Hugo Chavez en a assez des expulsions et des sans-abris

Le président Chávez ordonne d’accélérer les réquisitions de terrains pour construire des logements et prend de nouvelles mesures pour protéger les locataires.

Source : http://www.larevolucionvive.org.ve/spip.php?article1531&⟨=fr

Vene­zue­la, 09.05.2011.

Image_1-73.pngPeu avant de s’envoler pour une tour­née offi­cielle qui le mène­ra suc­ces­si­ve­ment au Bré­sil, en Equa­teur et ce jeu­di à Cuba, le pré­sident véné­zué­lien a pris de nou­velles mesures sociales.

“Nous allons accé­lé­rer les récu­pé­ra­tions de terres comme celle-ci et par­tout oú il y a des terres adé­quates pour la construc­tion de loge­ments”, a‑t-il annon­cé durant la remise de la pre­mière étape du com­plexe urba­nis­tique La Limo­ne­ra, situé dans la muni­ci­pa­li­té de Baru­ta, état de Miran­da.

Le chef de l’État s’est réfé­ré au recen­se­ment natio­nal récem­ment ouvert dans le cadre de la “Mis­sion Loge­ment Vene­zue­la” et a assu­ré qu’ont “été dépas­sées toutes nos espé­rances”.

Le recen­se­ment lan­cé le same­di 7 mai 2011 a connu une forte affluence : 102 mille 409 familles se sont ins­crites en un jour et demi.

“Face au débor­de­ment du registre natio­nal, nous devons nous débor­der nous-même sans tar­der. Nous devons accé­lé­rer la recherche mètre par mètre et la récu­pé­ra­tion de terres”, a‑t-il décla­ré en remet­tant des titres de pro­prié­té indi­vi­duels ou col­lec­tifs à 432 familles.

Il a expli­qué que sous les gou­ver­ne­ments de la IVème Répu­blique on pro­met­tait des mai­sons pour les pauvres et quand ils en construi­saient c’étaient “des boîtes d’allumettes”.

“La bour­geoi­sie dit que je suis en train de dépen­ser de l’argent inuti­le­ment, en offrant aux pauvres un appar­te­ment. Mais ce n’est pas ça, nous sub­ven­tion­nons un droit”.

Il a expli­qué que dans les cas de familles qui n’ont pas de reve­nus supé­rieurs au salaire mini­mum (1548 boli­vars) la sub­ven­tion atteint 100 % du mon­tant.

Entre­temps, dans le sec­teur de la Rin­co­na­da 40 familles de réfu­giés vic­times des inon­da­tions de décembre 2010 ont reçu leur nou­veau loge­ment dans le com­plexe “Cacique Tiu­na”. Un total de 800 loge­ments a été remis aux familles.

La “Mis­sion Loge­ment Vene­zue­la” est un plan à moyen terme mais qui débute dès à pré­sent. Son objec­tif pour 2011 est la construc­tion de 150 mille pre­miers loge­ments. Le gou­ver­ne­ment a déjà déblo­qué 15 mil­liards de boli­vars pour cette année, et pré­voit de construire 2 mil­lions de loge­ments dans les sept ans.

Par ailleurs, dans le but d’offrir une pro­tec­tion aux loca­taires et occu­pants d’immeubles comme rési­dence prin­ci­pale et de mettre fin à de nom­breux abus de la part des pro­prié­taires, le pré­sident véné­zué­lien a ren­du public le décret avec force de loi contre les expul­sions arbi­traires (Gazette offi­cielle N° 39.668 du 6 mai 2011, décret 8190).

Un autre décret (N° 8.197) publié ce lun­di, éta­blit une pro­tec­tion des tra­vailleurs rési­den­tiels, appe­lés péjo­ra­ti­ve­ment “concierges”. Fruit d’une lutte constante de ce mou­ve­ment social dans les der­nières années, ce décret signé par le pré­sident impulse les chan­ge­ments dans les rela­tions de tra­vail et les sché­mas socio­cul­tu­rels typiques d’un sys­tème patriar­cal et capi­ta­liste, avec son cor­tège d’exploitation et d’inégalité.

Le décret défi­nit le tra­vailleur rési­den­tiel et sa famille comme “un groupe vul­né­rable” qui doit faire l’objet d’une atten­tion spé­ciale de la part de l’État, à tra­vers des poli­tiques publiques en matière de droit au loge­ment, de tra­vail, de sécu­ri­té sociale, d’égalité de Genre et de droits de la Femme.

Tra­duc­tion : Thier­ry Deronne

Sources : RNV, AVN.