La peur du lendemain en République Démocratique du Congo

Actuellement les Congolais vivent dans une situation d’insécurité, d’intimation, de la peur du lendemain ...

rdc_elections.jpg
La pro­cla­ma­tion des résul­tats des élec­tions pré­si­den­tielles en RDC ini­tia­le­ment pré­vue pour le 6 décembre avait été repor­tée pour 48h00 puis 24 heures. La com­mis­sion élec­to­rale indé­pen­dante nous avait lais­sé entendre qu’elle n’a­vait pas encore reçu tous les résul­tats des quelques bureaux des centres élec­to­raux de l’ar­rière du pays.

La veille de la pro­cla­ma­tion des résul­tats la Ceni avait ren­du public les résul­tats pro­vi­soires ou Joseph Kabi­la avait une lon­gueur d’a­vance sur Étienne Tshi­se­ke­di le lea­der de l’op­po­si­tion paci­fique. Des scènes de contes­ta­tions ont été vécues au Congo et aus­si par la dia­spo­ra de l’Afrique du sud, de Paris , de Londres et celle de Bel­gique. Nous avons consta­té amè­re­ment qu’il y a eu beau­coup d’empressement à deman­der une condam­na­tion des vio­lences en France, Grande-Bre­tagne et la Bel­gique .Il y en a beau­coup moins à exi­ger des expli­ca­tions sur les résul­tats élec­to­raux au Congo. Etrange !

A Bruxelles par exemple, nous avons consta­té un déploie­ment de poli­ciers dégui­sés en robo­cop, d’autres en civil, les autos-pompe,les lacry­mo­gènes, les bus pour embar­quer les per­sonnes arrê­tées, dans le ciel, un héli­co­ptère sur­veillait les mou­ve­ments. Les poli­ciers ont blo­qué la rue de l’am­bas­sade et tous les mani­fes­tants ont du replier à Maton­gé (Quar­tier des Congo­lais à Bruxelles). Il y a eu beau­coup d’ar­res­ta­tions, depuis le 6 jus­qu’au aujourd’­hui, plus de 300 Congo­lais.

Ce ven­dre­di, après midi la CENI, a annon­cé que le pré­sident sor­tant Joseph Kabi­la a rem­por­té cette élec­tion à tour unique avec 48, 98 % des voix, contre 32,33% pour le lea­der de l’UDPS.

L’op­po­sant Étienne Tshi­se­ke­di s’est lui-même décla­ré ce même ven­dre­di : “Pré­sident élu de la RDC “et” rejette en bloc” les résul­tat pro­vi­soires.
Plu­sieurs ins­tances dont le car­di­nal Mon­sei­gneur Mossengo,les asso­cia­tions de droits de l’homme, cer­tains obser­va­teurs inter­na­tio­naux,… ont contes­té les résul­tats pro­vi­soires offi­ciels de la Ceni.

Un autre can­di­dat à la pré­si­dence, Nzan­ga Mobu­tu, a décla­ré : “Je salue l’hon­nê­te­té du can­di­dat à l’é­lec­tion pré­si­den­tielle, M. Fran­çois Nicé­phore Kakese Male­la, qui a recon­nu ce matin qu’il avait un sur­plus de voix au Nord-Kivu. Son repré­sen­tant sur place lui avait affir­mé qu’il ne dépas­sait pas 10.000 voix alors que la CENI lui en attri­buait plus de 20.000. Je demande à tous les can­di­dats dans la même situa­tion d’en faire autant.”

Actuel­le­ment les Congo­lais vivent dans une situa­tion d’insécurité, d’intimation, de la peur du len­de­main …

Les jours qui suivent nous sau­rons si le soleil brille­ra sur la RD Congo !

Par Luc Muken­di

Autre article de Luc Muken­di : Nucléaire, L’Afrique la grande oubliée