La France lance une offensive militaire et de propagande au Mali

Au lieu d’une réduction des opérations militaires, beaucoup plus de soldats vont être envoyés au Mali dans la période à venir. Ils stationneront plus longtemps qu’il n’avait été officiellement annoncé et leur champ d’action a été significativement élargi pour s’étendre au-delà des frontières du Mali.


Des sol­dats fran­çais ont lan­cé une nou­velle offen­sive au Nord Mali. L’opération sur­nom­mée « Gus­tav » implique un mil­lier de sol­dats uti­li­sant des dizaines de blin­dés, de l’artillerie et des chas­seurs-bom­bar­diers ain­si que pour la pre­mière fois des drones. L’offensive fait par­tie de l’expansion sys­té­ma­tique de la guerre menée par la France et ses alliés.

La semaine pas­sée l’Union euro­péenne (UE) a aus­si com­men­cé sa « Mis­sion de for­ma­tion de l’Union euro­péenne » (EUTM), au Mali. Quelque 550 sol­dats issus de 22 pays de l’UE sont char­gés de for­mer au cours de ces 15 pro­chains mois la moi­tié de l’armée malienne. Un pre­mier contin­gent de 570 sol­dats venus de la capi­tale malienne, Bama­ko, est arri­vé pour débu­ter l’entraînement spé­cial de base, dont les télé­com­mu­ni­ca­tions ou la for­ma­tion de tireurs d’élite.

L’objectif offi­ciel de la mis­sion éva­luée à 12,3 mil­lions d’euros (16,1 mil­lions de dol­lars) est de « recons­truire » l’armée malienne, pour que les forces fran­çaises puissent pro­gres­si­ve­ment se reti­rer. Le 28 mars, le pré­sident fran­çais, Fran­çois Hol­lande, a annon­cé lors d’une inter­view télé­vi­sée que son pays allait com­men­cer fin avril à reti­rer pro­gres­si­ve­ment ses 4.000 sol­dats et réduire de moi­tié leur nombre pour coïn­ci­der avec la « mis­sion de main­tien de la paix » de l’ONU devant avoir lieu en juillet. A la fin de l’année, un mil­lier de sol­dats fran­çais res­te­raient au Mali.

Hol­lande n’a tou­te­fois pas fait réfé­rence au fait que deux jours plus tôt, le secré­taire géné­ral de l’ONU, Ban Ki-moon, avait annon­cé dans un rap­port remis au Conseil de Sécu­ri­té de l’ONU que la force de « main­tien de la paix » de l’ONU forte de 11.200 hommes serait consi­dé­ra­ble­ment plus nom­breuse qu’annoncée pré­cé­dem­ment. Ban a aus­si signa­lé pour la pre­mière fois la pers­pec­tive d’une seconde « force paral­lèle » afin de mener des opé­ra­tions impor­tantes de com­bat et des opé­ra­tions anti-ter­ro­ristes « hors cadre de l’ONU ». Cette uni­té spé­ciale devrait être mise en place prin­ci­pa­le­ment par la France et sera sta­tion­née soit à l’intérieur des fron­tières maliennes soit ailleurs en Afrique occi­den­tale.

La décla­ra­tion de Hol­lande vise à duper l’opinion publique. Au lieu d’une réduc­tion des opé­ra­tions mili­taires, beau­coup plus de sol­dats vont être envoyés au Mali dans la période à venir. Ils sta­tion­ne­ront plus long­temps qu’il n’avait été offi­ciel­le­ment annon­cé et leur champ d’action a été signi­fi­ca­ti­ve­ment élar­gi pour s’étendre au-delà des fron­tières du Mali.

Ce n’est pas la pre­mière fois que le pré­sident social-démo­crate fran­çais cherche à trom­per l’opinion publique inter­na­tio­nale. Son affir­ma­tion ini­tiale selon laquelle la France avait été contrainte d’intervenir pour endi­guer un sou­lè­ve­ment des com­bat­tants isla­miste dans la capi­tale Bama­ko était tout aus­si fausse.

