par quatre che­mins pour expli­ci­ter sa pen­sée : « Le mot “trans­pa­rent” ne peut pas s’appliquer à ce scru­tin, ni au comp­tage, ni aux élec­tions en géné­ral. »

Suit un récit qui recoupe en tous points les dénon­cia­tions effec­tuées par l’opposition. « A Omoa [Dépar­te­ment de Cortes], par exemple, 20 % des gens atten­daient déses­pé­ré­ment leur carte d’identité. Dans les zones garifunas[[Populations issues du métis­sage entre Noirs res­ca­pés de nau­frages de navires négriers et esclaves échap­pés des plan­ta­tions.]] , on a vu beau­coup de gens décla­rés “décé­dés”, qui n’avaient pas la pos­si­bi­li­té de voter. En nous appro­chant des urnes, on a vu aus­si un vari mar­ché où, sur­tout des gens du PN, s’arrachaient les cartes d’identité pour soi-disant aider les élec­teurs. »

« On sen­tait que les petits partis[[Alliance patrio­tique (AP), de l’ex-général put­schiste Romeo Vás­quez Velás­quez, Par­ti inno­va­tion et uni­té (PINU), Par­ti démo­crate chré­tien du Hon­du­ras (PDCH) et Par­ti uni­fi­ca­tion démo­cra­tique (UD), allié au Front ample poli­tique élec­to­ral en Résis­tance (Faper).]] for­maient équipe avec le PN » (en par­ti­cu­lier s’agissant du tra­fic ou de la revente des accré­di­ta­tions des repré­sen­tants des for­ma­tions poli­tiques et de leurs sup­pléants) ; « A la fin du scru­tin, j’ai vou­lu véri­fier que les résul­tats avaient bien été envoyés : on m’a dit que je ne pou­vais pas ! J’ai contac­té le TSE, à Tegu­ci­gal­pa, pour savoir s’il les avait reçus et il n’y a jamais eu de réponse ni de moyen de véri­fier. »

« De mon point de vue, pour­suit M. Gabriel, l’erreur de la direc­tion de la mis­sion est d’accorder à 100 % sa confiance au TSE. » Un temps d’arrêt, un haus­se­ment de sour­cils : « Je recom­mande qu’on recompte acte par acte. S’ils admettent qu’il en manque 20 %, com­ment peuvent-ils pré­tendre avoir des chiffres fiables ? »

« Il y a eu beau­coup de désac­cords, chez les obser­va­teurs, qui n’ont pas été consul­tés avant la rédac­tion de ce rap­port. On avait rem­pli des for­mu­laires, où l’on décri­vait la situa­tion avec un grand luxe de détails, mais il n’a été conser­vée que la réponse où nous consta­tons que les élec­tions ont été tran­quilles. Nous, les obser­va­teurs, on a beau­coup insis­té pour que le rap­port soit cor­ri­gé, mais on nous a répon­du par la néga­tive. Qu’il ne pour­rait y avoir un éven­tuel chan­ge­ment que dans le rap­port final, pré­vu pour jan­vier pro­chain. » En gros, lorsque « JOH » aura pris ses fonc­tions !

Il y a sûre­ment une logique dans tout cela, mais elle semble avoir sur­tout pour objec­tif de pré­ci­pi­ter les pro­ta­go­nistes dans le chaos. Pres­sé de ques­tions sur l’attitude des diri­geants de la mis­sion d’observation, M. Gabriel tente d’analyser leurs moti­va­tions. « Il y a deux inter­pré­ta­tions pos­sibles. Ou c’est parce que les res­pon­sables vivent trop éloi­gnés de la réa­li­té ou c’est parce qu’il y a une inten­tion poli­tique, comme, par exemple, la pré­fé­rence pour une dic­ta­ture stable plu­tôt que la démo­cra­tie avec un risque de… » En bref, le salut par la com­pli­ci­té. A moins, bien sûr, que quelques inté­rêts… « Il ne faut pas oublier qu’il y a des trai­tés de libre-com­merce entre l’Union euro­péenne et l’Amérique cen­trale, qui ont été blo­qués après le golpe. Il y figure bien une clause sur les droits de l’homme, mais c’est une clause, disons… sans dents ! » Avant de consul­ter sa montre et d’interrompre la conver­sa­tion, M. Gabriel gri­mace fugi­ti­ve­ment une der­nière fois : « Je dois vous dire que cette déci­sion de me confier à vous n’a pas été facile. Mais les obser­va­teurs expriment tous des cri­tiques sur ce rap­port et, puisqu’on parle d’Europe et de démo­cra­tie, nous avons notre mot à dire. »

CSC_0108.jpg

Très mal à l’aise, la direc­tion de la mis­sion a immé­dia­te­ment réagi en décla­rant que les seules per­sonnes habi­li­tées à par­ler en son nom sont Mme Luna­cek et son adjoint José Anto­nio de Gabriel, et en ajou­tant que l’expression des opi­nions de M. Gabriel « viole le code de conduite des obser­va­teurs euro­péens. » Reste à savoir si appor­ter sa cau­tion de manière aus­si pré­ci­pi­tée qu’imprudente au pou­voir hon­du­rien, alors que tant de ques­tions sur la régu­la­ri­té du scru­tin res­tent en sus­pens, ne viole pas le code de conduite de la mis­sion – si tant est quelle en ait un.

En effet, ce soir du 29 novembre, après que LIBRE ait pré­sen­té à la presse un nombre impres­sion­nant et détaillé de preuves – alté­ra­tions, fal­si­fi­ca­tions et irré­gu­la­ri­tés – étayant ses dénon­cia­tions, Mme Xio­ma­ra Cas­tro, au nom du par­ti, et au cours d’un dis­cours aus­si fort qu’émouvant, a une nou­velle fois dénon­cé une fraude mas­sive et refu­sé de recon­naître le résul­tat offi­ciel des élec­tions. Exi­geant le recomp­tage des 16 135 actes élec­to­raux, comme le pré­voit l’article 15 de la loi élec­to­rale, elle réclame un audit inter­na­tio­nal du sys­tème de trans­mis­sion et, pour obte­nir satis­fac­tion, en appelle à ses mili­tants : « Com­pañe­ras et com­pañe­ros, des­cen­dons paci­fi­que­ment défendre notre vic­toire dans la rue ! »

Pho­to­gra­phies de Mau­rice Lemoine

Source de l’ar­ticle : mede­lu