Dans une inter­view accor­dée au jour­nal Suisse Tage­san­zei­ger, Georg Klute, pro­fes­seur d’ethnologie à l’université de Bay­reuth et spé­cia­liste de l’Afrique, a révé­lé que le gou­ver­ne­ment malien est en pour­par­lers avec le groupe isla­miste Ansar Al-Dine depuis trois ans.

Lors de ces pour­par­lers, Ansar al Dine avait pro­po­sé de décla­rer un ces­sez-le-feu et d’abandonner sa cam­pagne pour impo­ser par la vio­lence la loi isla­mique de la cha­ria. La France a réagi l’été der­nier, mena­çant maintes fois d’intervenir.

C’est dans ce contexte de pro­vo­ca­tions fran­çaises que les forces isla­mistes ont lan­cé une offen­sive pour s’emparer de l’aéroport Séva­ré – afin d’empêcher l’atterrissage des troupes fran­çaises – ce qui a ser­vi de pré­texte à Paris pour lan­cer sa guerre au Mali.

Les acti­vi­tés des agences inter­na­tio­nales de ren­sei­gne­ment ont confir­mé que la guerre au Mali n’était pas la consé­quence d’une déci­sion prise à court terme.

Selon le maga­zine alle­mand Der Spie­gel, les troupes d’élite de l’armée fran­çaise étaient actives au Mali plu­sieurs mois avant l’intervention offi­cielle. En sep­tembre 2012, une cen­taine de membres du Com­man­de­ment des opé­ra­tions spé­ciales (COS) étaient arri­vés secrè­te­ment dans le pays par avion, pre­nant posi­tion à des empla­ce­ments stra­té­giques hors de la capi­tale, Bama­ko. Leur mis­sion a été com­plé­tée par une recon­nais­sance navale et l’écoute élec­tro­nique à par­tir du Niger voi­sin.

Selon le maga­zine fran­çais Marianne, l’unité du COS a béné­fi­cié du sou­tien de troupes qui avaient pré­cé­dem­ment été impli­quées dans l’intervention fran­çaise en Côte d’Ivoire voi­sine.

La mis­sion qui porte le nom d’opération Sabre a été effec­tuée avec l’autorisation expresse des gou­ver­ne­ments des pays voi­sins. Le centre de com­man­de­ment de l’opération était à Oua­ga­dou­gou, capi­tale du Bur­ki­na Faso où se trouve le quar­tier géné­ral de l’armée amé­ri­caine.

Depuis 2007, les Etats-Unis ont mis en place en Afrique plus d’une dizaine de bases aériennes. Le Washing­ton Post a pro­duit der­niè­re­ment un rap­port sur une mis­sion au nom de code « Creek Sand » effec­tuée en 2012 par l’armée amé­ri­caine et des entre­prises locales sous contrat. L’opération impli­quait une sur­veillance aérienne du Mali et d’autres pays d’Afrique occi­den­tale ain­si que des manœuvres mili­taires com­pre­nant des sol­dats amé­ri­cains et des sol­dats maliens for­més par l’armée amé­ri­caine.

L’ensemble de ces infor­ma­tions montre clai­re­ment que, contrai­re­ment aux affir­ma­tions du pré­sident fran­çais selon les­quelles son pays avait pré­pa­ré une riposte éclair à la menace ter­ro­riste, l’intervention au Mali était pla­ni­fiée et minu­tieu­se­ment pré­pa­rée long­temps à l’avance.

Ernst Wolff

Source :

https://www.wsws.org/fr/articles/2013/avr2013/mali-a15.shtml https://www.wsws.org/fr/articles/2013/avr2013/mali-a15.shtml
http://www.legrandsoir.info/la-france-lance-une-offensive-militaire-et-de-propagande-au-mali.html